Guerre en Ukraine : une frappe ukrainienne tue au moins 13 civils à Donetsk, selon un premier bilan du maire prorusse de la ville

Ces décès ont été causés par "un bombardement punitif sur la place des Commissaires de Bakou", dans l'ouest de la ville, selon un premier bilan communiqué lundi par Alexeï Kemzouline, le maire prorusse de Donetsk.

Des bombardements à Kramatorsk (Ukraine), le 18 septembre 2022.
Des bombardements à Kramatorsk (Ukraine), le 18 septembre 2022. (JUAN BARRETO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Lourd bilan dans la capitale de la zone séparatiste de Donetsk (Ukraine). Une frappe "punitive" ukrainienne dans l'ouest de la ville a tué 13 civils, lundi 19 septembre, a accusé le maire prorusse de la ville, Alexeï Kemzouline, sur la messagerie Telegram. Deux enfants feraient partie des victimes, rapporte une journaliste de France 2 sur Twitter, citant des chaînes Telegram locales. De son côté, Alexeï Kemzouline a également précisé que "le nombre de blessés (était) toujours en train d'être établi", et il a appelé la population à "ne sortir que si c'est absolument nécessaire". Ce direct est maintenant terminé. 

Un employé de l'OSCE condamné à 13 ans de prison par les séparatistes prorusses. Les juges de la Cour suprême de la région séparatiste de Louhansk "reconnaissent Dmitri Chabanov coupable (...) et le condamnent à purger une peine de 13 ans d'emprisonnement", a déclaré lundi l'institution, citée par l'agence Ria-Novosti. Emprisonné depuis avril, Dmitri Chabanov était accusé par les autorités prorusses d'avoir fourni des "informations confidentielles" à des services de renseignement étrangers, dont la CIA américaine.

Moscou qualifie de "mensonge" la découverte de centaines de corps à Izioum (Ukraine). La Russie a réfuté son implication dans la mort des centaines de personnes, dont les corps ont été découverts à Izioum, dans l'est du pays. "C'est un mensonge. Nous allons bien sûr défendre la vérité dans cette affaire", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Selon les autorités ukrainiennes, plus de 440 tombes et une fosse commune ont été retrouvées mi-septembre dans une forêt en lisière de cette ville, reprise par les forces ukrainiennes à l'armée russe.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h44 : Depuis ce matin, les touristes russes munis d'un visa Schengen n'ont plus le droit d’entrer en Estonie, en Lettonie, en Lituanie et en Pologne, rapporte Le Monde (article abonnés). Ces Etats estiment que la venue des touristes constitue une menace pour la sécurité nationale et celle de l’espace Schengen.

13h50 : "S’ils refusent mon visa et ne me donnent pas de permis de séjour, je vais devoir rentrer en Russie et là-bas ils me mettront en prison", s'inquiète Agata, une citoyenne russe opposante à Vladimir Poutine, réfugiée en Pologne. Le pays, tout comme ses voisins baltes, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie, ferme sa frontière aux citoyens russes, à partir d'aujourd'hui.

12h51 : Une frappe "punitive" ukrainienne sur Donetsk, capitale de la zone séparatiste éponyme, a tué 13 civils, accuse le maire prorusse de la ville, Alexeï Kemzouline. "Le nombre de blessés (est) toujours en train d'être établi", a-t-il précisé.