DIRECT. Ukraine : la France suspend la livraison du premier navire Mistral à la Russie

Malgré le plan de sortie de crise en Ukraine présenté par Vladimir Poutine, Paris décide de ne pas livrer l'un des deux navires de guerre commandé par Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine, le 3 septembre 2014, à Oulan-Bator (Mongolie).
Le président russe Vladimir Poutine, le 3 septembre 2014, à Oulan-Bator (Mongolie). (BYAMBASUREN BYAMBA-OCHIR / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Selon un communiqué de l'Elysée, la France a décidé de suspendre, mercredi 3 septembre, la livraison du premier navire de guerre Mistral commandé par la Russie. Une décision liée à la situation tendue en Ukraine, malgré la perspective d'un cessez-le-feu qui reste à confirmer et à être mis en œuvre" explique la présidence française.

Voici les derniers développement de la crise qui agite l'Ukraine, particulièrement dans l'est, où des combats opposent les séparatistes pro-russes à l'armée ukrainienne.

Pas de Mistral pour la Russie, pour le moment. En annonçant la suspension du contrat de commande deux navires Mistral par Moscou, la France suit l'avis de nombreux pays alliés hostiles à cette livraison polémique. "Les actions menées récemment par la Russie dans l'est de l'Ukraine contreviennent aux fondements de la sécurité en Europe" se justifie l'Elysée

Poutine propose un plan pour mettre fin au conflit. "J'ai ébauché quelques réflexions, un plan d'action" sur le règlement du conflit en Ukraine, a déclaré le président russe en présentant mercredi un plan qui comprend sept points. Sa priorité, la fin des offensives de l'armée ukrainienne et des rebelles prorusses, ainsi qu'un échange de prisonniers.

Obama appelle l'Otan à aider l'Ukraine. En visite officielle en Estonie, Barack Obama a déclaré que l'Otan devait aider l'Ukraine à "moderniser et à renforcer ses forces de sécurité", tout comme le Géorgie et la Moldavie, des pays eux aussi limitrophes de la Russie.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h49 : Pourquoi ce tollé ? Je vous garanti que les Russes ne vont pas répliquer, car la déclaration de l'Elyssée est ambiguë. Hollande ne va pas livrer les Mistral "pour le moment", ça veut dire qu'il les livrera après. C'est simple....Toujours des gesticulations, les Européens sont ridicules! C'est le mythe du Pyromane qui crie au feu ! Poutine les ridiculisent tous... y compris le clown Obama.

23h47 : C'est le début de la troisième guerre mondiale. Quand on ne respecte pas ses contrats on le paye très cher. Bientôt fermeture des chantiers. Flambée des prix du gaz. 

23h46 :  Obama et hollande doivent arrêter de croire que les Français vont le laisser cracher un marché de plus d'un 1.2 milliards d'euros en sachant que derrière il y a une croissance à 0.

23h45 :  Dans les commentaires, vous continuez de réagir à la suspension du contrat qui lie la France et la Russie dans la vente de deux navires mistral, en construction à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique).

23h14 :  "François Hollande est une calamité dans tous les domaines essentiels de la vie de notre pays." Dans ce dernier communiqué, Jean-Luc Mélenchon n'a pas de mots assez durs pour déplorer la décision de l'Elysée de suspendre la livraison de deux navires mistral à la Russie, "une trahison insupportable", estime l'ancien candidat à la présidentielle.

Sur son blog, il dénonce une "mesure sans signification militaire dans le conflit actuel [qui] achève la vassalisation de notre pays à la main des USA et de la politique belliqueuse de l’OTAN."

22h54 :  La France suspend "jusqu'en novembre" la livraison du premier navire de guerre Mistral à la Russie. Il s'agit un "coup de semonce" à Poutine, selon l'Elysée. Voici les explications de France 2.


(FRANCE 2)

21h51 :  Pour la première fois depuis le début de la crise qui met aux prises Kiev et des séparatistes prorusses, des troupes américaines vont être envoyées en Ukraine : deux cents parachutistes américains participeront à un exercice militaire international ce mois-ci dans l'ouest du pays, annonce le Pentagone.

21h30 :  L'armée ukrainienne perd du terrain dans l'Est face à l'avancée des insurgés pro-Russes aidés par la Russie de Vladimir Poutine. Le bataillon de Vostok, comme ils se font appeler, "ceux qui combattent à l'Est", a bien voulu embarquer avec les journalistes de France 2 sur leur terrain de leur conquête. Reportage.

  
(MARC DE CHALVRON, CHLOE CORMERY et PHILIPPE FREMONT - FRANCE 2)

21h00 :  La France a décidé de ne pas livrer en temps et en heure le premier porte-hélicoptère Mistral à la Russie. Notre journaliste Christophe Rauzy passe au crible ce changement d'attitude de Paris dans ce dossier sensible. Voici quatre questions sur ce revirement de situation.


(FRANK PERRY / AFP)

20h30 :   La France ne peut pas être l'ami de l'Ukraine et livrer des armes de guerre dans ce contexte. Il faut choisir de quel coté on se situe ! Il faut rappeler que les séparatistes ukrainiens sont souvent des soldats de l'armée rouge en vacances ! L'attitude des Russes est d'une autre époque , il est vrai que Poutine n'est pas autre chose que l'ex numero 1 du kgb, il est la pour remonter l'URSS coûte que coûte !

20h27 :  Lire certains commentaires me donne la nausée ... Comment peut-on écrire autant d'absurdités sur le conflit en Ukraine. La propagande fonctionne à plein tube je vois...Surtout ne publiez pas mon commentaire svp.. Vos maîtres pourraient vous le reprocher .

20h26 : Si la stratégie interne de Hollande n'est pas franchement claire, sa politique étrangère, elle, tient la route.

20h25 :  Ce contrat ne devrait pas causer de problèmes sur de futur contrat étant donné que la Russie ne les a pas acheté par hasard à la France. En effet, c'est pour le savoir faire de ces navires qu'elle les a acheté. Ces navires sont dans leur domaine à la pointe de la technologie (...). Alors arrêtez de critiquer cette déclaration de l'Elysée. En plus, le second ne sera prêt que dans deux ans. Quant à l'idée que de futurs contrats soit plombés, ce ne sera pas le cas. Si le Rafale ne se vend pas c'est parce que ses capacités n'a pas encore être prouvé, la Libye a beaucoup servi à cela mais y a encore du boulot.

20h24 : Les Etats-Unis se félicitent d'apprendre que Paris a suspendu jusqu'au mois de novembre le contrat qui lie la France à la Russie pour la vente de deux navires mistral. Washington salue "une sage décision". Dans les commentaires, vous continuez de réagir. 

19h42 : Certes, la Russie se conduit en Ukraine d'une manière inqualifiable, mais si le refus de la France de livrer les deux bateaux de guerre se confirme, cela risque d'avoir de graves conséquences : quel pays voudra prendre "le risque" de nous acheter du matériel de ce niveau si la France ne tient pas ces engagements commerciaux ? Qui plus est quand les commandes ont été payées. Le Rafale n'est pas près d'être vendu... C'est la parole de la France qui est fragilisée.

19h41 :  Donc, apparemment, vous vous en fichez de ce qui se passe ailleurs, pourvu que ça ne touche pas à votre économie !

19h41 :  Bravo ...il était grand temps d'arrêter ce contrat ... les Russes sont en train de massacrer les ukrainiens.

19h40 :  Que faire de ces navires ? L'Europe les achètent et les livrent à l'Ukraine. Les mettre en mer noire, comme cela Poutine ne sera pas le seul maître.

19h46 : Le contrat de la vente de deux navires Mistral à la Russie "est suspendu jusqu'en novembre", indique une source diplomatique française. Si nous avons vu plus tôt que certaines d'entre vous estiment que cette suspension est une erreur, d'autres internautes appuient cette décision de l'Elysée.Enfin, d'autres s'interrogent sur les conséquences. 

19h37 : "Pour nous la nouvelle lutte des classes, c'est le peuple contre l'oligarchie mondiale."

 Quatre militants de la droite nationaliste composent la microscopique légion française du Donbass. Ils entendent combattre au côté des forces pro-russes. L'AFP les a rencontré.

19h04 : Les Américains et les Anglais devraient nous acheter les navires (...) on a obéi...

19h03 :  Et que fait-on de ces deux navires ?

19h03 :  Un comble, pour une fois que la France gagne un contrat, les concurrents demandent à ce que la France ne livre pas. Mais par contre, la France devra payer des amendes pour non respect des règles du commerce international. Les Etats-Unis ferons pareils avec les avions de chasses ?

19h02 :  C'est une grave erreur de ne pas honorer un contrat signé.  De plus c'est un désastre pour la construction navale française déjà mal en point. Hollande veut jouer des muscles face à Poutine, c'est triste et ridicule.

19h02 :  Se priver d'un tel contrat est ridicule. Que représente ces deux navires au sein du gigantesque arsenal militaire russe? Pas grand chose. On reste dans le symbole en obéissant à certains alliés pas si irréprochables. Les travailleurs des chantiers navals vont en pâtir, dommage.

19h00 : Dans les commentaires, vous êtes nombreux à réagir à l'annonce de l'Elysée annonçant la suspension, pour l'instant, de la livraison des navires de guerre Mistral commandés par la Russie. Et vous êtes très critiques...

18h30 :  La France ne livrera pas les navires de guerre Mistral commandés par la Russie pour le moment. "Le président de la République a constaté que, malgré la perspective d'un cessez-le-feu (en Ukraine) qui reste à confirmer et à être mis en œuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC (Bâtiment de projection et de commandement) ne sont pas, à ce jour, réunies", écrit la présidence. Plus d'informations dans notre article.

18h10 :  Kiev juge que le plan de Poutine est "de la poudre aux yeux" à destination des Occidentaux.

17h58 :  @Jerôme Comme je viens de l'écrire dans ce live, effectivement, l'Elysée affirme que les conditions pour la livraison du premier navire de guerre Mistral à la Russie "ne sont pas réunies". Toutes les informations disponibles pour le moment sont dans notre article.

17h58 :  Mistral..... Il paraît qu'on ne les livre plus comme prévu ? Info ?

17h48 : "Les actions menées récemment par la Russie dans l’est de l’Ukraine contreviennent aux fondements de la sécurité en Europe."

 Dans un communiqué, l'Elysée écrit : "Le président de la République a constaté que, malgré la perspective d’un cessez-le-feu qui reste à confirmer et à être mis en œuvre, les conditions pour que la France autorise la livraison du premier BPC ne sont pas à ce jour réunies."

17h48 :  L'Elysée affirme que les conditions pour la livraison du premier navire de guerre Mistral à la Russie ne sont pas réunies.

16h26 :  Un exercice militaire international avec la participation de soldats d'une douzaine de pays, dont les Etats-Unis, se déroulera du 13 au 26 septembre dans l'ouest de l'Ukraine. Les manœuvres "Rapid Trident 14", prévues de longue date, se dérouleront notamment sur un terrain d'exercice près de Lviv, selon un communiqué du ministère polonais. 

16h17 :   La Pologne annonce un exercice militaire international avec participation américaine en septembre en Ukraine.

16h01 :  Le président russe Vladimir Poutine a présenté un plan en sept points de règlement de la crise en Ukraine, disant espérer un "accord final" entre Kiev et les rebelles pro-russes vendredi. Selon le président russe, il faut avant tout "mettre fin aux opérations offensives" dans les régions de Donetsk et de Louhansk (est), par l'armée ukrainienne comme par les rebelles.

15h05 :  A la veille d'un sommet de l'Otan au Pays de Galles (Royaume-Uni), Barack Obama estime que l'organisation internationale doit envoyer un message clair de soutien à l'Ukraine. 

15h02 :  Barack Obama affirme que l'Otan doit aider à renforcer les défenses de l'Ukraine, la Moldavie et la Géorgie. 

14h31 :  Un corridor humanitaire pour les réfugiés, des fournitures d'aide et un échange de prisonniers doivent figurer parmi les mesures de résolution du conflit, dit Vladimir Poutine qui s'exprime sur un éventuel accord de cessez-le-feu dans l'Est de l'Ukraine.  

14h21 :  Un peu plus tôt ce matin, le président ukrainien Porochenko avait annoncé un accord pour un cessez-le-feu. Mais Moscou avait nuancé. Le Kremlin reconnaissait les présidents ukrainien Petro Porochenko et russe Vladimir Poutine avaient abordé le sujet mais affirmait que la Russie ne pouvait pas décider d'une telle mesure car elle "n'est pas partie prenante au conflit"

14h18 :  Vladimir Poutine annonce qu'un accord entre Kiev et les rebelles pro-russes pourrait intervenir d'ici le 5 septembre, soit vendredi. 

14h17 :  Vladimir Poutine affirme que son point de vue sur une sortie de crise en Ukraine est très proche de celui du président Porochenko. 

13h58 :  Selon une source européenne, un document de travail évoque, comme sanction possible contre Moscou, un boycott européen de la Coupe du monde de football en Russie en 2018. Cette source précise qu'il s'agit d'une "possibilité, plus tard".

13h47 :  Malgré l'annonce par Kiev d'un accord avec Moscou pour un cessez-le-feu, de violentes explosions d'artillerie ont ébranlé les faubourgs de Donetsk. Une épaisse fumée grise s'élève d'un secteur proche de la ville.

12h54 :  @xmed Oui, nous en avons parlé un peu plus tôt dans ce live, Kiev a affirmé qu'un accord pour un cessez-le-feu avait été trouvé tandis que le Kremlin a joué sur les mots. En effet, Moscou reconnaît que les présidents ukrainien Petro Porochenko et russe Vladimir Poutine ont abordé le sujet mais affirme que la Russie ne peut pas décider d'une telle mesure car elle "n'est pas partie prenante au conflit"

12h54 : Démenti du Kremlin. aucun cessez le feu signé. ..

12h25 : Un obus de mortier est encastré dans le bitume près de l'aéroport de Donetsk (Ukraine), le 1er septembre 2014. Une image à retrouver dans le diaporama "Un œil sur l'actu". La situation en Ukraine est, elle, à suivre ici


MAXIM SHEMETOV / REUTERS

11h37 :  De son côté, Barack Obama reste prudent. Il est "trop tôt" pour se prononcer sur le cessez-le-feu en Ukraine, a-t-il déclaré. 

11h34 : La Russie joue sur les mots. Alors que Kiev a annoncé un accord de cessez-le-feu avec Moscou, le Kremlin fait savoir que "la Russie ne peut concrètement pas négocier [cela], car elle n'est pas partie prenante au conflit"

10h08 : Le président ukrainien Porochenko et Vladimir Poutine ont trouvé un accord pour "un cessez-le-feu permanent" dans l'est de l'Ukraine, annonce Kiev. 

08h25 : Vladimir Poutine et Petro Porochenko ont évoqué par téléphone une possible sortie de crise entre Kiev et Moscou, annonce l'agence russe Interfax, citant un porte-parole du président russe. Ils sont tombés d'accord sur la marche à suivre, précise-t-elle.