Guerre en Ukraine : huit civils tués et 21 blessés à Lyssytchansk dans un bombardement russe

La ville est la dernière cible majeure de l'armée russe dans la région orientale de Louhansk, après la perte de Lyssytchansk par les troupes ukrainiennes.

De la fumée au-dessus de la raffinerie de Lyssytchansk, le 21 juin 2022.
De la fumée au-dessus de la raffinerie de Lyssytchansk, le 21 juin 2022. (ANATOLII STEPANOV / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Les victimes civiles des bombardements russes en Ukraine continuent de s'accumuler. Une nouvelle frappe de Moscou a fait huit morts et 21 blessés parmi les civils à Lyssytchansk, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé le gouverneur régional Serguiï Gaïdaï, lundi 27 juin. "Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan, au moment où les civils collectaient de l'eau depuis une citerne" , explique le responsable. Lyssytchansk est la dernière grande ville qui n'est pas encore tombée aux mains des troupes russes dans la région de Louhansk, après la chute de SievierodonetskCe direct est maintenant terminé.

Au moins 15 morts et 50 blessés après une frappe russe sur un centre commercial à Krementchouk, dans le centre du pays. Un millier de personnes se trouvaient à l'intérieur, selon les autorités locales. Un nouveau bilan fait état de 13 morts et au moins 50 blessés, dont 21 sont hospitalisés et six se trouvent dans un état grave, a précisé Kyrylo Tymochenko, le chef adjoint de l'administration présidentielle. "Cette attaque épouvantable a montré une fois de plus les profondeurs de la cruauté et de la barbarie dans lesquelles le dirigeant russe est prêt à tomber", a réagi le Premier ministre britannique Boris Johnson. Le Conseil de sécurité de l'ONU a prévu une réunion d'urgence demain à 21 heures heure de Paris, dont l'attaque du centre commercial "sera le sujet principal".

La Lituanie se dit visée par une cyberattaque "probablement" causée par la Russie. Les offensives, qui visaient des sites d'institutions publiques et d'entreprises et qui ont notamment causé l'arrêt des services fiscaux, ont déjà été "maîtrisées" selon le directeur du Centre national de cybersécurité. Le groupe de pirates informatique russe Killnet, qui a revendiqué l'attaque, l'a présenté comme une réponse aux mesures commerciales prises par la Lituanie contre la province russe de Kaliningrad, en application des sanctions européennes.

L'Ukraine "s'asseoit" à la table du G7. Volodymyr Zelensky a pris la parole la parole par visioconférence peu après 10 heures (heure de Paris), devant les dirigeants réunis au château d'Elmau (Allemagne), au pied des Alpes bavaroises. Le président ukrainien en a profité pour réclamer davantage d'armes pour son pays et un nouveau renforcement des sanctions occidentales contre Moscou.

Vladimir Poutine attendu au Tadjikistan mardiCe déplacement a été annoncé par le Kremlin lundi en fin de matinée. Il s'agira du premier déplacement du président russe depuis le début de la guerre.

Boris Johnson opposé à une solution négociée "maintenant". Le Premier ministre britannique a mis en garde Emmanuel Macron contre la tentation d'une solution négociée "maintenant" en Ukraine, au risque de prolonger "l'instabilité mondiale", a rapporté Downing Street. Les deux dirigeants "ont convenu qu'il s'agissait d'un moment critique pour l'évolution du conflit", a précisé un porte-parole du gouvernement britannique.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h55 : Le bombardement d’un centre commercial à Krementchouk par la Russie est une horreur absolue. Nous partageons la douleur des familles des victimes. Et la colère devant une telle ignominie. Le peuple russe doit voir la vérité : https://t.co/7drortbGSE

23h55 : Sur Twitter,Emmanuel Macron dénonce ce soir une "horreur absolue" après une frappe de missile sur un centre commercial à Krementchouk en Ukraine et appelé le peuple russe à "voir la vérité" en face. Un message posté en français, en anglais et en russe.

23h39 : La France va envoyer "dans des quantités significatives" des véhicules blindés de transport de troupes en Ukraine, annonce le ministre français des Armées Sébastien Lecornu dans une interview publiée lundi soir sur le site du Parisien-Aujourd'hui en France. Le ministre confirme par ailleurs l'envoi à l'Ukraine de six canons Caesar supplémentaires, fleuron de l'artillerie française, au-delà des douze déjà déployés face aux Russes.

23h30 : Les dirigeants du G7 ont qualifié de "crime guerre" et d'attaque "abominable" la frappe de missiles russes contre un centre commercial à Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, qui a fait au moins 13 morts selon les autorités locales. "Les attaques indiscriminées contre des civils innocents constituent un crime de guerre", ont déclaré les dirigeants, réunis en sommet dans le sud de l'Allemagne, dans une déclaration qui "condamne solennellement l'attaque abominable" et assure que Vladimir Poutine devra "rendre des comptes".

23h16 : La Russie interdit l'entrée sur son territoire à 43 personnalités canadiennes supplémentaires, en réponse aux sanctions annoncées par Ottawa contre des Russes pour punir Moscou de son offensive en Ukraine. La nouvelle liste inclut notamment Suzanne Cowan, la présidente du Parti libéral canadien du Premier ministre Justin Trudeau, ainsi que Mark Carney, ancien gouverneur de la Banque du Canada et de celle d'Angleterre.

22h21 : Après ce bombardement, l'Ukraine a demandé une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU sur les derniers bombardements russes contre des cibles civiles. Cette réunion se tiendra demain soir.

22h16 : "La frappe russe d'aujourd'hui sur un centre-commercial à Krementchouk est l'un des actes terroristes les plus éhontés de l'histoire européenne. Une ville paisible, un centre commercial ordinaire (avec) à l'intérieur des femmes, des enfants, des civils ordinaires."

Dans un message vidéo diffusé sur Telegram, le président ukrainien est revenu sur la frappe meurtrière contre un centre-commercial.

22h09 : La France accuse ce soir la Russie de "violations effroyables du droit humanitaire en Ukraine" après la frappe meurtrière contre un centre commercial dans le centre du pays, et affirmé que Moscou devrait "répondre de ces actes". Au moins 13 personnes ont été tuées et plus de 40 autres blessées dans cette frappe.

21h47 : La guerre en Ukraine pose la question des stocks de missiles en France. En cas de guerre, il se pourrait bien que le pays ne soit pas assez équipé. France 2 a mené l'enquête.

(FRANCE 2)

21h33 : The world is horrified by Russia’s missile strike today, which hit a crowded Ukrainian shopping mall -- the latest in a string of atrocities. We will continue to support our Ukrainian partners and hold Russia, including those responsible for atrocities, to account.

21h33 : Sur Twitter, le secrétaire d'Etat américain, Antony Blinken, dénonce la frappe contre un centre-commercial en Ukraine : "le monde est horrifié par cette frappe de missile russe".

21h12 : "Les Russes ont tiré sur une foule de gens avec des lance-roquettes multiples Ouragan, au moment où les civils collectaient de l'eau depuis une citerne. Huit habitants sont morts, 21 ont été emmenés à l'hôpital", a indiqué sur Telegram Serguiï Gaïdaï, gouverneur de la région de Lougansk. Lyssytchansk est la dernière grande ville qu'il reste à conquérir pour les Russes dans la région de Lougansk, l'une des deux provinces du bassin industriel du Donbass.

21h04 : Huit civils ont été tués et 21 blessés à Lyssytchansk dans un bombardement russe, annonce le gouverneur.

20h01 : Il est 20 heures, voici le point sur l'actualité :

• La ministre de la Santé recommande aux Français de remettre le masque dans les transports en commun face à la reprise épidémique. Elle a évoqué le "devoir citoyen", consistant à "se protéger soi-même, face à un variant très transmissible", mais aussi à "protéger les autres et notamment les plus fragiles".

• Une plainte pour "tentative de viol" a été déposée à l'encontre du ministre des Solidarités pour des faits remontant à 2010. L'information a été communiquée à France Télévisions par l'avocate de la plaignante, confirmant une information de Mediapart.

• Une frappe sur un centre commercial à Krementchouk, dans le centre du pays, a fait au moins onze morts et cinquante blessés. Suivez notre direct.

• Pas de Grande Boucle pour Julian Alaphilippe. Le cycliste français a dû renoncer au Tour pour des raisons de santé.

18h58 : "Cette attaque épouvantable a montré une fois de plus les profondeurs de la cruauté et de la barbarie auxquelles le dirigeant russe est prêt à tomber."

Le Premier ministre britannique a vivement réagi au bombardement d'un centre commercial en Ukraine.

18h45 : Le bilan s'alourdit dans le bombardement du centre commercial de Krementchouk.Au moins dix personnes ont été tuées et plus de 40 autres blessées dans une frappe de missile russe, selon le gouverneur régional.



(UKRAINE EMERGENCY MINISTRY PRESS SERVICE / AFP)

18h06 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité :

• Une plainte pour "tentative de viol" a été déposée à l'encontre du ministre des Solidarités pour des faits remontant à 2010. L'information a été communiquée à France Télévisions par l'avocate de la plaignante, confirmant une information de Mediapart.

• Une frappe sur un centre commercial à Krementchouk, dans le centre du pays, a fait au moins deux morts et vingt blessés. Suivez notre direct.

La grève des chauffeurs de poids lourds, des livreurs et des ambulanciers est terminée. A 17 heures, l'ensemble des points de blocages avaient été levés, selon le point sur la mobilisation fait par franceinfo avec le réseau France Bleu.


• Pas de Grande Boucle pour Julian Alaphilippe. Le cycliste français a dû renoncer au Tour pour des raisons de santé.

17h35 : Au moins deux personnes sont mortes après une frappe sur un centre commercial de la ville de Krementchouk, dans le centre de l'Ukraine, annonce sur Telegram Kyrylo Tymochenko, le chef adjoint de l'administration présidentielle. Au moins 20 personnes ont également été blessées dont 9 dans un état grave, selon ce premier bilan très provisoire. Les opérations de secours sont toujours en cours.

16h53 : "Nous sommes en train de mettre la dernière main à un programme [d'aide militaire] qui inclut des capacités de défense aérienne sophistiquées (...) de moyenne et longue portée"

Des armes américaines supplémentaires en Ukraine. Les Etats-Unis envisagent de fournir au pays un système sophistiqué de missiles sol-air de "moyenne et longue portée", a fait savoir la Maison Blanche.

16h44 : Des volontaires géorgiens combattent avec les Ukrainiens, pour lutter contre "un ennemi commun". Plus de 4 mois après le début de la guerre, la peur d'une invasion en Géorgie se fait de plus en plus ressentir, rapporte notre reporter Omar Ouhamane. Les soldats de la légion nationale géorgienne s'engagent auprès des forces ukrainiennes pour faire reculer les soldats russes. Des soldats Géorgiens se préparent pour venir en aide aux soldats Ukrainiens. (Omar Ouahmane / RADIO FRANCE)(Omar Ouahmane / RADIO FRANCE)

16h41 : Un centre commercial de Krementchouk, dans la région de Poltava, a été touché par des missiles. Un millier de personnes fréquentaient alors les lieux, selon le gouverneur Dmitry Lunin. Les médias ukrainiens diffusent des images du bâtiment en flammes. Le nombre de victimes est encore inconnu. "Il y a des morts et des blessés", a annoncé de son côté, le maire Vitaliy Malietskiy, sur son compte Facebook.

(VOLODYMYR ZELENSKY / TELEGRAM)

16h41 : Pour l'heure, on n'en sait pas plus sur la forme ou la date de cette future conversation, mais l'annonce est déjà une avancée sur le plan diplomatique, alors que les relations entre les deux superpuissances sont tendues. Joe Biden et son homologue chinois Xi Jinping "auront l'occasion d'avoir un échange dans les prochaines semaines", a annoncé le principal conseiller diplomatique du président américain, Jake Sullivan.

15h38 : La France appelle les pays producteurs de pétrole à augmenter leur production et a plaidé pour une "diversification des approvisionnements" vers l'Iran et le Venezuela. Objectif : freiner l'envolée des prix à la pompe provoquée par la guerre en Ukraine. "Nous avons besoin que les pays producteurs produisent davantage de manière exceptionnelle", a affirmé la présidence française, le temps de passer le cap de la crise, tout en assurant que "l'objectif de la neutralité carbone" reste "clairement réaffirmé".

14h41 : Côté russe, les sanctions se font sentir. Le ministère russe des Finances a admis qu'à cause des sanctions prises à l'encontre de la Russie par les pays occidentaux, deux versements ne sont pas parvenus aux créanciers avant hier, qui était la date limite de paiement. Toutefois, le ministère a récusé toute idée de défaut de paiement.

14h33 : "L'ensemble de ces mesures constitue le plus grand remaniement de notre défense collective et de notre présence depuis la guerre froide."


L'Otan va "transformer sa Force de réaction", forte de 40 000 soldats, et porter le nombre de ses forces à haut niveau de préparation "bien au-dessus" de 300 000 militaires", a précisé le secrétaire général de l'Alliance atlantique, le Norvégien Jens Stoltenberg, lors de la présentation des enjeux du sommet.

14h33 : Ils vont passer à la vitesse supérieure. Les dirigeants de l'Otan vont décider, lors du sommet de Madrid qui aura lieu après-demain, de porter "bien au-dessus" de 300 000 militaires les troupes à haut niveau de préparation, a annoncé lundi le secrétaire général de l'Alliance. "Nous allons également renforcer notre capacité à nous renforcer en cas de conflit, grâce à davantage d'équipements prépositionnés, de capacités déployées à l'avant, comme la défense aérienne, et avec des forces pré-affectées à la défense de certains alliés", a ajouté le Norvégien Jens Stoltenberg.

14h29 : "Une position cohérente des pays du G7 concernant les sanctions est importante. Elles doivent être renforcées encore, en limitant les prix du pétrole exporté par l'agresseur."

Sur son compte Telegram, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a demandé au G7 de renforcer les sanctions contre la Russie.

14h18 : Voici le point sur l'actualité à 14 heures :

"Je ne suis pas un assassin." Au procès des attentats du 13-Novembre, Salah Abdeslam et ses co-accusés ont prononcé leurs derniers mots devant la Cour d'assises spéciale, à Paris. Le verdict est attendu mercredi soir.

• Réunis en sommet en Allemagne, les pays du G7 ont promis "de continuer à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique" à l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra". De son côté, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a demandé aux dirigeants du G7 "à faire le maximum" pour mettre un terme à la guerre.

"Il y a une urgence telle que tout ce qu'on met en œuvre doit être tourné vers l'intérêt général", a alerté le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres. Il a appelé tous les citoyens à se mobiliser pour préserver la santé menacée des océans et éviter des conséquences du changement climatique catastrophiques pour l'environnement et l'humanité.


• Sonder si un "accord de gouvernement" est possible : la nouvelle mission confiée par Emmanuel Macron à Elisabeth Borne pour la semaine s'annonce ardue. Suivez l'avancée des tractations en direct avec nous.

13h00 : Les dirigeants du G7 ont promis "de continuer à fournir un soutien financier, humanitaire, militaire et diplomatique" à l'Ukraine "aussi longtemps qu'il le faudra", dans une déclaration commune publiée lors de leur sommet dans le sud de l'Allemagne. Ils ont également exprimé leur "vive inquiétude" après l'annonce par la Russie qu'elle pourrait transférer des missiles à capacité nucléaire au Bélarus.

12h54 : Ils ont donné leur feu vert. Réunis au Luxembourg, les ministres européens de l'Energie ont validé leurs objectifs de remplissage des stocks de gaz, sans pour autant les réviser, malgré la récente chute drastique des livraisons de Moscou. Toutefois, les membres des gouvernements européens restent prudents sur la possibilité d'un plafonnement des prix sur les hydrocarbures russes.

13h04 : Selon le président ukrainien, les bombardements qui touchent la capitale sont intensifs. En tout, 62 missiles ont été tirés sur la journée d'hier. Lors de son allocution devant les dirigeants européens, il a également abordé des questions de sécurité et demandé des garanties de sécurité alimentaire. Enfin, il a demandé aux Européens d'intensifier les sanctions contre la Russie et une aide à la reconstruction de l'Ukraine.

12h39 : As @G7 we stand united on Ukraine's side and will continue our support. For this, we all have to take tough but necessary decisions. Thank you, @ZelenskyyUa, for your participation today. We will continue to increase pressure on Putin. This war has to come to an end. #G7GER https://t.co/avuvN5auPB

12h39 : De son côté, le G7 va "continuer à accroître la pression" sur le président russe Vladimir Poutine, a assuré le chancelier allemand, Olaf Scholz, dans un tweet à l'adresse du président ukrainien, Volodymyr Zelensky. "En tant que G7, nous sommes unis aux côtés de l'Ukraine et nous continuerons à la soutenir. Pour cela, nous devons tous prendre des décisions difficiles mais nécessaires. (...) Nous continuerons à accroître la pression sur Poutine. Cette guerre doit prendre fin".

12h38 : On vous en parlait un peu plus tôt dans ce live, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté les chefs d'Etat et de gouvernement du G7 "à faire le maximum" pour mettre un terme à la guerre, ont précisé des sources au sein du G7. Les dirigeants des sept grands pays industrialisés sont réunis en ce moment au château d'Elmau, dans le sud de l'Allemagne.


12h29 : Vladimir Poutine se rendra au Tadjikistan demain, annonce le Kremlin. Il s'agit de son premier voyage depuis le début de l'offensive contre l'Ukraine.

12h08 : Voici le point sur l'actualité à midi :

Fin d'une audience-fleuve, après dix mois de débats. Au procès des attentats du 13-Novembre, la cour d'assises spéciale de Paris est partie délibérer après avoir donné une dernière fois la parole aux accusés. Le verdict est attendu mercredi soir.

• Sonder si un "accord de gouvernement" est possible : la nouvelle mission confiée par Emmanuel Macron à Elisabeth Borne pour la semaine s'annonce ardue. Suivez l'avancée des tractations en direct avec nous.

• Réunis en sommet en Allemagne, les pays du G7 veulent serrer encore l'étau économique contre la Russie, en réfléchissant en particulier à un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe", selon la Maison Blanche.

• Un adolescent de 15 ans a été tué par balles hier soir dans un quartier pauvre d'Arles (Bouches-du-Rhône), connu pour son trafic de stupéfiants.

11h40 : Comme attendu, Volodymyr Zelensky s'est exprimé par visioconférence devant les dirigeants du G7, peu après 10 heures (heure de Paris). Le dirigeant ukrainien, qui participera également au sommet de l'Otan à Madrid à partir de demain, veut faire pression sur les sept dirigeants pour un soutien accru de leur part, au lendemain de nouvelles frappes russes sur Kiev.

11h23 : Le G7 va s'engager à durcir encore les sanctions contre l'économie russe, en visant tout particulièrement l'industrie de défense, ont annoncé les Etats-Unis ce matin. Les grandes puissances entendent également développer un "mécanisme pour plafonner au niveau mondial le prix du pétrole russe", selon un haut responsable de la Maison Blanche. Le G7 va enfin "se coordonner pour utiliser les taxes douanières sur les produits russes afin d'aider l'Ukraine", selon Washington.

09h09 : Voici le point sur l'actualité :

• Volodymyr Zelensky doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée devant les dirigeants du G7 réunis en Allemagne. Le président ukrainien devrait en profiter pour réclamer davantage d'armes pour son pays et un nouveau renforcement des sanctions occidentales contre Moscou.

• Les quatorze accusés du procès des attentats du 13-Novembre présents devant la cour d'assises spéciale de Paris disposent d'une dernière occasion de s'exprimer aujourd'hui. Les juges professionnels entameront ensuite leur délibéré et devraient rendre leur verdict mercredi soir.

• La semaine s'annonce chargée pour Elisabeth Borne, qui doit sonder si un "accord de gouvernement" est possible avec certains membres des oppositions. La Première ministre doit s'entretenir en ce sens avec les groupes parlementaires à partir d'aujourd'hui.

• Les syndicats de chauffeurs routiers appellent au blocage de toutes les zones industrielles de France, ce matin, pour réclamer des négociations sur des hausses de salaires.

08h29 : La fabrication illicite de drogues pourrait tirer profit de la guerre en Ukraine pour prospérer. C'est en tout cas ce qu'explique un rapport de l'ONU, qui se base sur l'expérience des conflits dans d'autres zones. Plus d'informations dans notre article.

07h42 : Nous l'indiquions plus tôt : Volodymyr Zelensky doit s'exprimer par visioconférence en milieu de matinée devant les dirigeants du G7 réunis en Allemagne. Une prise de parole qui intervient à un moment clé : pour la première fois depuis des semaines, la capitale ukrainienne a été frappée hier matin par des missiles russes, tandis que des combats acharnés se poursuivent dans l'est du pays. Que peut demander (et obtenir) le président ukrainien ? Eléments de réponse.




(UKRAINE PRESIDENCY / AFP)