Le chef de la diplomatie russe quitte Paris, aucun accord trouvé

Sergueï Lavrov a quitté la capitale française sans avoir croisé son homologue ukrainien, Andrii Dechtchitsa.

De gauche à droite : Laurent Fabius (de dos), son homologue russe Sergueï Lavrov, François Hollande (de dos) et John Kerry, secrétaire d\'Etat américain, le 5 mars 2014 à l\'Elysée.
De gauche à droite : Laurent Fabius (de dos), son homologue russe Sergueï Lavrov, François Hollande (de dos) et John Kerry, secrétaire d'Etat américain, le 5 mars 2014 à l'Elysée. (ALAIN JOCARD / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La situation reste floue en Crimée, alors que les tractations diplomatiques s'intensifient. Mercredi 5 mars, le président français François Hollande a reçu plusieurs ministres des Affaires étrangères, dont le russe Sergueï Lavrov, pour un sommet officiellement consacré au Liban, mais qui devait permettre aux diplomates de parler de la crise en Ukraine, au moins en coulisses. Francetv info résume les informations à retenir.

Sur le plan diplomatique. Une première rencontre entre Russes et Occidentaux a eu lieu à Paris. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a quitté la capitale française sans avoir croisé son homologue ukrainien, Andrii Dechtchitsa. "Nous sommes tombés d'accord pour poursuivre les discussions dans les jours à venir afin de voir comment aider à stabiliser, normaliser la situation et surmonter la crise", s'est-il contenté de déclarer à l'issue de la réunion au Quai d'Orsay.

Du côté américain, Barack Obama a suspendu sa participation au G8 de Sotchi (Russie) à un recul de Moscou en Ukraine. Mais il a aussi tendu la main à Vladimir Poutine, en proposant à la Russie de ramener ses forces en Crimée dans leurs casernes et de permettre à des observateurs internationaux de garantir le respect des droits des Ukrainiens russophones. Le président russe en a pris acte, assure la Maison Blanche.

Sur le plan économique. La Commission européenne a annoncé un plan de 11 milliards d'euros en faveur de l'Ukraine. Il pourrait s'étaler sur les deux prochaines années, et proviendrait du budget de l'UE et des institutions financières. L'Union européenne va par ailleurs geler à partir de jeudi les avoirs de 18 responsables ukrainiens de l'ancien régime du président Viktor Ianoukovitch. Leurs noms seront publiés au Journal officiel de l'UE, juste avant la tenue à Bruxelles d'un sommet européen extraordinaire consacré à la crise ukrainienne.

Sur le terrain. Robert Serry, l'envoyé spécial de l'ONU en Crimée, a été retenu brièvement par des hommes armés à Simferopol. "Il va bien. (...) Nous attendons une escorte pour nous rendre à l'aéroport. Il veut prendre un avion pour Kiev", a indiqué une source accompagnant le diplomate

Les forces russes ont pris le contrôle partiel de deux bases de lancement de missiles en Crimée, selon le porte-parole du ministère de la Défense ukrainien. Par ailleurs, des soldats ont pénétré dans la base située à Fiolent, à proximité du port de Sébastopol, où sont entreposés des missiles "désarmés", selon une source officielle. 

La police ukrainienne a pour sa part commencé à faire évacuer l'immeuble abritant le gouvernement régional occupé par des manifestants pro-russes à Donetsk, ville du sud-est de l'Ukraine.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h56 : Le président russe Vladimir Poutine et la chancelière allemande Angela Merkel ont discuté des "scénarios de coopération internationale" pour une "normalisation" de la situation en Ukraine, selon le Kremlin.

22h10 : Il est un peu plus de 22 heures, voici les titres de ce soir :  En Crimée, l'envoyé spécial de l'ONU a mis fin à sa mission, après avoir été brièvement retenu par des hommes armés. Au Quai d'Orsay, à Paris, où plusieurs ministres des Affaires étrangères étaient réunis ce soir, aucun accord n'a été trouvé et les ministres russe et ukrainien ne se sont pas rencontrés. Suivez les événements en direct.

 Le patronat (Medef, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC) sont parvenus à un accord sur les contreparties du pacte de responsabilité. Le texte négocié ne comprend pas d'engagements d'embauches chiffrés mais prévoit des discussions dans les branches professionnelles sur de tels objectifs.


 La classe politique réagit à la diffusion, par Le Canard enchaîné et Atlantico, d'enregistrements de conversations avec Nicolas Sarkozy, réalisés par son ancien conseiller Patrick Buisson. Son avocat parle d'"enregistrements pour le travail". Francetv info revient dans cet article sur cette affaire potentiellement explosive.

L'équipe de France mène 2-0 en match amical contre les Pays-Bas, au Stade de France.

21h36 :  A la sortie du Quai d'Orsay, le secrétaire d'Etat américain John Kerry évoque un accord pour poursuivre d'"intenses discussions" avec Kiev et Moscou, sur le conflit ukrainien. Le chef de la diplomatie américaine ajoute qu'il y a "un certain nombre d'idées sur la table" et qu'il va consulter Barack Obama.

20h13 :  Les Etats-Unis démentent tout accord avec la Russie sur l'Ukraine, selon un diplomate américain, contrairement à ce qu'a assuré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, il y a moins d'une heure.

20h01 : Il est 20 heures. Avant de regarder le JT, un petit point sur l'actualité : De nombreux ministres des Affaires étrangères, dont le Russe Sergueï Lavrov et l'Ukrainien Andrii Dechtchitsa sont réunis à Paris pour une réunion sur le Liban, mais la situation en Ukraine doit être évoquée. Sur le terrain, en Crimée, l'envoyé spécial de l'ONU a mis fin à sa mission, après avoir été brièvement retenu par des hommes armés. Suivez les événements en direct.

 Le patronat (Medef, UPA, CGPME) et trois syndicats (CFDT, CFTC et CFE-CGC) sont parvenus à un accord sur les contreparties du pacte de responsabilité. Le texte négocié ne comprend pas d'engagements d'embauches chiffrés mais prévoit des discussions dans les branches professionnelles sur de tels objectifs.


 La classe politique réagit à la diffusion, par Le Canard enchaîné et Atlantico, d'enregistrements de conversations avec Nicolas Sarkozy, réalisés par son ancien conseiller Patrick Buisson. Son avocat parle d'"enregistrements pour le travail". Francetv info revient dans cet article sur cette affaire potentiellement explosive.


Un nouvel acte dans l'affaire Bettencourt ? Une enquête a été ouverte contre X pour "trafic d'influence". Elle concernerait l'avocat général à la Cour de cassation Gilbert Azibert, l'avocat Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Pour en savoir plus, lisez notre article

19h46 :  L'Otan veut renforcer sa coopération avec l'Ukraine et suspendre certaines de ses initiatives avec la Russie. "Un message très clair" envoyé à Moscou, selon le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen.

19h41 :  Les chefs de la diplomatie russe et ukrainienne, Sergueï Lavrov et Andrii Dechtchitsa, sont tous les deux au ministère français des Affaires étrangères à Paris, ce soir. Sont également présents l'Américain John Kerry, le Britannique William Hague et bien entendu Laurent Fabius. L'agenda officiel porte sur le Liban, mais il est difficile de croire que l'Ukraine sera exclue des discussions.

19h27 :  La Grande Bretagne gèle les avoirs de 18 Ukrainiens soupçonnés d'avoir détourné des fonds publics, annonce le ministre britannique des Finances, George Osborne, sur Twitter. Le ministre ne précise pas de qui il s'agit.

19h24 :  Malgré la crise ukrainienne, les affaires continuent. Les essais d'un navire français Mistral commandé par la Russie ont commencé sur le chantier STX de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). (FRANK PERRY / AFP)

19h15 :  Russie et Etats-Unis sont "d'accord pour aider les Ukrainiens à mettre en œuvre les accords du 21 février", assure le ministre russe des Affaires étrangères, Serguï Lavrov. Le document, signé par l'ex-président ukrainien Ianoukovitch et les leaders de l'opposition, prévoyait une élection présidentielle anticipée, une révision de la Constitution et la formation d'un gouvernement d'union nationale.

19h02 :  L'envoyé spécial de l'ONU en Crimée, Robert Serry, met fin à sa mission dans la péninsule ukrainienne russophone après avoir été retenu brièvement par des hommes armés à Simferopol.

18h18 :  L'envoyé spécial de l'ONU en Crimée, Robert Serry, serait retenu par des hommes armés en uniforme en Crimée, la péninsule occupée par des forces russes. "Son véhicule a été bloqué à Simferopol par des inconnus armés", selon le ministère ukrainien des Affaires étrangères. Mais l'ONU affirme que son émissaire a été menacé et contraint de rentrer à son hôtel.

18h05 : Il est 18 heures. Je vous propose de faire un nouveau point sur l'actualité :  De nombreux ministres des Affaires étrangères sont réunis à Paris pour une réunion sur le Liban, mais la situation en Ukraine doit être évoquée. Sur le terrain, en Crimée, l'envoyé spécial de l'ONU est retenu par des hommes armés, affirment les autorités ukrainiennes. Suivez les événements en direct.

Un nouvel acte dans l'affaire Bettencourt ? Une enquête a été ouverte contre X pour "trafic d'influence". Elle concernerait l'avocat général à la Cour de cassation Gilbert Azibert, l'avocat Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Pour en savoir plus, lisez notre article

 Henri Guaino compare l'affaire à "une sorte de viol"La classe politique réagit à la diffusion, par Le Canard enchaîné et Atlantico, d'enregistrements de conversations avec Nicolas Sarkozy, réalisés par son ancien conseiller Patrick Buisson. La droite est choquéel'avocat de Patrick Buisson parle d'"enregistrements pour le travail".

18h00 : L'envoyé spécial de l'ONU en Crimée est retenu par des hommes armés, affirme un ministère ukrainien.

17h12 : François Hollande accueille ce mercredi à l'Elysée une réunion internationale sur le Liban. En marge de la réunion, le secrétaire d'Etat américain John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov ont parlé de l'Ukraine.
FRANCE TELEVISONS

16h59 : D'après un diplomate américain, lors de leurs rencontre, le secrétaire d'Etat américain John Kerry a réclamé à son homologue russe Sergueï Lavrov des "entretiens directs" entre la Russie et l'Ukraine. Les deux ministres se sont parlés en marge d'une réunion sur le Liban à l'Elysée et sont convenus de se revoir plus tard dans l'après-midi pour "poursuivre leurs discussions", a ajouté ce responsable du département d'Etat.

16h11 : Il est 16 heures. Voici un nouveau point sur l'actualité :  De nombreux ministres des Affaires étrangères sont réunis à Paris pour une réunion sur le Liban, mais la situation en Ukraine doit être évoquée. Sergueï Lavrov et John Kerry se sont déjà rencontrés pour en discuter, tandis que la Commission européenne annonce un plan d'aide à l'Ukraine d'au moins 11 milliards d'euros. Suivez les événements en direct.

Un nouvel acte dans l'affaire Bettencourt ? Une enquête a été ouverte contre X pour "trafic d'influence". Elle concernerait l'avocat général à la Cour de cassation Gilbert Azibert, l'avocat Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Pour en savoir plus, lisez notre article

 Henri Guaino compare l'affaire à "une sorte de viol"La classe politique réagit ce matin à la diffusion, par Le Canard enchaîné et Atlantico, d'enregistrements de conversations avec Nicolas Sarkozy, réalisés par son ancien conseiller Patrick Buisson. La droite est choquéel'avocat de Patrick Buisson parle d'"enregistrements pour le travail".

• Dans une tribune au Monde, le président du Sénat Jean-Pierre Bel annonce qu'il quittera son fauteuil en septembre prochain et renoncera à "toute fonction élective". Il ne faut pas "se considérer comme propriétaire de ses mandats"explique-t-il.

15h41 :  Les ministres des Affaires étrangers, John Kerry et Sergueï Lavrov, viennent de s'entretenir longuement sur l'Ukraine en marge d'une réunion sur le Liban, à L'Elysée.

15h16 :  "Si cela vous semble familier, c'est parce qu'Hitler l'a fait dans les années 30." C'est en ces termes que l'ancienne secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, aurait qualifié la politique de Vladimir Poutine à l'égard de l'Ukraine, lors d'une collecte de fonds en Californie, vous explique notre article.


(JOE RAEDLE / GETTY IMAGES / AFP)

14h25 :  Un peu plus tôt, Laurent Fabius s'est entretenu avec son homologue britannique William Hague. Ce dernier a appelé le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov à rencontrer à Paris le ministre ukrainien des Affaires étrangères Andriï Dechtchitsa pour tenter de résoudre la crise ukrainienne.

14h21 :  Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, est arrivé à l'Elysée. Son homologue russe, Serguei Lavrov, est également attendu pour cette réunion internationale sur le Liban. On devrait surtout évoquer le sort de l'Ukraine.

14h05 : 14 heures : voici un nouveau point sur l'actualité.Un nouvel acte dans l'affaire Bettencourt ? Une enquête a été ouverte contre X pour "trafic d'influence". Elle concernerait l'avocat général à la Cour de cassation Gilbert Azibert, l'avocat Thierry Herzog et Nicolas Sarkozy. Pour en savoir plus, lisez notre article

 Henri Guaino compare l'affaire à "une sorte de viol"La classe politique réagit ce matin à la diffusion, par Le Canard enchaîné et Atlantico, d'enregistrements de conversations avec Nicolas Sarkozy, réalisés par son ancien conseiller Patrick Buisson. La droite est choquée.

 Kiev affirme que les forces russes ont pris le contrôle partiel de deux bases de lancement de missiles en Crimée, cette république autonome située dans le sud du pays. Les chefs de la diplomatie américaine et russe doivent se rencontrer à la mi-journée à l'Elysée pour parler du Liban, mais la situation en Ukraine devrait être abordée. Suivez les événements en direct.

• Dans une tribune au Monde, le président du Sénat Jean-Pierre Bel annonce qu'il quittera son fauteuil en septembre prochain et renoncera à "toute fonction élective". Il ne faut pas "se considérer comme propriétaire de ses mandats", explique-t-il.

13h47 :  Pour l'ancien ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé, l'un des points faibles de la Russie est son économie, écrit-il sur son blog : "La Russie est un pays économiquement et socialement fragile. Il est en pleine implosion démographique. Il a certes d’immenses ressources naturelles. Mais il a besoin de clients pour écouler son gaz et d’investisseurs extérieurs pour moderniser son outil de production. Nous devons utiliser à fond ce puissant levier."

13h40 :  La Commission européenne sort le chéquier pour l'Ukraine. Elle a présenté un plan d'aide "d'au moins 11 milliards d'euros" sur deux ans, à la veille du sommet européen extraordinaire sur la crise dans ce pays. L'Ukraine a chiffré ses besoins à quelque 35 milliards d'euros, un chiffre pris avec prudence par la communauté internationale.

12h06 : Il est midi, voici les titres à la mi-journée :

Henri Guaino compare l'affaire à "une sorte de viol"La classe politique réagit ce matin à la diffusion, par le Canard enchaîné et Atlantico, d'enregistrements de conversations avec Nicolas Sarkozy, réalisés par son ancien conseiller Patrick Buisson.

Kiev affirme que les forces russes ont pris le contrôle partiel de deux bases de lancement de missiles en Crimée, cette république autonome située dans le sud du pays. Les chefs de la diplomatie américaine et russe doivent se rencontrer à la mi-journée à l'Elysée pour parler du Liban, mais la situation en Ukraine devrait être abordée. Suivez les événements en direct.

• Dans une tribune au Monde, le président du Sénat Jean-Pierre Bel annonce qu'il quittera son fauteuil en septembre prochain et renoncera à "toute fonction élective". Il ne faut pas "se considérer comme propriétaire de ses mandats", explique-t-il.

• Ils dénoncent le vieillissement des centrales nucléaires européennes. Des militants de Greenpeace mènent depuis ce matin des actions en France, en Belgique, en Suisse et en Espagne. Une tentative d'intrusion "massive" a été déjouée à la centrale de Gravelines, dans le Nord.

11h39 : @anonyme Selon les autorités ukrainiennes, les forces russes ont pris le contrôle partiels de deux bases de lancement de missiles en Crimée. La première est située dans l'ouest de la région, à Evpatoria. La seconde est dans le Sud, à Fiolent, plus proche du port de Sébastopol qui abrite la flotte russe de la mer Noire.

11h39 : Où se situent les deux bases contrôlées par les pro-russes ? Comment s'appellent-elles ?

11h19 : "Nous ne permettrons pas un bain de sang en Ukraine."

Le ministre des Affaires étrangères russe affirme que Moscou ne permettra "aucun attentat contre la vie et la santé de ceux qui vivent en Ukraine, ni contre les Russes qui vivent en Ukraine".

11h05 : "Nous voulons régler cette crise pacifiquement. Nous ne voulons pas combattre les Russes."

 Reçu par son homologue français Laurent Fabius au Quai d'Orsay, le ministre des Affaires étrangères ukrainien assure que son pays veut "maintenir un bon dialogue, de bonnes relations avec le people russe". "On ne va pas déclarer la guerre aux Russes", assure-t-il.

10h46 : Kiev affirme que les forces russes ont pris le contrôle partiel d'une deuxième base de lancement de missiles en Crimée.

10h43 : Une journaliste de France Inter explique sur Twitter avoir rencontré un soldat russe sur la base de Perevalne, en Crimée, au sud-est de l'Ukraine. Le militaire  lui explique qu'il restera en Crimée jusqu'au 30 mars minimum, la date du référendum sur le statut de cette région.

10h37 :  La base de lancement concernée est située à Evpatoria, dans l'ouest de la Crimée. Le poste de commandement et le centre de contrôle de la base restent sous contrôle ukrainien, précise une porte-parole du ministère de la Défense ukrainien dans la région.

10h35 : Les forces russes prennent le contrôle partiel d'une base de lancement de missiles en Crimée, annonce le ministère de la Défense ukrainien.

10h29 : Pas question de subir des sanctions sans réagir. Un parlementaire russe explique à l'agence de presse RIA plancher sur une proposition de loi qui autoriserait la confiscation des propriétés, avoirs et comptes d'entreprises européennes et américaines si des mesures de rétorsions étaient imposées à la Russie.

09h58 : Selon Reuters, le drapeau ukrainien a été hissé sur le siège du gouvernement dans la ville de Donetsk, dans l'est du pays. Le drapeau russe flottait depuis plusieurs jours sur le bâtiment, qui était occupé par des manifestants pro-Moscou.

09h34 : Le président de la République a évoqué de possibles "sanctions" contre la Russie et prôné "d'exercer toute la pression nécessaire" sur les autorités, lors du dîner annuel du Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) à Paris, hier soir.


(POOL)

08h38 :  Les marchés financiers n'apprécient guère la situation en Ukraine. Pour soutenir le rouble, en chute libre en raison de ces inquiétudes, la Russie a vendu hier des devises étrangères pour un montant record : 11,3 milliards de dollars, soit plus de 8 milliards d'euros.

08h06 : Il est un peu plus de 8 heures, c'est le moment de faire un nouveau point sur l'actualité :

Brice Hortefeux, Michèle Alliot-Marie, François Fillon... ils en prennent tous pour leur grade. Le Canard enchaîné publie la retranscription de conversations de Nicolas Sarkozy, enregistrées par son conseiller Patrick Buisson, à l'Elysée, en 2011. Le site Atlantico dévoile des extraits audio.

Pour l'ancien président Iouchtchenko, figure de la "Révolution orange", Vladimir Poutine veut créer "un nouvel empire", comme l'URSS. Le président russe a justifié hier une intervention en Ukraine, dénonçant un "coup d'Etat anticonstitutionnel", "une prise de pouvoir par les armes"Suivez les événements en direct ici.

Y a-t-il eu chantage à la naturalisation ? Une jeune Russe affirme que la police des Yvelines lui a demandé d'espionner la Manif pour tous. Le ministère de l'Intérieur demande une enquête de la police des polices.

La ministre de la Santé a promis un "statut médical des sages-femmes au sein de la fonction publique hospitalière". Les intéressées ne décolèrent pas et annoncent la poursuite de leurs actions.

07h58 : "La Russie, c'est l'URSS d'aujourd'hui, mais avec un autre nom."

Invité d'Europe 1, l'ancien président Iouchtchenko, figure de la "Révolution orange", estime que Vladimir Poutine "veut faire renaître une sorte de nouvel empire". Il juge que la Crimée, ce bastion pro-russe dans le sud du pays, "fait partie intégrante" de l'Ukraine.

07h29 : Vous ne comprenez rien à la crise en Ukraine ? A la situation en république autonome de Crimée ? Pas de panique, The Spectator (en anglais) a listé pour vous dix phrases intelligentes pour faire croire que vous maîtrisez le dossier, traduites par Slate.fr. Sinon, vous pouvez aussi consulter tous nos articles sur le sujet.

06h22 : Barack Obama laisse toujours planer le doute sur sa participation au prochain G8, prévu en juin dans la ville russe de Sotchi. Pas question de se rendre sur place si Moscou ne fait pas machine arrière sur l'Ukraine, affirment des responsables de la Maison Blanche.

06h02 : Que faut-il savoir pour commencer la journée ? Voici les titres à 6 heures :

 Pour François Hollande, "la Russie a pris le risque d'une escalade dangereuse". Le président français accueille ce mercredi le chef de la diplomatie américaine John Kerry et son homologue russe Sergueï Lavrov, face à face pour la première fois depuis le début de la crise. Ils doivent normalement parler du Liban, mais l'Ukraine devrait surgir dans les conversations.

 Ses ministres Brice Hortefeux et Michèle Alliot-Marie en prennent pour leur grade. Le Canard enchaîné publie la retranscription de conversations de Nicolas Sarkozy, enregistrées par son conseiller Patrick Buisson, à l'Elysée, en 2011. Dans ces extraits, l'ancien président évoque un remaniement.

La ministre de la Santé a promis un "statut médical des sages-femmes au sein de la fonction publique hospitalière". Insuffisant pour les intéressées : leur collectif, en grève depuis octobre, fait part de sa "colère" et annonce la poursuite de ses actions.

Il l'avait annoncé, il l'a fait. La plainte en diffamation de Jean-François Copé contre l'hebdomadaire Le Point, qui affirme qu'il a favorisé, avec l'argent de l'UMP, une société fondée par des proches, a été déposée.