Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du mardi 4 octobre

La percée ukrainienne se poursuit. Une carte montrée mardi par le ministère russe de la Défense fait état d'un recul important des forces russes dans la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 3 min.
Un drapeau ukrainien flotte dans la rue du village de Vysokopillya, dans la région de Kherson (Ukraine), le 27 septembre 2022.  (GENYA SAVILOV / AFP)

Une carte publiée mardi 4 octobre par le ministère russe de la Défense montrent un recul des forces russes dans la région de Kherson (sud de l'Ukraine). Après deux semaines, 200 000 Russes ont été mobilisées dans l'armée, a rapporté Sergueï Choïgou, ministre de la Défense russe. Franceinfo fait le point sur les actualités de la journée sur le front de la guerre en Ukraine. 

Washington va envoyer en Ukraine 625 millions de dollars d'aide militaire supplémentaire

Joe Biden a annoncé mardi dans un appel téléphonique avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky un nouvel envoi américain d'équipements militaires, pour une valeur totale de 625 millions de dollars, selon un communiqué de la Maison Blanche.

Cet envoi comprendra en particulier de nouveaux Himars pour l'armée ukrainienne. Ces systèmes de lance-roquettes très précis et puissants ont joué un rôle important dans les récentes avancées militaires ukrainiennes.

Les forces russes ont reculé d'environ 30 km dans la région de Kherson

Une carte militaire montrée mardi 4 octobre par le ministère russe de la Défense lors de son briefing quotidien fait état d'un recul important des forces russes dans le nord la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine.

Elle montre que l'armée russe a quitté un grand nombre de localités, dont Doudtchany, sur la rive occidentale du fleuve Dnipro, alors que l'armée ukrainienne mène dans cette région une contre-offensive et poursuit son avancée après avoir libéré la ville de Lyman, dans la région de Donetsk.

200 000 personnes mobilisées dans l'armée russe, selon le Kremlin

Deux semaines après l'annonce d'une mobilisation partielle, le 21 septembre, par le dirigeant russe Vladimir Poutine, 200 000 personnes ont été mobilisées dans l'armée, a annoncé mardi le ministre de la Défense, Sergueï Choïgou. Officiellement, la mobilisation doit permettre de recruter 300 000 réservistes ayant une expérience militaire ou des compétences utiles, alors que l'armée russe est en difficulté sur le front ukrainien.

"L'entraînement du personnel des (nouvelles) unités formées est réalisé sur 80 terrains militaires et dans six centres de formation", a précisé Sergeï Choïgou, lors d'une réunion gouvernementale, en assurant que ces recrues seront envoyées au front avec d'autres unités ayant déjà combattu en Ukraine. Selon lui, "un nombre important" de personnes se sont présentées volontairement dans des commissariats militaires du pays, avant d'avoir reçu un ordre de mobilisation officiel. Il n'a toutefois pas donné leur nombre.

Les violations des droits humains encore exacerbées par les annexions, selon l'ONU

L'annexion de territoires ukrainiens par la Russie ne fera qu'exacerber les violations des droits de l'homme commises par Moscou, et ajouter aux "souffrances et à la dévastation indicibles" infligées aux Ukrainiens, a dénoncé l'ONU mardi. Christian Salazar Volkmann, qui présentait un rapport sur la situation des droits de l'homme en Ukraine au Conseil des droits de l'homme à Genève, a souligné que le Haut commissariat de l'ONU aux droits de l'homme avait les preuves d'"une série de violations des droits à la vie, à la liberté et à la sécurité".

L'invasion de l'Ukraine par les forces armées russes "a entraîné une situation désastreuse des droits de l'homme dans toute l'Ukraine", a noté le responsable des opérations du Haut commissariat sur le terrain.

Le Conseil de la fédération russe a approuvé l'annexion de quatre territoires ukrainiens

Le Conseil de la fédération russe, l'équivalent du Sénat, a approuvé à l'unanimité, lors de la session plénière de mardi, les lois sur la ratification des quatre traités sur l'annexion des républiques autoproclamées de Donetsk et Louhansk, ainsi que les régions de Kherson et Zaporijjia, dans l'est de l'Ukraine, après les référendums

La Corée du Nord soutient l'annexion russe des territoires ukrainiens

Le ministre nord-coréen des Affaires étrangères, Jo Chol Su, a défendu ces référendums comme étant parfaitement légitimes et "organisés conformément à la Charte des Nations unies établissant les principes de l'égalité des peuples", selon l'agence de presse officielle nord-coréenne KCNA.

Les Etats-Unis et d'autres pays occidentaux ont qualifié ces référendums de simulacres organisés sous la menace des armes et ont promis de ne jamais reconnaître l'annexion.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.