Guerre en Ukraine : ce qu'il faut retenir de la journée du dimanche 5 juin

De violents combats continuent d'opposer dimanche les armées russes et ukrainiennes dans la ville de Sievierodonetsk.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
La ville de Kiev (Ukraine) a été de nouveau bombardée le 5 juin. (SERGEI SUPINSKY / AFP)

La bataille pour Sievierodonetsk fait toujours rage. L'Ukraine a assuré, dimanche 5 juin, que ses forces contrôlaient la "moitié" de cette ville-clé de l'est de son territoire et actuel épicentre des combats acharnés dans la vaste région houillère du Donbass.

Voici ce qu'il faut retenir de cette nouvelle journée de combat.

"La moitié" de Sievierodonetsk est sous le contrôle de l'armée ukrainienne 

Kiev affirme regagner du terrain dans cette ville du Donbass. "Nos forces armées ont nettoyé la moitié" de ce centre industriel des troupes russes qui s'y trouvaient, a déclaré le gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï, dans une interview diffusée sur les réseaux sociaux. "La moitié de la ville est sous le contrôle de nos défenseurs", a-t-il ajouté.

De nouvelles frappes contre Kiev

Plusieurs frappes aériennes russes visant des infrastructures des chemins de fer ont secoué dimanche à l'aube Kiev, les premiers depuis fin avril. Quatre missiles ont frappé l'usine de réparation de wagons de Darnytsia, dans le sud-est de Kiev, a annoncé Olexandre Kamychine, chef de la compagnie publique des chemins de fer ukrainienne Ukrzaliznytsia. Selon lui, l'usine ne s'occupe pas des équipements militaires, mais répare des wagons transportant des céréales exportées.

La Russie a affirmé avoir détruit dimanche des blindés fournis à l'Ukraine par des pays d'Europe de l'Est dans des frappes aériennes sur Kiev, les premières depuis plusieurs semaines. "Des missiles de haute précision et de longue portée tirés par les forces aérospatiales russes sur la banlieue de Kiev ont détruit des chars T-72 fournis par des pays d'Europe de l'Est et d'autres blindés qui se trouvaient dans les hangars d'une entreprise de réparation de wagons" ferroviaires, a déclaré le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Poutine menace de s'attaquer à de nouvelles cibles

Le président russe Vladimir Poutine a prévenu que Moscou frapperait de nouvelles cibles si les Occidentaux fournissaient des missiles de longue portée à l'Ukraine, jugeant que les livraisons actuelles d'armes visaient à "prolonger le conflit". Si des missiles de longue portée sont livrés à l'Ukraine, "alors nous tirerons les conclusions appropriées et utiliserons nos armes (...) pour frapper des sites que nous n'avons pas visés jusqu'à présent", a déclaré Vladimir Poutine, selon les extraits d'une interview à paraître dimanche soir sur la chaîne de télévision Rossiya-1.

Kiev réclame un soutien occidental "constant"

L'Ukraine a besoin d'un soutien militaire "constant" de la part des pays occidentaux et non d'une aide "ponctuelle", jusqu'à sa victoire contre les forces de Moscou, a déclaré dimanche sa vice-ministre de la Défense, Ganna Malyar. "Nous sommes déjà entrés dans une guerre prolongée et nous aurons besoin d'un soutien constant. L'Occident doit comprendre que son aide ne peut être ponctuelle mais qu'elle doit se poursuivre jusqu'à notre victoire", a déclaré Ganna Malyar aux médias locaux.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.