Crash du MH17 : les corps ont entamé leur voyage de retour vers les Pays-Bas

Le train réfrigéré a quitté la gare de Torez, en zone rebelle, avec les corps de 282 des 298 passagers et membres de l'équipage, en majorité néerlandais, tués quatre jours plus tôt lors de la chute du Boeing jeudi dernier.

Le train où sont entreposés les corps des victimes a quitté la zone du crash direction les Pays-Bas. Un voyage de près de 12 heures. 
Le train où sont entreposés les corps des victimes a quitté la zone du crash direction les Pays-Bas. Un voyage de près de 12 heures.  (ANDREY STENIN / RIA NOVOSTI / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Cinq jours après le crash du MH17, les pro-russes cèdent enfin à la pression internationale. Menacés de décomposition dans la chaleur de l'été ukrainien, les corps des victimes du crash du vol MH17 ont enfin quitté lundi la zone de la catastrophe, signe potentiel de progrès, mais les pressions sur Moscou n'ont cessé de monter, avec une menace précise de nouvelles sanctions.

Suivez ici les dernières informations : 

Le Conseil de sécurité a adopté lundi 21 juillet une résolution réclamant des séparatistes pro-russes qu'ils permettent un accès libre et sécurisé au site du crash du vol MH17, protègent "l'intégrité" du site et cessent les hostilités dans cette zone.

Les boites noires du vol MH17 doivent été remises à la Malaisie par les séparatistes pro-russes, a annoncé le Premier ministre malaysien. Les enquêteurs vont avoir "un accès sécurisé" au site du crash en Ukraine, et les 282 corps de victimes du crash retrouvés seront transférés aux Pays-Bas avant que les victimes malaisiennes ne soient rapatriées en Malaisie.

L'armée ukrainienne tente de pénétrer dans Donetsk, a fait savoir un chef des séparatistes prorusses qui tiennent cette ville d'un million d'habitants, située dans l'est du pays. Un porte-parole ukrainien confirme que l'offensive est "en phase active". Des tirs d'artillerie ont été entendus dans la zone de la gare.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h56 :  La livraison du deuxième porte-hélicoptère Mistral à la Russie "dépendra de l'attitude" de Moscou dans le conflit ukrainien. C'est ce que déclare François Hollande ce soir, alors que le chef de l'Etat était interrogé sur la livraison prévue de deux navires militaires, par la France à la Russie. Un contrat vivement critiqué par Washington et Londres.

"A ce stade, il n'y a pas de sanction décidée qui nous obligerait à renoncer" indique le président. Et s'il devait y avoir des sanctions, cela interviendrait au niveau du Conseil européen et ça ne porterait que sur du matériel à venir. On n'en est pas là. On verra si les Russes se comportent mal."

23h23 :  Les Etats-Unis s'opposent officiellement à la vente de deux porte-hélicoptères Mistral par la France à la Russie. Barack Obama a exprimé des inquiétudes sur ce contrat signé entre Paris et Moscou alors que la crise ukrainienne fait rage. Ce matin le Premier ministre britannique David Cameron a estimé qu'une telle vente serait "impensable" au Royaume-Uni, après le crash du vol MH17 en Ukraine.

19h40 :  Vladimir Poutine est sous pression. Moscou est accusé d'avoir fourni aux séparatistes pro-russes qui se battent en Ukraine le missile qui aurait abattu l'avion de la Malaysia Airlines le 17 juillet. Depuis le début du conflit opposant l'armée ukrainienne aux insurgés de l'est du pays, le président russe est pointé du doigt pour avoir largement encouragé, voire dirigé, la rébellion pro-russe. Mais dans quelle mesure contrôle-t-il les séparatistes ?




(MIKHAIL KLIMENTYEV / RIA-NOVOSTI / AFP)

15h38 :    @Tbinx  L'UE peut élargir la liste des personnes visées par une interdiction de pénétrer sur le territoire de l'UE et un gel des avoirs. Mais les Britanniques pensent qu'il est temps de passer à des sanctions économiques d'envergure. Et David Cameron affirme : "L'UE sera prête à prendre des mesures supplémentaires, dans de nouveaux domaines, en particulier celui des biens industriels sophistiqués qui peuvent avoir un double usage, notamment à des fins de défense." 

15h04 : "Si ce train doit quitter notre territoire, ce sera seulement après que nous l'aurons transféré sous la responsabilité d'experts internationaux."

"  Alexandre Borodaï, le Premier ministre de la  République autoproclamée de Donetsk, a donné une conférence de presse. "Il y a 282 corps dans les wagons. Malheureusement, 16 victimes n'ont pas encore été retrouvées", a-t-il déclaré.

12h34 : "J'ai donné l'ordre : dans un rayon de 40 km du lieu de la tragédie, les militaires ukrainiens doivent incessamment interrompre leurs opérations et s'abstenir d'ouvrir le feu."

  Le président ukrainien, Petro Porochenko, a demandé à ses forces d'interrompre leurs opérations autour du site du crash du vol MH17.

12h12 : L'essentiel de l'actu de ce midi :    Les forces israéliennes annoncent avoir tué dix activistes palestiniens qui tentaient de passer en Israël par deux tunnels creusés sous la frontière avec la bande de Gaza. Plus de 500 Palestiniens ont été tués, dont plus de 140 hier, depuis le début de l'offensive israélienne sur la bande de Gaza, le 8 juillet. Vingt Israéliens, dont 18 militaires, sont morts.  
Les troupes ukrainiennes sont, d'après les insurgés, passées à l'attaque à Donetsk, ville de l'Est tenue par les séparatistes, ce qui représente les premiers combats d'envergure depuis l'accident du vol MH17 de Malaysia Airlines. Les corps de 247 victimes du crash ont été transportés dans un train réfrigéré à Torez, en zone tenue par les séparatistes prorusses dans l'est de l'Ukraine.   Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, s'est rendu ce matin à Sarcelles (Val-d'Oise), théâtre de violences et de pillages hier, pour y dénoncer des "actes graves, intolérables" et des "violences antisémites". Par ailleurs, les organisateurs de la manifestation propalestinienne non-autorisée samedi à Paris, qui a dégénéré en heures d'affrontements entre policiers et jeunes, appellent à un nouveau rassemblement samedi prochain. 

10h57 : #MH17 Des enquêteurs néerlandais examinent les corps retrouvés dans les décombres du vol MH17 dans un train à Torez.

10h55 : Dans l'est de l'Ukraine, Donetsk n'est pas la seule ville touchée : à Louhansk également, des combats opposent les rebelles prorusses à l'armée ukrainienne. 

(ALEX INOY / AFP)

10h10 : Un bombardement d'artillerie est en cours dans la zone de la gare de Donetsk, ville majeure de la région contrôlée par les séparatistes prorusses. #MH17

09h17 : L'armée ukrainienne tente de pénétrer dans Donetsk, où des combats sont signalés près de la gare centrale, selon un chef des séparatistes qui tiennent cette ville d'un million d'habitants de l'est ukrainien. 






Un porte-parole des opérations de l'armée ukrainienne a indiqué, pour sa part, que l'opération était en "phase active", et n'a pas voulu réagir aux informations sur l'entrée de troupes dans Donetsk.

09h14 :  L'armée ukrainienne tente de pénétrer dans la grande ville de Donetsk, des combats sont signalés près de la gare centrale, dit un chef des séparatistes.

08h33 :  De violentes explosions ont été entendues à Donetsk, grande ville de l'est de l'Ukraine tenue par les séparatistes prorusses, selon un journaliste de Reuters.