Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du mercredi 20 juillet

Kiev a demandé mercredi davantage d'armes et de nouvelles sanctions contre Moscou. La Russie, elle, assure avoir élargi ses objectifs à d'autres territoires que ceux de l'est de Ukraine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Une vue d'un centre commercial bombardé à Kherson (Ukraine), le 20 juillet 2022. (STRINGER / AFP)

Près de cinq mois après le début de son offensive, la Russie modifie ses plans : ses objectifs militaires en Ukraine ne se limitent plus "uniquement" à l'est du pays, ils concernent aussi "une série d'autres territoires". C'est ce qu'a déclaré Sergueï Lavrov, mercredi 20 juillet, dans une interview accordée à deux médias russes. Le chef de la diplomatie russe a notamment évoqué "les régions de Kherson et Zaporijjia" dans le sud du paysFranceinfo fait le point sur la situation en Ukraine, au 147e jour de guerre.

Des bombardements à l'Est 

De nouvelles frappes russes dans l'est de l'Ukraine ont tué cinq civils mardi et en ont blessé 16, selon Pavlo Kyrylenko, le gouverneur de la région de Donetsk. Celui du Lougansk, Sergiï Gayday, affirme qu'un nombre important d'hommes du groupe paramilitaire russe Wagner a été "complètement liquidé" près de Popasna. 

A Kharkiv, au nord-est, des bombardements ont fait au moins trois morts, selon les autorités locales. Parmi elles, un adolescent de 13 ans tué près d'un d'arrêt de bus. Les journalistes de l'AFP ont vu le corps et les proches en état de choc, au milieu des débris de verre. Dans le Sud, de nouveaux bombardements ont fait au moins deux morts et neuf blessés dans la ville de Nikopol, selon son maire.

D'après l'Institut américain pour l'étude de la guerre (ISW), les forces russes "poursuivent leurs offensives" au sud-ouest de Sloviansk. Elles ont réalisé des "efforts marginaux" vers Bakhmout, deux points majeurs sur la ligne Sloviansk-Siversk-Bakhmout, principal axe de défense ukrainien dans le Donbass.

Moscou ne concentre plus "uniquement" ses objectifs militaires sur l'est de l'Ukraine

L'objectif militaire de la Russie n'est plus "uniquement" l'est de l'Ukraine. C'est ce qu'a déclaré Sergueï Lavrov, dans une interview à l'agence de presse russe RIA-Novosti et à la chaîne Russia Today. Le ministre russe des Affaires étrangères assure que le Kremlin vise "une série d'autres territoires", dont "les régions de Kherson et Zaporijjia" dans le sud du pays. Il a justifié ce changement par une "géographie différente" par rapport à la situation sur le terrain à la fin mars.

Dans son entretien, le chef de la diplomatie russe a aussi estimé que cela n'aurait "aucun sens dans la situation actuelle" de mener des pourparlers avec Kiev. Il estime que de précédents contacts ont "seulement révélé l'absence de volonté, chez la partie ukrainienne, de discuter sérieusement de quoi que ce soit".

La Première dame d'Ukraine en visite aux Etats-Unis

Olena Zelenska a livré un vibrant plaidoyer devant le Congrès américain pour demander plus de livraisons d'armes à son pays afin de lutter contre l'invasion russe. "Nous sommes reconnaissants de la présence des Etats-Unis à nos côtés dans cette guerre", a noté la première dame ukrainienne, "mais la guerre n'est pas terminée". 

"Je vous demande davantage d'armes (...) pour protéger les maisons de chacun et le droit de se réveiller vivant dans ces maisons", a-t-elle dit. Aidez-nous (...) et nous remporterons ensemble une grande victoire". A la fin de son allocution, les parlementaires américains se sont levés à l'unisson pour l'applaudir.

La Première dame d'Ukraine, Olena Zelenska, prend la parole à Washington, devant le Congrès des Etats-Unis, le 20 juillet 2022. (GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)

Mercredi soir, les Etats-Unis ont justement annoncé qu'ils allaient envoyer à l'Ukraine quatre nouveaux systèmes d'artillerie de précision Himars, portant le total à seize. En début de semaine, le ministre ukrainien de la Défense a loué l'efficacité de ces armes, toute en estimant qu'il en faudrait "au moins 100" pour mener une contre-offensive contre la Russie.

Des pays occidentaux d'accord pour laisser à l'Ukraine plus de temps pour payer ses dettes

En raison "des circonstances exceptionnelles", plusieurs pays créanciers de l'Ukraine, dont la France, annoncent qu'ils accordent à Kiev un report du paiement des intérêts, à partir d'août et jusqu'à fin 2023Dans un communiqué commun, ces pays (dont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, l'Allemagne et le Japon) appellent le reste des créanciers de l'Ukraine à suivre l'initiative.

L’économie ukrainienne s'est effondrée depuis le début de la guerre. Le pays pourrait voir son PIB plonger de 45% cette année, selon les dernières estimations de la Banque mondiale. L'objectif est de privilégier les "ressources en devises pour des dépenses prioritaires liées à la guerre", a expliqué le ministère des finances ukrainien.

La Turquie espère toujours un accord cette semaine au sujet des céréales

Recep Tayyip Erdogan mise toujours sur un accord d'ici dimanche avec la Russie et l'Ukraine sur les exportations de céréales ukrainiennes. "Nous avons un mémorandum que nous espérons voir transformé en un texte écrit cette semaine", a déclaré le président turc à la presse locale, de retour de Téhéran où il a rencontré ses homologues russe et iranien, Vladimir Poutine et Ebrahim Raïssi.

Vladimir Poutine "a exprimé un avis très positif concernant nos efforts", a assuré Recep Tayyip Erdogan. "Nous espérons que le plan commencera à être mis en oeuvre dans les prochains jours, depuis un centre de coordination à Istanbul", a-t-il insisté.

Lors de sa visite à Téhéran, Vladimir Poutine a,lui, exigé que les restrictions occidentales affectant les céréales russes soient levées pour permettre un accord sur les exportations ukrainiennes.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.