Guerre en Ukraine : Vladimir Poutine menace l'Occident de "réduire la production" de pétrole russe

Le mécanisme mis en place par l'Occident est "une décision stupide" qui "n'affecte pas la Russie", a déclaré le président russe, vendredi, en référence au plafonnement du prix de l'or noir russe à 60 dollars.

Le président russe Vladimir Poutine, à Bichkek, la capitale du Kirghizistan, le 9 décembre 2022.
Le président russe Vladimir Poutine, à Bichkek, la capitale du Kirghizistan, le 9 décembre 2022. (VYACHESLAV OSELEDKO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Ce direct est désormais terminé.

Vladimir Poutine a menacé, vendredi 9 décembre, l'Occident de "réduire la production" de pétrole russe "si nécessaire". Le maître du Kremlin réagit ainsi quelques jours après l'entrée en vigueur du plafonnement du prix de l'or noir russe à 60 dollars introduit par l'Union européenne, le G7 et l'Australie. Ce mécanisme mis en place par l'Occident est "une décision stupide" qui "n'affecte pas la Russie", a-t-il précisé.

L'opposant russe Ilia Iachine condamné à huit ans et demi de prison pour avoir critiqué l'offensive lancée par Moscou. L'opposant a été reconnu coupable d'avoir diffusé de "fausses informations" sur l'armée pour avoir dénoncé "le meurtre de civils" dans la ville ukrainienne de Boutcha, près de Kiev, où la Russie est accusée d'exactions, ce qu'elle nie. "Un autre verdict honteux et illégal de [Vladimir] Poutine ne fera pas taire Ilia et ne devrait pas intimider les personnes honnêtes en Russie", a réagi l'ennemi numéro un du Kremlin, Alexeï Navalny, incarcéré en Russie depuis début 2021. 

Volodymyr Zelensky accuse les forces russes de miner les territoires qu'ils abandonnent. "Mines terrestres enfouies, fils-pièges, bâtiments, voitures et infrastructures minés... Il s'agit de plus de 170 000 kilomètres carrés de territoire dangereux" en Ukraine, a déclaré le président ukrainien.

Une édition spéciale de franceinfo depuis Kiev. Comment vivent les Ukrainiens après plus de neuf mois d'offensive russe ? Dans une émission exceptionnelle de deux heures, présentée depuis Kiev à partir de 17 heures vendredi, franceinfo se penchera sur le quotidien des habitants du pays. Artistes, enseignants, activistes ou encore soignants viendront partager leur vision du pays et du conflit.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h05 : Les récents propos d'Emmanuel Macron sur des "garanties de sécurité" à donner à la Russie ont été "isolés" de leur "contexte", a assuré aujourd'hui l'Elysée, avant une nouvelle conférence mardi à Paris sur l'aide à l'Ukraine. De son côté, l'Ukrainienne Oleksandra Matviïtchouk, colauréate du Nobel de la paix, a appelé vendredi à traduire Vladimir Poutine devant la justice internationale, se disant certaine que "tôt ou tard" le président russe serait jugé. Voici ce qu'il faut retenir de la journée dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine.

20h20 : Depuis le début de l'offensive russe en Ukraine le 24 février, le Canada a imposé des sanctions à plus de 1 400 personnes et entités se trouvant en Russie, en Biélorussie ou en Ukraine, ou provenant de ces pays.

20h20 : La Russie a annoncé aujourd'hui interdire l'entrée sur son territoire à 200 Canadiens, parmi lesquels le ministre de la Santé, Jean-Yves Duclos, et le président de la Banque CIBC, Victor Dodig, en riposte aux sanctions canadiennes similaires ayant visé des personnalités russes.

19h49 : Stéphanie Pérez, journaliste pour France télévisions, s'est rendue quatre fois en Ukraine depuis le début de l'invasion russe. Lors de son dernier reportage, elle a passé plus de trois semaines dans la région de Kherson, avec la journaliste reporter d'images Chloé Cormery. Elle raconte son expérience à François Beaudonnet dans le podcast "Au comptoir de l'info".

19h16 : Bonsoir @alien, et merci pour vos encouragements qui iront, j'en suis sûr, droit au cœur de nos camarades du canal 27 qui ont travaillé dur pour vous proposer cette émission. Nous préparons actuellement un replay de cette édition spéciale, qui sera disponible dans la soirée ici.

19h28 : J'ai manqué le début de l'édition spéciale à Kiev, où peut-on la réécouter, svp ? La dernière demi-heure était passionnante, les interventions sur la place de la culture dans le conflit et la résistance d'une rare qualité ; merci pour votre précieux travail 🇨🇵🇺🇦

18h38 : Changer les programmes scolaires, organiser des expositions dans les musées... Pour effacer l'histoire et l'identité ukrainienne, les forces d'occupation russes utilisent la culture et l'éducation. Reportage à Kherson.

18h21 : L'émission spéciale de franceinfo depuis Kiev continue sur le canal 27. Vous pouvez également la suivre dans notre direct.

18h28 : "J'ai des membres de ma famille sur le front, donc bien sûr que j'aide". Nombreux sont les habitants de Kiev à contribuer au financement participatif mis en place par le gouvernement pour aider à l'effort de guerre. Voici le reportage de nos journalistes sur cette mobilisation inédite.

17h55 : C’est le front le plus disputé depuis des semaines en Ukraine. Dans la région de Bakhmout, dans le Donbass, les pertes militaires sont énormes. La chaîne de télévision ukrainienne 1+1 a filmé le chaos au sein d'un hôpital de la zone. Attention, certaines images peuvent choquer.



(FRANCEINFO)

17h43 : Le journaliste Ben Barnier s'est rendu dans la région de Kharkiv, où des Ukrainiens sont contraints de traverser une rivière gelée, à bord de petites embarcations, pour aller récupérer des denrées alimentaires de l'autre côté de la rive. "Un jour, on va tomber dans l'eau gelée", dit l'un deux.




(FRANCEINFO)

17h23 : Les rues de Kiev sont plongées dans le noir. Seuls quelques bâtiments sont alimentés en électricité, rapporte Lucie Chaumette.

(FRANCEINFO)

17h21 : Notre journaliste Lucie Chaumette a rencontré une habitante de Kiev, Tetiana, qui raconte comment elle tente de faire face aux coupures de courant en plein hiver.




(FRANCEINFO)

17h01 : L'émission spéciale de franceinfo depuis Kiev débute sur le canal 27. Vous pouvez également la suivre dans notre direct.



(FRANCEINFO)

15h47 : "Comment trouver un accord ? Et peut-on s'entendre avec quelqu'un ? Et avec quelles garanties ? C'est évidemment toute la question (...) Mais au final il faudra trouver un accord. J'ai déjà dit à plusieurs reprises que nous sommes prêts à ces arrangements, nous sommes ouverts, mais cela nous oblige à réfléchir pour savoir à qui nous avons affaire", a déclaré Vladimir Poutine en marge d'un sommet régional au Kirghizstan.

15h58 : Un accord sera nécessaire "au final" pour mettre un terme à la guerre en Ukraine, reconnaît Vladimir Poutine. Le président russe a toutefois exprimé des doutes sur la "confiance" que Moscou peut selon lui avoir dans ses interlocuteurs.

15h21 : Dans le sud de l'Ukraine, les infrastructures énergétiques autour de Kherson ont été "pratiquement détruites" lors du retrait des forces russes et la situation est "compliquée" à Odessa, selon l'opérateur national Ukrenergo. "Plus d'un millier de missiles et de drones" ont été tirés par la Russie "depuis le 10 octobre", date des premières attaques d'ampleur sur les sites énergétiques, selon le chef d'Ukrenergo, Volodymyr Koudritskiï.

(ANATOLII STEPANOV / AFP)

15h11 : En déplacement au Kirghizstan pour un sommet régional, Vladimir Poutine est par ailleurs revenu sur la libération de la basketteuse américaine Brittney Griner contre celle du marchand d'armes russe Viktor Bout. D'autres échanges de prisonniers entre Moscou et Washington sont "possibles", juge le président russe. "Les contacts se poursuivent au niveau des services de renseignement."

15h08 : Vladimir Poutine menace l'Occident de "réduire la production" de pétrole russe "si nécessaire". Cette déclaration intervient quelques jours après l'introduction par l'UE, le G7 et l'Australie d'un plafonnement du prix du pétrole russe à 60 dollars. Le mécanisme mis en place par l'Occident est "une décision stupide" qui "n'affecte pas la Russie", selon le président russe.

13h55 : Le verdict pour Ilia Iachine vient d'être annoncé. L'opposant russe est condamné à huit ans et demi de prison pour avoir critiqué l'offensive militaire contre l'Ukraine. Alexeï Navalny, autre opposant russe, incarcéré en Russie depuis début 2021, a dénoncé "un verdict honteux".

13h05 : L'opposant russe Ilia Iachine a été reconnu coupable par un tribunal de Moscou d'avoir diffusé de "fausses informations" sur l'armée russe en critiquant l'offensive en Ukraine. Sa peine n'a pas encore été annoncée. Son procès a été particulièrement suivi en Russie, car il était l'un des derniers opposants russes de premier plan à ne pas avoir fui le pays ou à ne pas avoir été emprisonné.





(YURI KOCHETKOV / AFP)


12h56 : Borodianka, Ukraine.

Au milieu des habitations en ruines à cause des bombardements russes, on est allé voir les œuvres de Banksy

À retrouver dès 17h sur ⁦@franceinfo⁩ canal 27, émission spéciale sur la résilience en Ukraine

⁦@LouisLaforgeFTV⁩

#franceinfoenUkraine https://t.co/HrKSBGQFQ3

12h56 : Comment vivent les Ukrainiens après plus de neuf mois de conflit ? Notre journaliste Lucie Chaumette est à Borodianka, près de Kiev, pour rendre compte de la vie quotidienne dans le pays. Vous pourrez suivre l'émission spéciale de franceinfo à partir de 17 heures, sur le canal 27.

12h24 : Ce n'est pas la première fois que Kiev accuse Moscou de malmener le personnel ukrainien sur le site de la centrale de Zaporijjia. Fin septembre, son directeur général avait été arrêté par les forces russes, avant d'être libéré quelques jours plus tard.

12h34 : L'Ukraine accuse la Russie de détenir deux employés de la centrale nucléaire de Zaporijjia, occupée militairement par Moscou. Hier, "l'armée russe a fait irruption dans les locaux où se trouve le département des programmes sociaux de la centrale et (...) a violemment frappé le chef du département, Oleksiï Troubenkov, et son adjoint, Iouriï Androsov", selon Energoatom. "Après ce violent passage à tabac", les forces russes "les ont fait sortir et les ont emmenés dans une direction inconnue", poursuit l'opérateur nucléaire ukrainien.

11h55 : Comment vivent les Ukrainiens après plus de neuf mois de conflit ? La chaîne info de France Télévisions délocalise son antenne et propose une édition spéciale depuis Kiev afin de rendre compte de la vie quotidienne dans le pays. L'émission sera présentée par Louis Laforge et Lucie Chaumette. Rendez-vous à partir de 17 heures sur franceinfo, canal 27.

Lucie Chaumette et Louis Laforge présentent une édition spéciale depuis Kiev, vendredi 9 octobre. (FRANCEINFO) (FRANCEINFO)

10h14 : "Le terrorisme des mines figurera parmi les accusations portées contre la Russie."

Le président ukrainien a accusé hier les forces russes de miner et piéger intensément les territoires qu'ils abandonnent lors de leurs retraits en Ukraine. "Mines terrestres enfouies, fils-pièges, bâtiments, voitures et infrastructures minés... Il s'agit de plus de 170 000 kilomètres carrés de territoire dangereux", a-t-il ajouté. Suivez les derniers développements du conflit dans notre direct.

09h52 : Un journal intime a été exhumé dans la région d'Izioum, dans le nord-est de l'Ukraine, après le retrait des soldats russes en septembre dernier. Son auteur, Volodymyr Vakulenko, y décrivait méthodiquement la guerre avant d'être exécuté par les forces russes pour ses positions anti-Moscou.

Les proches de Volodymyr Vakulenko lors de ses obsèques à Kharkiv (Ukraine), le 6 décembre 2022 (SERGEY KOZLOV / EPA) (SERGEY KOZLOV / EPA)

07h08 : Le quotidien Libération choisit de son côté de se pencher sur l’approvisionnement de l’aide humanitaire en Ukraine, dans le cadre du conflit. Alors que les ONG n’ont pu bénéficier que de 0,3% de l’aide recueillie par l’ONU, des journalistes se sont rendus sur place pour rendre compte de la situation. (LIBERATION)