Guerre en Ukraine : Londres accorde une aide militaire d'un milliard de livres à Kiev

Ces nouveaux fonds, qui comprennent des systèmes de défense anti-aérienne et des drones, vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres.

Le Premier ministre britannique Boris Johnson, au sommet de l\'Otan à Madrid, le 29 juin 2022
Le Premier ministre britannique Boris Johnson, au sommet de l'Otan à Madrid, le 29 juin 2022 (JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Les armes, les équipements et les formations britanniques transforment les défenses de l'Ukraine contre cette attaque", a déclaré Boris Johnson. Le Premier ministre britannique a annoncé une nouvelle aide militaire d'un milliard de livres de la part du Royaume-Uni pour soutenir Kiev, mercredi 29 juin. Cette aide, qui comprend des systèmes de défense anti-aérienne et des drones, vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres, a précisé Downing Street dans un communiqué. Ce direct est maintenant terminé.

L'Ukraine annonce avoir échangé 144 soldats avec la Russie. L'Ukraine a annoncé avoir échangé avec la Russie 144 soldats, dont 95 "défenseurs d'Azovstal" à Marioupol, qui s'étaient battus dans cette ville portuaire assiégée par l'armée russe pendant plusieurs semaines avant de se rendre. Parmi eux se trouvent 43 militaires du régiment Azov, qui ont été échangés avec 52 autres militaires qui se trouvaient également dans l'aciérie Azovstal au moment de l'assaut russe. "Il s'agit du plus gros échange depuis le début de l'invasion russe", a déclaré la Direction principale du renseignement ukrainien, qui n'a pas donné plus de détails sur le lieu et la date de l'opération. Le dernier échange officiel de prisonniers remontait au début du mois de mai.

 Volodymyr Zelensky accuse la Russie d'instaurer une famine "pour créer des vagues de migration". "La famine est un instrument de pression pour créer des vagues de migration en Europe", a affirmé le président ukrainien en visioconférence devant les chefs d'Etat et de gouvernement réunis à Madrid (Espagne) lors du sommet de l'Otan.Kiev a besoin "d'environ 5 milliards de dollars par mois" pour assurer sa défense, a-t-il encore chiffré. 

Plus de 330 milliards de dollars russes ont été gelés depuis le début du conflit. Les Etats-Unis et leurs alliés ont gelé plus de 330 milliards de dollars d'avoirs russes depuis le début du conflit en Ukraine, a affirmé mercredi 29 juin le Trésor américain (communiqué en anglais). Dans le détail, 30 milliards de dollars d'avoirs détenus par des oligarques ou membres de l'élite russe sanctionnés ont été gelés, et quelque 300 milliards de la Banque centrale russe ont été "immobilisés", précise la même sourceAu moins cinq yachts de luxe et des propriétés immobilières appartenant ou contrôlées par des ressortissants russes faisant l'objet de sanctions ont également été saisi.

 L'Ukraine au cœur du sommet. Les pays de l'Otan, qui ont déjà fourni des milliards de dollars d'aide à Kiev, vont convenir à Madrid "d'un programme d'assistance complet à l'Ukraine pour l'aider à faire respecter son droit à la légitime défense, a promis Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'Alliance atlantiqueIl est extrêmement important que nous soyons prêts à continuer à apporter notre soutien parce que l'Ukraine fait face aujourd'hui à une brutalité que nous n'avions plus vue en Europe depuis la Seconde Guerre mondiale".

 A Krementchouk, des habitants toujours sous le choc. La frappe russe qui s'est abattue lundi sur un centre commercial a fait une vingtaine de morts et des dizaines de blessés et de disparus. Le président Volodymyr Zelensky suggère au Conseil de sécurité de l’ONU d'envoyer "une commission d’enquête".

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h47 : Le gouvernement britannique a annoncé ce soir, lors d'un sommet de l'Otan à Madrid, débloquer un milliard de livres (1,16 milliard d'euros) d'aide supplémentaire à l'Ukraine pour répondre à l'invasion russe, comprenant des systèmes de défense anti-aérienne et des drones. Ces nouveaux fonds vont porter l'aide militaire britannique à Kiev à 2,3 milliards de livres, a précisé Downing Street.

23h05 : Dans cette même conférence de presse, Vladimir Poutine rejette la responsabilité de son armée dans le bombardement meurtrier d'un centre commercial à Krementchouk. "Notre armée ne frappe aucun site d'infrastructure civile. Nous avons toutes les possibilités de savoir où se trouve quoi", a-t-il assuré.

22h58 : La Russie ne voit "pas de problème" dans une éventuelle adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan, assure ce soir le président russe Vladimir Poutine. "Nous n'avons pas de problèmes avec la Suède et la Finlande, tels qu'on a avec l'Ukraine", a-t-il précisé.

22h35 : Le président ukrainien Volodymyr Zelensky met fin aux relations diplomatiques avec la Syrie. Le régime de Damas, allié de la Russie, a reconnu l'indépendance des républiques séparatistes prorusses de Donetsk et de Lougansk, soutenues par Moscou depuis 2014. Jusqu'à présent seul Moscou avait reconnu en février l'indépendance de ces deux régions, situées dans l'est de l'Ukraine, quelques jours avant le début de l'invasion russe.

20h00 : Il est 20 heures, voici le point sur l'actualité :

• Une enquête pour "tentative de viol" a été ouverte contre le ministre Damien Abad, annonce le parquet de Paris. Une plainte avait été déposée en début de semaine.

• L'Assemblée continue d'élire ses cadres. Six vice-présidents ont été élus cette après-midi : Valérie Rabault (PS), Caroline Fiat (LFI), Elodie Jacquier-Laforge (MoDem), Naïma Moutchou (Horizons), Sébastien Chenu (RN) et Hélène Laporte (RN).

Après 10 mois d'audience, l'heure du verdict. Au procès du 13-Novembre, la cour doit rendre dans les prochaines heures sa décision, très attendue, sur le sort de Salah Abdeslam et de ses coaccusés, jugés depuis septembre pour les pires attentats jamais commis en France.


Le président ukrainien,Volodymyr Zelensky, a accusé la Russie d'instrumentaliser la "famine" et "l'énergie" pour notamment "humilier" les membres de l'Otan, lors d'une visioconférence diffusée au sommet de l'Otan, qui a lieu à Madrid.

18h09 : Il est 18 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Après 10 mois d'audience, l'heure du verdict. Au procès du 13-Novembre, la cour doit rendre dans les prochaines heures sa décision, très attendue, sur le sort de Salah Abdeslam et de ses coaccusés, jugés depuis septembre pour les pires attentats jamais commis en France.


Le président ukrainien,Volodymyr Zelensky, a accusé la Russie d'instrumentaliser la "famine" et "l'énergie" pour notamment "humilier" les membres de l'Otan, lors d'une visioconférence diffusée au sommet de l'Otan, qui a lieu à Madrid.

Le gouvernement veut inclure une aide alimentaire de 100 euros pour les neuf millions de foyers les plus pauvres, a annoncé la porte-parole du gouvernement, Olivia Grégoire.


L'information judiciaire visant l'ex-présentateur Patrick Poivre d'Arvor est étendue à des faits, a priori prescrits, dénoncés par l'écrivaine Florence Porcel.

• Djokovic facile, Humbert sort Ruud, Kontaveit déchante... Voici ce qu'il faut retenir de la journée au tournoi de Wimbledon.

17h37 : Le Canada renforce sa présence diplomatique en Europe centrale et orientale, ainsi que dans le Caucase. La cheffe de la diplomatie canadienne a annoncé l'ouverture de quatre nouvelles ambassades, afin d'aider à "contrer les activités déstabilisatrices de la Russie". "Nous augmentons notre empreinte diplomatique. Le Canada ouvrira quatre nouvelles ambassades en Estonie, en Lituanie, en Slovaquie et en Arménie", a déclaré Mélanie Joly, lors d'une conférence de presse à Madrid, en marge d'un sommet de l'OTAN.

17h34 : En immersion dans l'armée finlandaise, nos reporters ont partagé quelques heures avec la première force d'artillerie d'Europe, la Brigade blindée de Parolannummi. La Finlande partage une frontière de 1300 km avec la Russie, qui l'a partiellement envahi en 1939-1940 et contre laquelle elle s'est préparée et armée. Des militaires finlandais lors d'un exercice, dans le nord du pays. (ALESSANDRO RAMPAZZO / AFP) (ALESSANDRO RAMPAZZO / AFP)

17h25 : "C'est un miracle", confient à nos reporters sur place des rescapés du bombardement mortel d'un centre commercial à Krementchouk, situé à 330 km du sud-est de Kiev. L'attaque a ravagé le centre commercial et a fait au moins 18 morts et une quarantaine de disparus, selon le gouvernement ukrainien.

Dasha, vendeuse dans une bijouterie du centre commercial de Krementchouk (Ukraine), devant les décombres du bâtiment, le 28 juin 2022. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE) (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

17h22 : Les forces ukrainiennes annoncent avoir échangé avec la Russie 144 soldats, dont 95 "défenseurs d'Azovstal", à Marioupol, dans le sud-est du pays. Pour rappel, ces combattants avaient défendu la ville portuaire assiégée par l'armée russe pendant plusieurs semaines avant de se rendre. "Il s'agit du plus gros échange [avec Moscou] depuis le début de l'invasion russe", a déclaré sur Telegram la Direction principale du renseignement, rattachée au ministère de la Défense ukrainien, sans donner plus de détails sur le lieu et la date de l'opération.

16h34 : Un peu plus tôt dans la journée, le secrétaire général de l'Otan, Jens Stoltenberg, avait à nouveau affirmé le soutien de l'Alliance à l'Ukraine, "aussi longtemps qu'il faudra", lors du sommet de l'organisation à Madrid. Les dirigeants de l'Alliance atlantique se sont engagés à "renforcer encore leur soutien politique et pratique" à l'Ukraine. Ils disent s'être mis d'accord avec Kiev sur un nouveau plan d'aide, qui doit en particulier "accélérer la livraison d'équipements militaires non létaux" et améliorer les défenses ukrainiennes contre les cyber-attaques.

16h28 : Today in Madrid, NATO proved it can take difficult, but essential decisions. We welcome a clear-eyed stance on Russia, as well as accession for Finland and Sweden. An equally strong and active position on Ukraine will help to protect the Euro-Atlantic security and stability.

16h33 : Les relations entre Kiev et les membres de l'Otan se réchauffent. L'Ukraine a salué la "position lucide" de l'Otan sur la Russie, qualifiée de "menace directe" par le secrétaire générale de l'Alliance, Jens Stoltenberg. L'Ukraine se félicite également du lancement du processus d'adhésion de la Finlande et de la Suède. "Aujourd'hui à Madrid, l'Otan a prouvé qu'elle pouvait prendre des décisions difficiles mais essentielles", s'est félicité sur Twitter le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba.

14h52 : Pour aller plus loin sur le sujet, franceinfo répond à trois questions sur le feu vert finalement donné par la Turquie pour l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'Otan. Le ministre des Affaires étrangères turc Mevlüt Çavuşoğlu, le secrétaire général de l’Otan Jens Stoltenberg, le président turc Recep Tayyip Erdogan, le président finlandais Sauli Niinistö, la Première ministre suédoise Magdalena Andersson et la ministre des Affaires étrangères suédoise Ann Linde, lors d'une réunion de l'Otan à Madrid (Espagne), le 28 juin 2022. (MURAT CETIN MUHURDAR / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP) (MURAT CETIN MUHURDAR / TURKISH PRESIDENTIAL PRESS SERVICE / AFP)

14h47 : Toutefois, pour répondre aux inquiétudes des partis de gauche et de la communauté kurde, face aux concessions faites à Ankara, la ministre des Affaires étrangères a tenu à affirmer, dans un entretien au journal suédois Aftonbladet : "Nous ne procèderons pas à une extradition quand il n'y a pas de preuve d'activité terroriste. Il n'y a aucune raison pour les Kurdes de croire que leurs droits humains ou démocratiques soient menacés".

14h49 : En Suède, l'opinion publique est partagée entre un sentiment de soulagement ou d'inquiétude, après l'accord surprise signé avec la Turquie à Madrid sur l'adhésion à l'Otan. "Nous ne nous sommes pas couchés devant [le président turc Recep Tayyip] Erdogan", a affirmé la cheffe de la diplomatie suédoise Ann Linde, depuis la capitale espagnole.

14h45 : La Russie a fait savoir qu'elle n'était pas "intimidée" par l'annonce du président des Etats-Unis, Joe Biden, d'un renforcement prochain de la présence militaire américaine en Europe. "Ceux qui proposent de telles décisions ont l'illusion que la Russie pourra être intimidée, en quelque sorte contenue : ils n'y parviendront pas", a déclaré le vice-ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Riabkov.

14h39 : Pour rappel, depuis les années 1930, les Russes possèdent dans l'archipel du Svalbard une mine de charbon et le village qui l'entoure, Barentsburg. "La ville entière ne compte guère aujourd’hui que 500 habitants – tous Russes ou Ukrainiens – qui pour la plupart ne restent pas plus de deux années sur place, tant les conditions de travail sont éprouvantes", raconte Anthony Bellanger, dans sa chronique "Les histoires du monde" diffusée sur France Inter.

14h37 : Selon Sergueï Gouchtchine, consul de Russie sur l'archipel arctique, 20 tonnes de marchandises sont bloquées, dont sept tonnes de produits alimentaires et le reste de pièces détachées et d'équipements.

14h38 : Le ton monte entre Moscou et Oslo. La Russie accuse la Norvège de bloquer le transit de marchandises à destination de mineurs russes qui travaillent dans une mine de charbon, exploitée par la Russie, sur l'archipel arctique norvégien du Svalbard. Moscou a menacé le pays nordique de représailles. "Nous avons réclamé à la partie norvégienne le règlement au plus vite de cette question", a déclaré la diplomatie russe dans un communiqué, annonçant que le chargé d'affaires norvégien à Moscou avait été convoqué au ministère. "Nous avons souligné que les actions inamicales à l'égard de la Russie mènent à des mesures de représailles", a-t-il ajouté.

14h12 : Il est 14 heures. Voici les principaux titres de l'actualité :

Le président ukrainien,Volodymyr Zelensky, s'est exprimé en visioconférence lors du sommet de l'Otan, qui réunit plus de 40 chefs d'Etat et de gouvernements à Madrid. Lors de son intervention, il a accusé la Russie d'instaurer une famine "pour créer des vagues de migration".

Après 10 mois d'audience, l'heure du verdict. Au procès du 13-Novembre, la cour doit rendre ce soir sa décision, très attendue, sur le sort de Salah Abdeslam et de ses coaccusés, jugés depuis septembre pour les pires attentats jamais commis en France.

Le sous-variant BA.5, issu de mutations du variant Omicron, est pointé du doigt par les autorités sanitaires dans la reprise de l'épidémie de Covid-19 en France. Mais d'où vient-il ? Est-il plus contagieux, plus dangereux ? Franceinfo fait le point sur ce que l'on sait de ce nouveau variant présent dans l'Hexagone.

• L'Etablissement français du sang (EFS) alerte pour la deuxième fois de son histoire avec un "bulletin d'urgence vitale", face à un niveau de réserves de sang en France "historiquement bas".

13h21 : Enfin, le président ukrainien a affirmé son soutien à l'intégration de la Suède et de la Finlande à l'Otan. "Il est important que la Suède et la Finlande puissent se joindre à l’Otan pour que votre organisation puisse les défendre", a-t-il dit.

13h32 : Lors de son allocution, le président ukrainien a également listé les besoins de son armée. "Nous avons besoin de système de défense anti-aérien", a lancé Volodymyr Zelensky. Il a assuré : "Vous pouvez casser la tactique russe qui vise la destruction des villes ukrainiennes". "La distance entre Kiev et Madrid est moins grande que la portée de leurs missiles", a-t-il prévenu.

13h13 : "Aujourd'hui, en Ukraine, ces sanctions que vous employez sont absolument nécessaires"


Son allocution au sommet de l'Otan était attendue. En visoconférence depuis Kiev, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé les dirigeants à poursuivre les sanctions contre la Russie. "La famine est un instrument, un instrument de pression, pour créer des vagues de migration en Europe. Et c’est la même chose pour l’énergie. La Russie fait ça pour vous humilier, que vous soyez complètement dépendant, pour que vous renonciez à votre liberté", a-t-il lancé à l'assistance.

13h06 : Les sanctions contre la Russie vont-elles porter leurs fruits ? Les Etats-Unis et leurs alliés ont gelé plus de 330 milliards de dollars d'avoirs russes depuis le début du conflit, a affirmé le Trésor américain. Dans le détail, les alliés occidentaux ont bloqué pour 30 milliards de dollars d'avoirs détenus par des oligarques ou membres de l'élite russe sanctionnés, et ont "immobilisé" quelque 300 milliards de la Banque centrale russe. A noter qu'ont été également saisis au moins cinq yachts de luxe et des propriétés immobilières appartenant ou contrôlées par des ressortissants russes faisant l'objet de sanctions.

13h03 : Ce n'est pas une surprise, Moscou ne voit pas d'un très bon oeil le sommet de l'Otan qui a lieu en ce moment dans la capitale espagnole. "Le sommet de Madrid consolide le cap d'un endiguement agressif de la Russie par le bloc" atlantique, a dit aux agences russes le vice-ministre Sergueï Riabkov.

12h16 : Il est midi. Voici les principaux titres de l'actualité :

La guerre en Ukraine est au cœur d'un sommet de l'Otan à Madrid, où les dirigeants des Etats membres sont réunis pour discuter de l'avenir de l'Alliance atlantique.

Après 10 mois d'audience, l'heure du verdict. Au procès du 13-Novembre, la cour doit rendre ce soir sa décision, très attendue, sur le sort de Salah Abdeslam et de ses coaccusés, jugés depuis septembre pour les pires attentats jamais commis en France.

Le PDG de la SNCF, Jean-Pierre Farandou, invite les voyageurs et le personnel de la SNCF à "porter le masque dans les gares et dans les trains", face au regain de cas de Covid-19.

• L'Etablissement français du sang (EFS) alerte pour la deuxième fois de son histoire avec un "bulletin d'urgence vitale", face à un niveau de réserves de sang en France "historiquement bas".

11h20 : Des lignes de train et de bus relieront à partir du 1er juillet la Crimée aux nouvelles régions conquises du sud de l'Ukraine, ont annoncé les autorités d'occupation prorusses. Il s'agit d'une première depuis l'annexion de la Crimée en 2014 par Moscou et la suspension des transports entre ces régions. Des bus feront deux fois par jour l'aller-retour entre Simferopol, la capitale de la Crimée, et la ville de Kherson.

10h37 : Les Etats-Unis vont "renforcer leur positionnement militaire en Europe" afin que l'Otan puisse "répondre à des menaces venant de toutes les directions et dans tous les domaines: la terre, l'air et la mer", a dit à Madrid le président américain Joe Biden, lors du sommet de l'Alliance. Cela concerne l'Espagne, la Pologne, la Roumanie, les Etats baltes, le Royaume-Uni, l'Allemagne et l'Italie.

10h35 : Le président Joe Biden annonce des renforcements de la présence militaire américaine dans toute l'Europe.

09h41 : "Si [Vladimir] Poutine était une femme, ce qu'il n'est pas bien évidemment, vraiment je ne pense pas qu'il se serait embarqué dans cette guerre folle de macho [en Ukraine]. [Cette guerre est] un exemple parfait de toxicité masculine."

Le Premier ministre britannique, Boris Johnson, a livré cette analyse sur le déclenchement de la guerre en Ukraine, hier soir sur la chaîne allemande ZDF (en allemand).

09h37 : Ce Britannique avait jusqu'au 9 juillet pour faire appel de sa condamnation, qui a suscité de nombreuses réactions internationales. Les séparatistes de Donetsk considèrent ces trois combattants comme des "mercenaires", ce qui les prive de la protection des conventions de Genève. Kiev a pourtant affirmé qu'ils faisaient bien partie des forces armées ukrainiennes. Explications dans cet article.

09h25 : Le Britannique Sean Pinner a fait appel de sa condamnation à mort dans le Donbass, a déclaré son avocate à l'agence russe Interfax. Il avait été jugé le 9 juin avec un autre Britannique et un Marocain, pour avoir combattu aux côtés des forces ukrainiennes. Les trois hommes s'étaient rendus après la prise de Marioupol par les Russes.

08h32 : La Russie est une "menace directe" pour la "sécurité" des pays de l'Otan, déclare Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'Alliance atlantique. Plus de 40 chefs d'Etat et de gouvernement sont réunis à Madrid, dans le cadre d'un sommet consacré à l'avenir de l'organisation. La guerre en Ukraine sera au cœur des discussions, tout comme l'adhésion de la Finlande et de la Suède.



(JAVIER SORIANO / AFP)

08h03 : A Krementchouk (Ukraine), les habitants qui vivent près du centre commercial "Amstor" sont toujours sous le choc de la frappe russe, qui a fait lundi une vingtaine de morts et des dizaines de blessés et de disparus. Ils démentent la version de l'armée russe, qui affirme avoir frappé un entrepôt militaire voisin. Quatre grues géantes sont installées sur le site pour lever des morceaux de structures métalliques.



(GENYA SAVILOV / AFP)