Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du lundi 21 novembre

La branche européenne de l'Organisation mondiale de la santé a prévenu que l'hiver menacerait la vie de millions d'Ukrainiens, privés de gaz et d'électricité par les bombardements russes.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Les habitants marchent dans la neige à Moschun, en Ukraine, le 19 novembre 2022. (METIN AKTAS / ANADOLU AGENCY / AFP)

L'Ukraine a annoncé, lundi 21 novembre, avoir découvert des "sites de torture" russes à Kherson, et l'arrivée des mauvais jours alarme l'OMS. Franceinfo fait le point sur les actualités de la journée sur le front de la guerre en Ukraine.

Des "sites de torture" découverts à Kherson

"A Kherson, les procureurs continuent d'établir les crimes de la Russie", a annoncé le parquet général ukrainien sur Telegram. Selon cette source, quatre "sites de torture" utilisés par les Russes avant leur retraite forcée de la région il y a une dizaine de jours ont été découverts. D'après le parquet, les enquêteurs ukrainiens se sont rendus dans "quatre" immeubles, notamment des "centres de détention provisoire" d'avant-guerre, "où, lors de la prise de la ville, les occupants ont illégalement détenu des personnes et les ont brutalement torturées".

L'OMS alerte sur les dangers de l'hiver

A Kiev, le direction régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Europe, Hans Kluge, a par ailleurs prévenu que l'hiver menacera la vie de millions d'Ukrainiens, après les séries de frappes russes dévastatrices sur les infrastructures énergétiques du pays. "Cet hiver mettra en danger la vie de millions de personnes en Ukraine, a-t-il déclaré. Pour faire simple, cet hiver sera une question de survie."

Macron s'est entretenu avec Zelensky

Suite aux tirs, d'origine indéterminée, qui se sont abattus dimanche dans l'enceinte de la centrale nucléaire de Zaporijjia, les présidents français Emmanuel Macron et ukrainien Volodymyr Zelensky ont insisté lundi, lors d'un appel téléphonique, sur "l'absolue nécessité de préserver la sécurité et la sûreté" du site. Selon la présidence, Emmanuel Macron a également "dit sa vive préoccupation" quant aux "nouveaux tirs contre la centrale".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.