Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du samedi 28 mai

Les combats s'intensifient pour le contrôle du Donbass. Tandis qu'Emmanuel Macron et Olaf Scholz se sont longuement entretenus au téléphone avec Vladimir Poutine, pour la première fois depuis des semaines.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Des soldats ukrainiens marchent à côté d'un véhicule militaire détruit dans le village de Rus'ka Lozova, au nord de Kharkiv (Ukraine), le 28 mai 2022. (GENYA SAVILOV / AFP)

Les combats s'intensifient dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine. Moscou a confirmé, samedi 28 mai, la prise de contrôle par les séparatistes pro-russes de la localité clé de Lyman, qui ouvre la voie aux grandes villes de Sloviansk et Kramatorsk. Les négociations se poursuivent aussi sur le plan diplomatique.

Voici ce qu'il faut retenir de la journée.

Un appel à Vladimir Poutine sur le plan diplomatique

Le président français Emmanuel Macron et le chancelier allemand Olaf Scholz se sont longuement entretenus au téléphone avec Vladimir Poutine dans la journée de samedi. Ils ont demandé au président russe d'entamer des "négociations directes sérieuses" avec son homologue ukrainien Volodymyr Zelensky, ainsi que la libération des 2 500 combattants ukrainiens qui s'étaient retranchés dans l'aciérie Azovstal à Marioupol.

Les deux dirigeants "ont insisté sur un cessez-le-feu immédiat et un retrait des troupes russes", selon un communiqué de la chancellerie allemande. Emmanuel Macron et Olaf Scholz ont "appelé le président russe à des négociations directes sérieuses avec le président ukrainien et à une solution diplomatique au conflit". "Toute solution à la guerre [doit] être négociée entre Moscou et Kiev, dans le respect de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'Ukraine", ont-ils insisté, d'après la présidence française.

La Russie "prête" à aider l'exportation des céréales de l'Ukraine

Alors que l'Ukraine, grande puissance agricole, ne peut plus exporter ses céréales en raison du blocage de ses ports, Vladimir Poutine a assuré, lors de sa conversation avec Emmanuel Macron et Olaf Scholz que son pays était "prêt" à aider une exportation "sans entraves" des céréales de l'Ukraine.

"La Russie est prête à aider à trouver des options pour une exportation sans entraves des céréales, y compris des céréales ukrainiennes en provenance des ports situés sur la mer Noire", précise un communiqué du Kremlin publié à l'issue de cette conversation téléphonique. Selon Vladimir Poutine, les difficultés liées aux livraisons alimentaires ont été provoquées par "une politique économique et financière erronée des pays occidentaux, ainsi que par les sanctions antirusses" imposées par ces pays.

Lors de l'entretien téléphonique avec Emmanuel Macron et Olaf Scholz, Vladimir Poutine a également "mis l'accent sur le caractère dangereux de continuer à inonder l'Ukraine avec des armes occidentales, en mettant en garde contre des risques d'une déstabilisation ultérieure de la situation et d'une aggravation de la crise humanitaire", selon le Kremlin.

La prise de Lyman confirmée par Moscou

Le ministère russe de la Défense a confirmé, samedi matin, dans un communiqué, "qu'à l'issue des actions communes des unités de la milice de la République populaire de Donetsk et des forces armées russes, la ville de Lyman a été entièrement libérée des nationalistes ukrainiens".

La défense territoriale de cette république "autoproclamée" par les séparatistes prorusses avait indiqué dès vendredi sur Telegram avoir "pris le contrôle complet" de Lyman, avec "l'appui" de l'armée russe.

Un travailleur humanitaire tué dans le Donbass

Au moment où l'Ukraine fait face à une situation humanitaire de plus en plus critique, un travailleur humanitaire australien a été tué cette semaine. Le journal australien Mercury Newspaper a annoncé, samedi, la mort de Michael Charles O'Neill, 47 ans, qui aidait les blessés sur la ligne de front, une information confirmée par le ministère australien des Affaires étrangères qui n'a pas donné d'autres précisions.

Une démonstration de force dans l'Arctique

Parallèlement, tandis qu'elle intensifiait son offensive dans l'est ukrainien, l'armée russe s'est livrée samedi dans l'Arctique à une nouvelle démonstration de force avec un tir réussi de missile hypersonique. Le missile Zircon a été tiré depuis la frégate Amiral Gorchkov, en mer de Barents, vers une cible dans les eaux de la mer Blanche, dans l'Arctique, selon le ministère russe de la Défense. Un premier tir officiel de ce missile remonte à octobre 2020.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.