Guerre en Ukraine : ce que l'on sait de l'intensification des combats dans le Donbass et le sud du pays, dont la Russie vise le "contrôle total"

Au moins huit personnes ont été tuées samedi dans des bombardements dans la grande ville portuaire d'Odessa. A Marioupol, l'ONU a appelé à une "trêve immédiate" pour évacuer quelque 100 000 civils bloqués dans ce port stratégique du sud-est du pays.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des chars russes dans la ville de Marioupol, dans le sud-est de l'Ukraine, le 23 avril 2022. (ALEXEI ALEXANDROV / AP)

La guerre en Ukraine est entrée dans une nouvelle phase. Deux mois après le début de l'invasion russe, Moscou a annoncé, vendredi 22 avril, son intention "d'établir un contrôle total sur le Donbass et le sud de l'Ukraine" afin "d'assurer un couloir terrestre vers la Crimée". Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a appelé samedi à une rencontre avec son homologue russe, Vladimir Poutine, "pour mettre fin à la guerre".

Guerre en Ukraine : suivez les dernières informations dans notre direct

Les troupes russes, qui se sont retirées fin mars de la région de Kiev et du nord de l'Ukraine, occupent déjà une grande partie de l'est et du sud du pays. Franceinfo fait le point sur la situation dans ces zones.

L'ONU appelle à une trêve "immédiate" à Marioupol

A Marioupol, port stratégique du sud-est du pays en grande partie contrôlé par l'armée russe, une nouvelle tentative d'évacuation de civils vers la ville de Zaporijia a échoué samedi, a affirmé l'adjoint au maire sur son compte Telegram. Plusieurs couloirs humanitaires ont déjà dû être annulés en dernière minute à Marioupol,  Moscou et Kiev se rejetant la responsabilité de ces échecs.

Les derniers soldats ukrainiens de la ville sont retranchés, tout comme des civils, dans l'usine Azovstal, l'un des plus grands complexes métallurgiques d'Europe. L'armée russe s'est dite prête à observer "à tout moment" une trêve "sur tout ou partie" de ce site pour permettre l'évacuation de civils et la reddition de combattants. Kiev a de son côté affirmé dimanche que les forces russes continuaient à bombarder la ville. Volodymyr Zelensky a par ailleurs prévenu que l'Ukraine abandonnerait les négociations avec Moscou si les militaires retranchés dans l'usine sont tués par l'armée russe.

Situation géographique de l'usine Azovstal à Marioupol (Ukraine). (ELLEN LOZON / FRANCEINFO)

L'ONU a de son côté appelé dimanche à une trêve "immédiate" à Marioupol, pour permettre l'évacuation de quelque 100 000 civils encore coincés dans la ville. "Il faut une pause dans les combats tout de suite pour sauver des vies. Plus nous attendons, plus les vies seront menacées", a déclaré Amin Awad, coordinateur des Nations unies en Ukraine.

Plus à l'ouest de Marioupol, les troupes russes "essaient de poursuivre leur offensive sur la ville de Houliaïpole", dans la région de Zaporijia, à mi-chemin entre la ville éponyme et Marioupol, rapporte un conseiller de la présidence ukrainienne.

Des bombardements meurtriers à Odessa

Au moins huit personnes, dont un bébé, ont été tuées dans des frappes russes samedi sur la ville portuaire d'Odessa, dans le sud de l'Ukraine, selon Kiev. "Sept missiles ont visé Odessa", dont un qui "a touché un immeuble d'habitations" et "deux qui ont été abattus" par le système de défense antiaérienne ukrainienne, a précisé Volodymyr Zelensky. 

L'armée russe a quant à elle déclaré avoir visé avec des "missiles de haute précision" un terminal logistique de l'aérodrome militaire près d'Odessa abritant des armes livrées aux forces ukrainiennes par les Etats-Unis et des pays européens.

Une offensive russe est par ailleurs en cours dans la région située entre Kherson, seule capitale administrative capturée par les Russes dès les premiers jours de l'invasion, et Mykolaïv, sur la route d'Odessa. La Russie "tente d'améliorer ses positions tactiques et de consolider" son contrôle sur "les frontières administratives de la région de Kherson", proche de la mer Noire, assure l'armée ukrainienne. 

Des frappes incessantes dans le Donbass

Dans les territoires séparatistes du Donbass, les troupes russes "concentrent leurs efforts dans la zone entre Slaviansk et Kramatorsk", conurbation située dans la région de Donetsk, détaille la présidence russe. 

Dans la région voisine de Louhansk, six civils ont été tués samedi par des frappes russes près du village de Guirské, selon le gouverneur de la localité, Serguiï Gaidai. Les troupes russes "continuent d'attaquer" les villes de Roubijne et de Severodonetsk. A Roubijne, les tirs sont incessants. Des civils ukrainiens se sont réfugiés dans le sous-sol d'un théâtre de la ville, rapportent les envoyés spéciaux de France Télévisions.

L'armée russe a dit samedi avoir procédé durant les dernières 24 heures à 1 098 frappes avec de l'artillerie et des roquettes. "Ils bombardent littéralement tout H24", a écrit sur sa chaîne Telegram Serguiï Gaidai, appelant la population à évacuer. Le gouverneur de Louhansk a par ailleurs annoncé deux morts et deux blessés à Zolote.

Kharkiv reste "partiellement bloquée"

A l'ouest du Donbass, Kharkiv reste "partiellement bloquée" par les forces russes, qui "renforcent leurs positions" au sud de la ville, selon le porte-parole du ministère  de la Défense ukrainien. Le gouverneur de Kharkiv a de son côté annoncé samedi la reprise par les forces ukrainiennes, "après de longs combats acharnés", de trois villages au nord de la ville. Trois personnes ont été tuées et sept autres blessées par les bombardements russes dans cette ville, selon Oleg Synegoubov.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.