Eurozapping : Antony Blinken en Ukraine, condamnation pour trafic d'êtres humains en Belgique et faille de sécurité en Suisse

Publié Mis à jour
Eurozapping : Antony Blinken en Ukraine, condamnation pour trafic d'êtres humains en Belgique et faille de sécurité en Suisse
FRANCEINFO
Article rédigé par
G. Dehlinger, F. Pairaud - franceinfo
France Télévisions

Comme chaque soir, le 23h fait un tour de l'actualité diffusée par les chaînes européennes de télévision. C’est l’Eurozapping du mercredi 19 janvier.

Antony Blinken, le chef de la diplomatie américain est venu rassurer l’Ukraine. Un passage salué par le président du pays, Volodymyr Zelensky : "Votre visite est très importante. Elle souligne votre important soutien à notre indépendance et à notre souveraineté", a-t-il notamment déclaré. Dans les prochains jours, Antony Blinken rencontrera les Européens et son homologue russe et "espère pouvoir rester sur une voie diplomatique et pacifique". 

En Belgique, 19 personnes appartenant à un réseau de trafic d’êtres humains ont été condamnés par la justice. Cette décision fait suite à la découverte, en 2019, de 39 corps de migrants dans un camion frigorifique en Angleterre. Le véhicule avait transité par la Belgique. Une victoire pour les défenseurs des droits humains : "Le verdict est un signal très clair qu’on ne peut pas exploiter la misère d’autrui dans le monde", s’est félicité Luc Arnou, l’avocat du centre fédéral migration. Le principal organisateur, qui a écopé de quinze ans de prison n’a pas exclu de faire appel de sas condamnation.

Nouvelle faille de sécurité en Suisse

En Suisse, une nouvelle faille de sécurité impacte le registre du don d’organes Swisstransplant. Il est ainsi possible d’inscrire une personne sur le site à son insu. Il serait même possible de consulter la liste des inscrits. Une enquête visant à déterminer la fiabilité du site a été ouverte. La révélation passe mal alors que la Suisse prévoit un vote sur le consentement présumé au don d’organes en mai.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.