DIRECT. L'opposante Ioulia Timochenko reçoit un accueil triomphal à Kiev

Les manifestants contrôlent le palais présidentiel, d'habitude sous haute protection.

L\'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, tout juste libérée de prison, à Kharkiv (Ukraine) où elle était hospitalisée près du centre pénitentiaire.
L'opposante ukrainienne Ioulia Timochenko, tout juste libérée de prison, à Kharkiv (Ukraine) où elle était hospitalisée près du centre pénitentiaire. (INNA PETRIKOVA / BATKIVSHYNA PRESS-SERVICE / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La situation évolue d'heure en heure en Ukraine.  L'opposante Ioulia Timochenko, en larmes et sur un fauteuil roulant, a salué "les héros de l'Ukraine", face à plus de 50 000 personnes rassemblées sur le Maïdan, place centrale de Kiev, dans la soirée du samedi 22 février. L'ex-Premier ministre, emprisonnée depuis 2004, a été libérée samedi, au moment où le Parlement destituait de facto le président Viktor Ianoukovitch.

Le Parlement a fixé au 25 mai la date de l'élection présidentielle anticipée. Les députés estiment que le prédisent ukrainien "ne remplit plus ses fonctions". Ce vote équivaut à une destitution de facto. Le président élu Viktor Ianoukovitch avait auparavant indiqué depuis Kharkiv qu'il n'avait "pas l'intention" de démissionner et qualifié le Parlement d'"illégitime". A Kiev, les opposants ont pu pénétrer dans le siège de la présidence, d'habitude sous très haute protection. Pour l'envoyé spécial de France 2, "Kiev est entièrement contrôlée par les opposants".

La police "au côté du peuple". Fait inédit depuis le début de la crise, le ministère ukrainien de l'Intérieur a exprimé son soutien à un "changement rapide". Dans un communiqué, il ajoute que la police est "au côté du peuple". En fin de matinée, un proche de l'opposante Ioulia Timochenko a été désigné ministre de l'Intérieur par intérim par le Parlement.

Démission du président du Parlement. Le président du Parlement ukrainien et proche de Ianoukovitch, Volodymyr Rybak, a annoncé samedi matin sa démission. Le bras droit de l'opposante Ioulia Timochenko a été élu pour le remplacer.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h12 : Ce live est terminé pour ce soir. Retrouvez l'intégralité des informations développées par francetv info sur notre page d'accueil. En voici l'essentiel :  Le pouvoir bascule en Ukraine : le président Ianoukovitch, destitué, a fui Kiev et tenté de s'enfuir en Russie, l'opposante Ioulia Timochenko a fait un retour triomphal place de l'Indépendance et une élection présidentielle anticipée est prévue pour fin mai.

 Manuel Valls met en cause "l'ultra-gauche" après les violences qui ont dévasté le centre-ville de Nantes. On compte huit blessés parmi les policiers, et dix interpellations. La manifestation contre le projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, qui a rassemblé 20 000 personnes, est passée au second plan.

 Resserrement général en Ligue 1. Saint-Etienne et Marseille mettent la pression sur Lille, 3e, et Monaco, 2e, n'est plus qu'à deux points du PSG, qui joue dimanche. 

 Désillusion pour les Français aux Jeux olympiques. Martin Fourcade et l'équipe de France de biathlon ont échoué à la 8e place du relais. Les slalomeurs Alexis Pinturault et Jean-Baptiste Grange sont sortis de la piste en slalom. Et en plus, le triplé en skicross pourrait être annulé.


Rendez-vous demain à neuf heures pour la reprise de ce live.

22h58 :  Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch a tenté samedi de corrompre des gardes-frontières à Donetsk, pour qu'ils le laissent décoller, affirme un porte-parole des gardes-frontières. "Un avion privé, qui devait décoller de l'aéroport de Donetsk (est), n'avait pas ses autorisations en ordre. Quand les responsables sont arrivés pour vérifier les documents, ils ont été accueillis par des hommes armés qui leur ont proposé de l'argent pour pouvoir décoller sans autorisation. Peu après, deux véhicules blindés se sont arrêtés près de l'avion et le président en est sorti et a quitté l'aéroport."

22h15 :  Et pendant ce temps, le Kiyv Post tweete une photo de ses journalistes en train d'enquêter dans les documents abandonnés par Ianoukovitch dans sa fuite. 

22h13 :  "Ioulia Timochenko a raison de demander au peuple du Maïdan de rester sur la place, et de renforcer cette victoire. On ne peut pas imaginer que Vladimir Poutine qui a dit que l'Ukraine était le berceau de la nation russe, s'avoue vaincu de façon si spectaculaire. Le peuple de Kiev va rester mobilisé !", poursuit BHL sur BFM.

22h11 :  "Il y a eu une sorte de miracle", estime Bernard Henri-Lévy sur BFM-TV. "Ce miracle a un nom, c'est le peuple du Maïdan qui a tenu bon et qui a obtenu la libération de Ioulia Timochenko."


(LOUISA GOULIAMAKI / AFP)

21h37 :  Les milliers de personnes massées places de l'Indépendance entonnent désormais l'hymne national en hommage à leurs morts, rapporte une journaliste d'Associated Press. 

21h17 :  Le Kiyv Post publie un éditorial sans appel, intitulé "Goodbye, Ianoukovitch". Extrait : "il n'était compétent en rien, à part pour accumuler des richesses, comme le découvrent les journalistes qui visitent son ancienne résidence. (...) Mais il n'y a pas de raison de crier victoire. La prochaine personne au pouvoir pourrait être pire."

21h14 :  Voici des images de Ioulia Timochenko, l'opposante libérée, lors de son arrivée à Kiev, la capitale ukrainienne.


(APTN)

21h06 :  Viktor Ianoukovitch a été destitué. L'opposante emprisonnée Ioulia Timochenko a été libérée. Vous n'avez pas suivi tous les événements de la journée ? France 2 les a résumés dans ce sujet.


(AMBROISE BOULEIS - FRANCE 2)

20h59 :  Ioulia Timochenko termine son discours par un "je me remets au travail". "Je ne vais pas perdre une minute pour que vous soyez heureux dans votre pays. Gloire à l'Ukraine !"

20h58 :  Question difficile ! De fait, les anciens dignitaires du régime (le ministre de l'Intérieur, le gouverneur de Kharkiv, et le président Ianoukovitch lui-même, selon le président du Parlement) ont tenté de fuir à l'étranger. Demeurent au pouvoir ceux qui sont restés à Kiev : le Parlement notamment, qui a destitué le président dans l'après-midi. 

20h57 :  Qui occupe le pouvoir ce soir?

20h55 :  "Je vous demande de me pardonner, de pardonner tous les hommes politiques, quels que que soient les partis." Devant une foule enthousiaste, Ioulia Timochenko évoque une nouvelle Ukraine : "Ce soir, c'est une autre Ukraine, l'Ukraine des hommes libres (...) Nous devons reconstruire l'Ukraine comme vous le voulez. Vous avez gagné le droit de diriger votre pays. "Je suis certaine que l'Ukraine va devenir un membre de l'Union européenne dans un avenir proche et cela va tout changer."

20h52 :  @Alizée57 Ioulia Timochenko a encore un poids politique important. Elle dirige le principal parti d'opposition, dont est issu l'homme à qui Ianoukovitch avait proposé le poste de premier ministre Arseni Iatseniouk. 

Mais elle traîne beaucoup de casserole pour un pays qui veut en finir avec la corruption et le népotisme. Elle a été jugée pour corruption et abus de pouvoir en 2010. On l'accusait d'avoir signé des contrats d'importation de gaz à des prix très désavantageux pour le pays. Elle est déjà allée en prison en 2001 pour une affaire de pots-de-vin. L'affaire a été étouffée au moment de la révolution orange, en 2004, relève L'Humanité


   (INNA PETRIKOVA / BATKIVSHYNA PRESS-SERVICE / AFP)

20h50 :  Les premiers mots de Timochenko sont normaux dans ce contexte.Mais son appel à ne pas bouger de la place Maïdan inquiète. Comment les partis "modérés" vont-ils pouvoir gérer ? A votre avis a t-elle encore un avenir politique ?

20h36 :  Ioulia Timochenko s'exprime en ce moment sur la place de l'Indépendance de Kiev, sur son fauteuil roulant : "les gens qui sont morts ici sont des héros."

20h32 :  Une équipe de France 2 a filmé la résidence fastueuse de l'ancien président Viktor Ianoukovitch. Il disposait notamment d'un zoo privé, et de sculptures géantes plutôt kitsch.


(FRANCK GENAUZEAU, GIONA MESSINA - FRANCE 2)

20h23 :  La place de l'Indépendance, à Kiev, est devenue un sanctuaire, tweete un journaliste de la BBC. Des centaines de fleurs et de bougies s'étalent sur la place. 

20h14 :  La Maison-Blanche se félicite du "travail constructif" du Parlement ukrainien, et appelle à la formation d'un "grand gouvernement technocratique d'union nationale". Satisfecit aussi au sujet de la libération de l'opposante Ioulia Timochenko, à qui la Maison Blanche souhaite "un prompt rétablissement".

20h00 : Comme nous, vous n'avez pas vu la journée passer, tellement il y a eu de rebondissements. C'est le meilleur moment pour le point sur l'actu.   Une page se tourne en Ukraine. Le président Ianoukovitch a quitté Kiev et tenté de fuir en Russie, l'opposante Timochenko a été libérée. Les députés ont voté la tenue de l'élection présidentielle anticipée le 25 mai. 


 Confusion à Nantes où la manifestation anti-Notre-Dame-des-Landes a dégénéré. Manuel Valls parle de six policiers blessés, et dénonce "l'ultra-gauche et les autonomes" comme responsables de cette "guérilla urbaine".


 Désillusion pour les Français aux Jeux olympiques. Martin Fourcade et l'équipe de France de biathlon ont échoué à la 8e place du relais. Les slalomeurs Alexis Pinturault et Jean-Baptiste Grange sont sortis de la piste en slalom. Et en plus, le triplé en skicross pourrait être annulé.


L'OM reprend sa marche en avant, grâce à sa victoire 1-0 contre Lorient. Les Phocéens remontent à la 4e place du classement, à deux points du podium.

19h52 :  @anonyme Notre journaliste Gaël Cogné a rédigé l'article qu'il vous faut. C'est intitulé "l'article à lire sur l'Ukraine si vous voulez comprendre la crise", texto :-)

19h51 :  Je n'ai pas tellement compris la situation actuelle en Ukraine, qui affronte qui ? Pour quelle raison ?

19h49 :  Nouvelle surprise dans la maison de Viktor Ianoukovitch, l'ex-président ukrainien. En plus du zoo privé et de la station service, la BBC a repéré des bouteilles de vodka à son effigie.

19h09 : @anonyme  Pas du tout. Je vous invite à relire son portrait, que nous avions brossé il y a quelques jours : Viktor Ianoukovitch est devenu orphelin à deux ans, a vécu dans la misère, il a bossé comme mécanicien dans un garage... Et à partir de 1997 commence sa fulgurante ascension politique.

19h07 :  Le président ukrainien était-il riche avant son investiture ?Sa demeure ressemble à celle de certains dictateurs africains ...

19h06 :  L'opposante Ioulia Timochenko est arrivée à Kiev, annonce l'agence Interfax.

19h03 :  Image insolite de la révolution en cours en Ukraine... Un opposant a lancé un karaoké dans la sompteuse villa que Viktor Ianoukovitch a fui dans la journée, rapporte une journaliste américaine sur Twitter.

18h45 :  D'après la BBC, deux hauts responsables du régime, le gouverneur de la région de Kharkiv et le maire de la ville, fief de l'ex-président Ianoukovitch, ont fui en Russie.

18h22 : Un peu en retard compte tenu de l'actualité chargée, le point sur l'actu.

Une page se tourne en Ukraine. Le président Ianoukovitch a quitté Kiev et tenté de fuir en Russie, l'opposante Timochenko a été libérée. Les députés ont voté la tenue de l'élection présidentielle anticipée le 25 mai. 

 Confusion à Nantes où la manifestation anti-Notre-Dame-des-Landes a dégénéré. Le dernier bilan fait état de quatre policiers blessés et d'une interpellation. Les images du centre-ville dévasté sont impressionnantes. 

Désillusion pour les Français aux Jeux olympiques. Martin Fourcade et l'équipe de France de biathlon ont échoué à la 8e place du relais. Et les slalomeurs Alexis Pinturault et Jean-Baptiste Grange sont sortis de la piste en slalom.

François Hollande a inauguré le Salon de l'Agriculture, et a plutôt bien été accueilli par les agriculteurs.

18h14 :  Sur Twitter, José Manuel Barroso se félicite de la libération de l'opposante Ioulia Timochenko.

18h07 :  Le président du Parlement ukrainien donne des détails sur la tentative de fuite de Viktor Ianoukovitch en Russie, à l'agence Interfax : "ce sont des douaniers qui l'ont empêché de prendre un avion".

17h57 :  D'après le président du Parlement ukrainien, Viktor Ianoukovitch a tenté de prendre un avion pour la Russie.

17h55 :  Voici la première image de Ioulia Timochenko à sa sortie de l'hôpital de Kharkhiv. L'opposante ukrainienne semble très fatiguée. 

17h46 :  Après avoir voté la destitution du président Ianoukovitch, les députés ukrainiens se sont levés de joie et ont entonné l'hymne national.


(REUTERS)

17h30 :  "La dictature est tombée en Ukraine."
Sur le site de son parti, l'opposante qui vient d'être libérée a rédigé une courte déclaration : "La dictature est tombée non grâce aux hommes politiques et aux diplomates, mais grâce aux gens qui sont sortis dans la rue, qui ont réussi à protéger leurs familles et leur pays."

17h28 :  Grosse ambiance au Parlement ukrainien, quand les députés ont voté la destitution du président Ianoukovitch et quand la fille de Ioulia Timochenko a assisté au vote autorisant la libération sa mère (au centre sur la 2e photo). 




(REUTERS)

17h08 :  Hier, une statue de Lénine a été déboulonnée à Khmelnitsky, dans l'ouest du pays.


(APTN)

17h06 :  Ioulia Timochenko a quitté l'hôpital de Kharkiv en fauteuil roulant, en saluant ses supporters de la main. D'après son allié politique Arseni Iatseniouk, elle compte se rendre sur la place de l'Indépendance à Kiev.

17h05 :  Le président ukrainien Viktor Ianoukovitch fait savoir par la voix de son porte-parole qu'il "n'accepte pas" sa destitution, votée par le Parlement, note la BBC.

16h57 :  Le président Ianoukovitch a réagi à sa destitution, rapporte Russia Today (en anglais). Il déclare : "nous faisons face à la menace de retour du nazisme."

16h45 :  L'opposante Ioulia Timochenko a été libérée, annoncent plusieurs médias internationaux.

16h36 :  Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, voit d'un mauvais oeil les derniers rebondissements à Kiev : "l'opposition n'a non seulement pas rempli une seule de ses obligations, mais avance de nouvelles exigences, se soumettant aux extrémistes armés et aux pillards dont les actes constituent une menace directe sur la souveraineté et l'ordre constitutionnel de l'Ukraine."