DIRECT. Ukraine : aucun accord avec le régime n'a été trouvé "pour l'instant", selon Fabius

Les ministres européens sont tombés d'accord sur le principe des sanctions contre les responsables de violences, jeudi 20 février.

Ce direct est terminé.

Ce qu'il faut savoir

Les affrontements ont repris à Kiev, jeudi 20 février, malgré la trêve annoncée par le président Ianoukovitch, la veille au soir. Avec ce nouveau déchaînement de violences, la crise politique en Ukraine semble avoir atteint un point de non-retour. Un nouveau bilan du ministère de la Santé fait état de 75 morts depuis mardi.

Laurent Fabius a quitté Kiev. Le ministre français a quitté le bureau du président ukrainien pour se rendre à l'aéroport de Kiev, où il a pris un avion vers Pékin pour y rencontrer le président chinois, comme prévu dans son agenda. Laurent Fabius a fait état de "négociations très difficiles", avant le second entretien, et déclaré qu'il n'y a "pas encore de solution". Les négociations se poursuivaient toutefois à minuit.

L'Union européenne d'accord sur le principe des sanctions. Les ministres des Affaires étrangères européens sont tombés d'accord sur le principe de priver de visas et de geler les avoirs de ceux dont les mains "sont tachées de sang" en Ukraine, a annoncé la chef de la diplomatie italienne, Emma Bonino, à l'issue d'une réunion de crise à Bruxelles.

Au moins 75 morts depuis mardi. Plus de 60 manifestants ont été tués par balles à Kiev depuis le début de la journée dans le centre de la capitale, selon le responsable des services médicaux de l'opposition. Le bilan est de 75 morts depuis mardi, selon le ministère de la Santé.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h42 :  @jerome : Le ministre des Affaires étrangères a quitté la présidence ukrainienne pour se rendre à Pékin. Son agenda mentionne un déplacement en Chine du 20 au 25 février, soit jusqu'à mardi. Rien à voir avec l'Ukraine : il s'agit "de préparer la visite d'Etat qu'effectuera le président chinois en France".

23h42 :  Sait-on pourquoi L. Fabius a quitte la table des négociations ?

23h25 :  Des Tchèques sont réunis sur une place de Prague pour montrer leur soutien au mouvement d'opposition en Ukraine, indique un internaute.

22h39 : "La négociation continue avec les collègues allemand et polonais." 

 Laurent Fabius a quitté le bureau du président ukrainien pour se rendre à l'aéroport de Kiev, selon BFMTV. Il va prendre un avion vers Pékin pour y rencontrer le président chinois, comme cela était prévu dans son agenda.

22h36 :  Laurent Fabius est en route vers l'aéroport de Kiev pour se rendre en Chine.

22h10 : "Nous exhortons le président Ianoukovitch à retirer immédiatement ses forces de sécurité du centre-ville de Kiev."

 La Maison Blanche se dit "scandalisée" par les tirs des forces de l'ordre contre les manifestants. Elle appelle aussi "les manifestants à s'exprimer pacifiquement".

22h00 : Il est 22 heures, voici un nouveau point sur l'actualité :




Les négociations se poursuivent à Kiev, où trois ministres européens, dont Laurent Fabius, tentent de parvenir à un accord entre le pouvoir et l'opposition. L'UE a prévu des mesures contre les responsables des violences. Suivez les événements en direct ici.



 Serge Dassault est ressorti libre de sa garde à vue. Il sera toutefois convoqué ultérieurement, en vue d'une possible mise en examen.



• Le gynécologue parisien André Hazout a été condamné à huit ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur six de ses patientes. 



 Et de 15 médailles pour la France ! Les Bleus atteignent leur objectif grâce à la médaille d'argent remportée par Marie Martinod en ski acrobatique half-pipe. 

21h46 :  Le Parlement ukrainien a voté une résolution imposant notamment un cessez-le-feu, le retour des forces de l'ordre dans les casernes et la réouverture des routes menant à Kiev, selon plusieurs journalistes. Cette résolution doit toutefois être ratifiée par le président du Parlement, qui, selon certaines sources, aurait quitté le pays.

21h44 :  Le Parlement ukrainien vote un cessez-le-feu.

21h38 :  Le ministère de la Santé ukrainien annonce un bilan de 75 morts à Kiev depuis mardi.

21h26 : "Nos expériences nous disent que les engagements entrepris par l'administration ukrainienne sont rarement tenus."




 S'il affirme que le président ukrainien est "prêt à tenir des élections présidentielles et parlementaires anticipées", le Premier ministre polonais ne cache pas son scepticisme.

21h28 :  Le Parlement ukrainien se réunit en urgence, indiquent des journalistes sur place. Au programme : l'interdiction du recours aux armes à feu par la police et la fin des opérations anti-terroristes. Les bancs sont surtout occupés par l'opposition.

20h50 : "Nous retournons voir le président."


 Faute d'accord pour l'instant, Laurent Fabius indique qu'une nouvelle rencontre avec le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch, est sur le point de débuter. Il est toujours accompagné par les ministres allemand et polonais des Affaires étrangères.

20h39 :  Laurent Fabius indique à son tour qu'il n'y a pas d'accord "pour l'instant". Le chef de la diplomatie française, en mission de médiation à Kiev, fait état de négociations "très difficiles".

21h59 :  Il n'y a "aucun accord" pour l'instant. Vitali Klitschko, l'un des leaders de l'opposition, dément qu'un accord ait été trouvé avec le pouvoir pour sortir le pays de la crise politique.

20h24 :  Pendant que les négociations se poursuivent dans les bureaux, les manifestants réunis dehors se disent partis pour rester. Les médicaments ne manquent pas, selon l'un d'eux, interrogé par un journaliste français.

20h19 : "Il a été convenu avec Ianoukovitch que des élections présidentielles et parlementaires se tiendraient cette année et qu'un gouvernement d'unité nationale serait créé dans les prochains dix jours." 

 Le chef du gouvernement polonais annonce un geste du président ukrainien pour des élections présidentielles et parlementaires anticipées en 2014. Dans l'opposition, Vitali Klitschko se montre plus prudent et espère un accord sur une feuille de route dans la soirée.

20h24 : En ce début de soirée, voici un nouveau point sur l'actualité :




Le président ukrainien a accepté la tenue, dès cette année, d'élections anticipées, selon le Premier ministre polonais. En attendant, l'UE a annoncé être d'accord sur le principe de mesures contre les responsables des violences. Suivez les événements en direct ici.



 Serge Dassault est ressorti libre de sa garde à vue, sans mise en examen. Il sera toutefois convoqué ultérieurement, en vue d'une possible mise en examen.



• Le gynécologue parisien André Hazout a été condamné à huit ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur six de ses patientes. 



 Et de 15 médailles pour la France ! Les Bleus atteignent leur objectif grâce à la médaille d'argent remportée par Marie Martinod en ski acrobatique half-pipe. 

19h56 :  Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch est d'accord pour la tenue d'élections anticipées cette année, selon le Premier ministre polonais.

19h44 : "Nous ne pouvons ignorer qu'il y a des groupes extrémistes et des infiltrés. Nous visons tous ceux qui sont tachés de sang."

 Les sanctions prévues par l'UE concernent les dirigeants ukrainiens mais aussi certains manifestants. Francetv info vous en dit plus sur le plan européen, qui possède également un volet médical et humanitaire.

19h09 : "En moins de trente minutes, on élève des murs, on bâtit des barricades."


 Dans une interview à francetv info, le journaliste de France 2 revient sur l'organisation "remarquable" des manifestants, lancés dans une "stratégie de grignotage du terrain".

18h50 :  @Libertad : La chef de la diplomatie européenne est à Bruxelles, où elle a participé à la réunion des ministres des Affaires étrangères. Elle participe en ce moment à une conférence de presse pour rendre compte de ces discussions, que vous pouvez suivre ici.

18h49 :  Bonjour, Où se trouve Catherine Ashton, à Kiev ou en vacances ?

18h45 :  Une source diplomatique européenne précise que les sanctions prévues par l'UE comprennent également l'interdiction de l'exportation vers l'Ukraine de matériel anti-émeutes. A Kiev, un journaliste publie une photo du hall de son hôtel, où "les gens meurent" et "les femmes pleurent".

18h19 :  Les ministres européens des Affaires étrangères sont tombés d'accord pour, "très rapidement", priver de visas et geler les avoirs de ceux dont les mains "sont tachées de sang", indique la chef de la diplomatie italienne, Emma Bonino. L'accord a été conclu "en étroite coordination avec les trois ministres qui négocient à Kiev".

18h14 :  L'UE va priver de visas et geler les avoirs de ceux qui "sont tachés de sang", annonce un ministre italien.

18h12 : Il est un peu plus de 18 heures et donc temps de faire un nouveau point sur l'actualité : Lourd bilan à Kiev. Les opposants ont annoncé la mort d'au moins 60 manifestants jeudi lors des affrontements dans la capitale ukranienne. L'administration municipale confirme pour sa part la présence de 67 cadavres "au service de médecine judiciaire", des manifestants tués depuis mardi. Suivez les événements en direct ici. Trois ministres des Affaires étrangères européens, dont Laurent Fabius, restent à Kiev pour tenter de calmer les violences et de trouver une issue politique au conflit. Le trio a déjà rencontré successivement l'opposition et le président ukrainien.

• Le gynécologue parisien André Hazout a été condamné à huit ans de prison pour viols et agressions sexuelles sur six de ses patientes. Trente autres avaient porté plainte contre ce spécialiste de la procréation médicalement assistée, mais les faits étaient prescrits. Ils viennent tout juste de recevoir leur médaille : les Français Jean-Frédéric Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midol ont réussi un exploit en réalisant un triplé en finale de skicross, une performance inédite pour l'Hexagone aux Jeux d'hiver. 

17h55 : Des Ukrainiens de France se sont rassemblés derrière le quai d'Orsay à Paris, avec pour slogan "Stop à la barbarie", signale un journaliste de France 2 sur Twitter.

17h32 : Le Français Laurent Fabius, l'Allemand Frank-Walter Steinmeier et le Polonais Radoslaw Sikorski vont négocier un plan de sortie de crise avec le président Viktor Ianoukovitch, annoncent des sources allemandes à l'AFP.

17h31 : Les ministres de l'Union européenne resteront jusqu'à vendredi à Kiev pour négocier un plan de sortie de crise.

17h28 : L'administration municipale de Kiev précise que le bilan de 67 morts qu'elle a donné correspond au nombre de cadavres "déjà au service de médecine judiciaire". Il s'agit de manifestants tués depuis mardi. Les opposants évoquent eux au moins 60 morts pour la seule journée de jeudi.

17h03 : Les autorités municipales annoncent la mort de 67 manifestants dans les violences à Kiev.

16h55 : Pierres, pneus, rondins de bois... à Kiev les manifestants transportent du matériel pour ériger des barricades autour de la place de l'Indépendance. 



(KONSTANTIN CHERNICHKIN et DAVID MDZINARISHVILI / REUTERS)

16h36 : Nous évoquions plus tôt dans le live le match entre le Dynamo Kiev et Valence, qui est délocalisé à Chypre ce jeudi. Sur Twitter, un journaliste de L'Equipe rappelle qu'une autre équipe ukrainienne, le Tchernomorets Odessa, reçoit Lyon ce soir : le match se jouera "normalement", précise-t-il.

16h16 : Une troïka de ministres européens, dont Laurent Fabius, sont venus tenter d'arrêter le bain de sang à Kiev. Les trois hommes sortaient ce jeudi matin de l'ambassade allemande pour une rencontre avec le président ukrainien, Viktor Ianoukovitch. Ils vont rester à Kiev pour tenter de trouver une issue au conflit, ont annoncé des diplomates.

(images FRANCE 3)

16h13 : Il est 16 heures passées de quelques minutes. L'occasion de faire un nouveau point sur l'actualité.


 Le bilan s'alourdit à Kiev. Après trois mois de contestation, de violents affrontements dans la capitale ont fait aujourd'hui au moins 60 morts du côté des manifestants, selon un responsable des services médicaux de l'opposition. Le ministère de l'Intérieur ukrainien assure que la police utilise des armes "en légitime défense", et annonce que "67 policiers ont été enlevés par les manifestants".


Trois ministres des Affaires étrangères européens, dont Laurent Fabius, vont rester à Kiev pour participer à de nouvelles discussions. L'objectif pour eux est de trouver une issue politique au plus vite pour mettre fin aux affrontements.


Déception pour Jason Lamy-Chappuis. L'athlète termine les Jeux sans décrocher de médaille, après la quatrième place obtenue par le relais français en combiné nordique. "On est déçus et frustrés", a réagi le sportif.


Joie en revanche pour Jean-Frédéric Chapuis, Arnaud Bovolenta et Jonathan Midal. Les Français ont réussi le triplé en finale de skicross, une performance inédite pour l'Hexagone aux Jeux d'hiver. Voici leurs réactions après cet exploit.

16h06 : Le ministère de l'Intérieur ukrainien annonce que 67 policiers ont été enlevés par les manifestants.