Cet article date de plus d'un an.

Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du samedi 25 mars

L'assaut russe sur la ville de Bakhmout est pratiquement au point mort, selon un bilan dressé samedi par le ministère de la Défense britannique.
Article rédigé par franceinfo avec AFP
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min
Une femme se tient dans la cour d'une maison, près de Bakhmout (Ukraine), le 24 mars 2023. (ARIS MESSINIS / AFP)

Le ministère britannique de la Défense a annoncé, samedi 25 mars, que l'assaut russe contre la ville de Bakhmout, dans le Donbass, s'était pratiquement arrêté. De son côté, le président russe Vladimir Poutine a menacé d'utiliser des obus à uranium appauvri en Ukraine si Kiev devait en recevoir de la part des Occidentaux. 

Franceinfo revient sur les faits marquants de la journée sur le front de la guerre. 

L'assaut russe sur Bakhmout pratiquement au point mort

Selon le ministère britannique de la Défense, les attaques menées par les forces russes contre la ville de Bakhmout sont presque à l'arrêt. "C'est probablement le résultat de l'épuisement extrême des forces russes", a-t-il affirmé dans son dernier bilan sur le conflit, sur Twitter.

Une nouvelle visite de l'AIEA à la centrale de Zaporijjia prévue

Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Grossi, a fait savoir qu'il se rendrait la semaine prochaine dans la centrale ukrainienne de Zaporijjia (sud-est) qui, selon lui, se trouve dans une situation "précaire".

Il s'agit de la deuxième visite de Rafael Grossi dans la centrale, la plus grande d'Europe, depuis l'invasion de l'Ukraine par la Russie, afin d'"évaluer directement la gravité de la situation en matière de sûreté et de sécurité nucléaires sur le site", a déclaré l'AIEA.

Un point de livraison d'aide humanitaire de Kherson bombardé par l'armée russe

Le patron de l'administration militaire de Kherson a dénoncé samedi le bombardement par les forces russes des points de distribution de l'aide aux civils dans sa ville. Selon Oleksandr Prokudin, deux personnes ont été blessées lors de ces frappes.

Vladimir Poutine menace d'utiliser des obus à uranium appauvri si l'Ukraine en recevait des Occidentaux

Le président russe Vladimir Poutine a menacé samedi d'utiliser des obus à uranium appauvri en Ukraine si Kiev devait en recevoir de la part des Occidentaux, comme récemment évoqué par une responsable britannique.

"La Russie, bien sûr, a de quoi répondre. Nous avons, sans exagérer, des centaines de milliers d'obus de ce type. Nous ne les utilisons pas pour le moment", a déclaré le président russe lors d'une interview à la télévision russe.

La Russie va déployer des armes nucléaires "tactiques" en Biélorussie

Le président russe Vladimir Poutine a enfin affirmé samedi que Moscou allait déployer des armes nucléaires "tactiques" sur le territoire de son allié, la Biélorussie, un pays situé aux portes de l'Union européenne.

"Il n'y a rien d'inhabituel ici : les Etats-Unis font cela depuis des décennies. Ils déploient depuis longtemps leurs armes nucléaires tactiques sur le territoire de leurs alliés", a déclaré le chef d'Etat lors d'une interview diffusée à la télévision russe. "Nous avons convenu de faire de même", a-t-il ajouté, avant de détailler : "à partir du 3 avril, nous commençons à former les équipages. Et le 1er juillet, nous terminerons la construction d'un entrepôt spécial pour les armes nucléaires tactiques sur le territoire de la Biélorussie"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.