DIRECT. Ukraine : Hollande confirme un accord sur "un règlement politique global"

Les dirigeants français, allemand, ukrainien et russe, réunis en Biélorussie, ont trouvé un accord sur un cessez-le-feu dans l'est de l'Ukraine. 

Les présidents ukrainien (G), biélorusse (C) et russe (D) montent les escaliers avant le sommet de la dernière chance, le 11 février 2015 à Minsk (Biélorussie). 
Les présidents ukrainien (G), biélorusse (C) et russe (D) montent les escaliers avant le sommet de la dernière chance, le 11 février 2015 à Minsk (Biélorussie).  (GRIGORY DUKOR / REUTERS)
Ce qu'il faut savoir

Ils ont parlé pendant plus de seize heures. Vladimir Poutine, Petro Porochenko, Angela Merkel et François Hollande ont passé une longue nuit de négociations, entre mercredi 11 et jeudi 12 février, à Minsk (Biélorussie). Ils ont annoncé la conclusion d'un accord sur le conflit ukrainien, vers 10h30.

Suivez les derniers événements dans notre direct.

Un accord trouvé à Minsk. Après de longues discussions difficiles, un accord de paix a finalement été trouvé entre la Russie et l'Ukraine. C'est Vladimir Poutine qui l'a annoncé en premier. Un cessez-le-feu doit entrer en vigueur à partir du 15 février. "La souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine seront respectées", a indiqué le Kremlin. 

Encore du travail, selon Hollande. Le président français, attendu à Bruxelles pour un sommet européen avec Angela Merkel, s'est exprimé sur l'accord conclu. François Hollande a indiqué qu'il restait "encore beaucoup de travail", mais, selon lui, les dirigeants ont désormais une "véritable chance d'améliorer la situation".

Sur le terrain, encore des victimes. Alors que les discussions étaient déjà en cours à Minsk, un passant a été tué lorsqu'un hôpital du centre de Donetsk a été touché par un obus, selon les rebelles. Au total, deux soldats ukrainiens et sept civils ont été tués au cours des dernières 24 heures, selon l'armée et les autorités locales. Dans les heures précédant le début des négociations, une cinquantaine de personnes ont péri dans des combats et bombardements.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h00 : "La France ne veut pas livrer d'armes à l'Ukraine. On ne veut pas faire la guerre, on veut faire la paix", continue François Hollande, qui indique que si le cessez-le-feu n'était pas respecté par les séparatistes prorusse, des sanctions supplémentaires seraient prises par l'Europe.

22h35 : "Ce moment a été aussi important pour la relation franco-allemande. (...) Quand la France et l'Allemagne se mettent d'accord pour prendre leurs responsabilités, ça se voit et ça compte."

Le chef de l'Etat salue le travail effectué en commun avec Angela Merkel dans le cadre de cet accord pour un cessez-le-feu. "Toutes les voix qui se sont exprimées durant ce conseil ont salué l'initiative" des deux pays, a-t-il ajouté.

22h33 : "Cet accord, il est là. Mais c'est un accord fragile, car le cessez-le-feu ne sera effectif que dimanche à 0 heure. Il peut y avoir encore des victimes"

Lors de sa conférence de presse, le chef de l'Etat revient sur l'accord sur un cessez-le-feu en Ukraine difficilement obtenu après 17 heures de négociations, ce matin. "Nous ne sommes qu'au début du processus", a-t-il précisé.

18h39 : "La négociation a été très difficile, et nous ne nous attendons pas à une mise en œuvre facile du processus."


Lui aussi joue la prudence. Le président ukrainien estime ce soir que la mise en œuvre de l'accord de Minsk pour un cessez-le-feu dans son pays ne serait "pas facile".

17h33 : @anonyme : Ces déclarations émanent du porte-parole de l'armée ukrainienne, qui a affirmé qu'"une cinquantaine de chars, 40 lance-roquettes multiples Grad, Ouragan et Smertch et autant de blindés" ont pénétré sur le territoire ukrainien depuis la Russie.

17h33 : On entend de temps à autre que la Russie a fait rentrer 50 chars en Ukraine durant les négociations. Ne pourrait-on pas savoir qui propage cette nouvelle car il parait un peu facile de dire n'importe quoi ?

15h32 : Après la signature d'un accord de paix à Minsk, François Hollande appelle à la prudence. "Tout peut encore se décider dans un sens ou dans un autre", prévient-il, à son arrivée à Bruxelles pour un sommet européen.

(FRANCE TELEVISIONS)

14h43 : Le président russe Vladimir Poutine appelle les soldats ukrainiens encerclés par les séparatistes à Debaltseve, dans l'est de l'Ukraine, à "déposer les armes", afin que le cessez-le-feu conclu à Minsk puisse entrer en vigueur dimanche comme prévu.

14h39 : Faut-il se réjouir de l'accord de paix signé à Minsk, en Biélorussie ? Francetv info vous aide à vous faire votre avis dans cet article, qui détaille le contenu de l'accord, les réactions des pays impliqués dans les négociations, ainsi que le programme des prochains jours.

(SEFA KARACAN / ANADOLU AGENCY / AFP)

14h04 : "L'accord ne garantit pas un succès durable."

Arrivé à Bruxelles pour un sommet européen, le chef de l'Etat estime que "les prochaines heures seront déterminantes" pour que l'accord signé à Minsk soit couronné de succès. "Je crois que nous sommes sur le bon chemin", précise-t-il.

12h49 : Selon Kiev, une cinquantaine de chars et autres équipements lourds ont pénétré sur le territoire ukrainien depuis la Russie, cette nuit, au cours du sommet sur la paix en Ukraine, à Minsk.

11h42 : Oui @anonyme, un accord a été conclu à Minsk avec l'annonce d'un cessez-le-feu en vigueur dès le 15 février. Tous les détails n'ont pas été détaillés et Berlin reste prudent. Pour plus de précisions, je vous conseille la lecture de notre article.

11h42 : A la vue des commentaires postés, que se passe-t-il ? Un accord a été signé ou pas? Quelles sont les infos officielles? Doit-on craindre une croissance du conflit si aucune solution n'est trouvée?

11h39 : Angela Merkel assure ne se faire "aucune illusion" sur la situation en Ukraine, évoquant "encore de gros obstacles" à surmonter.

11h17 : Une version un peu différente de celle de François Hollande, Berlin précise que l'accord à Minsk n'est "pas une solution globale" ni une "percée". Par ailleurs, des journalistes précisent que Vladimir Poutine a quitté le sommet sans signer le moindre document.

11h01 : Sur ce point , Vladimir Poutine a indiqué qu'un accord sur un retrait des armes lourdes avait été validé. De son côté, l'Ukraine doit réformer sa constitution pour respecter les droits des habitants de l'Est.

11h01 : Le texte ne parle que d'économie et non des territoires occupés par les séparatistes... or ce n'est pas justement ce qu'il faudrait résoudre ? Qu'en est-il de ce point ? C'est quand même ce qui crystalise les tensions en Ukraine non ? Merci.

10h51 : Hollande. 11 janvier. Minsk. Capitaine de pédalo ?!Mais il est où Mélenchon ?

10h50 : Génial. Belle initiative Hollande-Merkel. France + Allemagne = autorité morale

10h46 : Voici la poignée de main entre Petro Porochenko et Vladimir Poutine, filmée par Russia Today.


10h44 : "La chancelière et moi-même, nous nous sommes engagés à vérifier la mise en oeuvre de ce processus"

François Hollande s'exprime sur l'accord trouvé à Minsk. Il se félicite au passage de sa "complémentarité" sur ce dossier avec Angela Merkel.

10h43 : Selon François Hollande, il y a encore beaucoup de travail à faire sur l'Ukraine mais l'accord est une "véritable chance d'améliorer la situation".

10h33 : Les quatre dirigeants réunis à Minsk confirment que la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Ukraine seront respectées, annonce le Kremlin. La France et l'Allemagne s'engagent à fournir une aide technique, notamment dans le secteur bancaire.

10h23 : François Hollande confirme "un accord sur le cessez-le-feu et un règlement politique global"

10h15 : "On a réussi à trouver un accord sur l'essentiel"

Vladimir Poutine a annoncé la signature d'un accord, avec un cessez-le-feu qui entrera en vigueur le 15 février. Il affirme que l'Ukraine devra réformer sa constitution pour respecter les droits des habitants de l'est.

10h11 : Un accord de paix vient d'être trouvé à Minsk, annonce Vladimir Poutine. Un cessez-le-feu doit entrer en vigueur le 15 février.

10h09 : Les visages expriment la fatigue à Minsk alors que les négociations ne sont toujours pas parvenus à un accord.


(REUTERS)

09h54 : Après une pause, Hollande, Merkel, Poutine et Porochenko retournent à la table des négociations.


(REUTERS)

09h51 : Les visages étaient tendus au moment de retourner dans la salle des négociations à Minsk, et ce malgré le ravitaillement.

09h39 : En parallèle des négociations, le Fonds monétaire international (FMI) vient de conclure un accord de principe sur une facilité de crédit élargie de 17,5 milliards de dollars (15,4 milliards d'euros) destinée à l'Ukraine, annonce la directrice générale du FMI, Christine Lagarde.

09h25 : Les négociations ont repris à Minsk, en Biélorussie, après quelques tensions entre Vladimir Poutine et Petro Porochenko.

09h01 : La situation se tend à Minsk. Les négociations semblent désormais mal engagées.

08h43 : Selon le journaliste de France 2 Jeff Wittenberg, les discussions sur la situation de l'est dans l'Ukraine recommencent à Minsk en Biélorussie.

08h29 : "Malheureusement, il n'y a pas encore de bonnes nouvelles. Pour l'instant, il n'y a aucune nouvelle", déclare le chef d'Etat ukrainien Petro Porochenko au sujet des négociations. Mais "l'espoir existe toujours", ajoute-t-il, en précisant que les "conditions" posées par les Russes étaient "inacceptables".

08h20 : Nuit blanche. Les négociations ont duré plus de treize heures à Minsk, en Biélorussie. Angela Merkel et François Hollande seront donc en retard pour le sommet européen à Bruxelles, qui accueille pour la première fois le Premier ministre grec, Alexis Tsipras.