Guerre en Ukraine : 152 sites culturels ont été détruits dans le pays selon l'Unesco

Le monde de la culture subit les dégâts collatéraux de la guerre en Ukraine. Selon les experts de l'Unesco, 152 sites culturels ont été détruits partiellement ou totalement en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février 2022. 

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des volontaires assemblent des sacs de sable pour protéger le monument dédié à la princesse Olga et à l'apôtre Saint-André à Kiev le 29 mars 2022.  (SERGEI SUPINSKY / AFP)

C'est un cri d'alerte. L'Organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (Unesco) a annoncé jeudi 23 juin que ses experts avaient comptabilisé 152 sites culturels détruits totalement ou partiellement en Ukraine depuis le début de l'invasion russe le 24 février 2022. 

Dans le détail, selon les vérifications effectuées par les équipes de l'Unesco, 70 édifices religieux, 30 bâtiments historiques, 18 centres culturels, 15 monuments, 12 musées et 7 bibliothèques ont été touchés. Parmi les sites notables, l'Unesco cite notamment le musée Ivankiv de Kiev, totalement détruit, ou l'opéra national de Kharkiv lui aussi atteint par les bombes. La liste des sites culturels ukrainiens partiellement ou totalement détruits est mise à jour chaque semaine par l’Unesco.

"Ces atteintes répétées aux sites culturels ukrainiens doivent cesser. Le patrimoine culturel, sous toutes ses formes, ne saurait en aucun cas être pris pour cible. Je réitère mon appel au respect du droit international humanitaire, notamment de la Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé", alerte Audrey Azoulay, directrice générale de l’Unesco, dans un communiqué. 

Des dégâts concentrés dans l'est du pays

Logiquement, les principaux dégâts se concentrent dans les régions qui ont fait face à une invasion directe des troupes russes. Selon l'Unesco, les trois-quarts des sites endommagés se situent dans la région de Donetsk, où les combats sont toujours particulièrement intenses – avec 45 sites culturels endommagés – celle de Kharkiv – 40 sites endommagés – et celle de Kiev – 26 sites endommagés. 

L'intérieur du musée local d'histoire de la ville de Marioupol, qui a été détruit au cours de l'offensive russe.  (VALERY MELNIKOV / AFP via SPUTNIK)

Pour enrayer cette vague de destruction, l'Unesco et les autorités ukrainiennes marquent les sites cultures de l'emblème distinctif du bouclier bleu. Ce symbole indique que le bien est protégé au titre de la Convention de La Haye de 1954. "Dès lors, toute atteinte est considérée comme une violation du droit international et peut faire l’objet de poursuites contre ses auteurs", note l'Unesco.

Seule bonne nouvelle pour le moment, aucun des sept sites inscrits au Patrimoine mondial de l’Unesco n’a été touché à ce jour par les frappes russes. 

Un fonds de soutien pour l'Ukraine 

Si aucune issue pour une fin prochaine de la guerre en Ukraine ne semble se dessiner, l'Unesco a déjà lancé un fonds de soutien au monde ukrainien de la culture. Les Etats membres de l'Unesco sont appelés à contribuer. L'objectif est de rassembler les financements suffisants pour la reconstruction de certains sites détruits. 

Mais alors que les troupes russes poursuivent leur avancée dans le Donbass en bombardant toujours très violemment de nombreuses localités, aucun chantier de reconstruction n'a pu être évidemment entamé pour le moment.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.