Guerre en Ukraine : l'ex-président russe Dmitri Medvedev agite à nouveau la menace de l'arme nucléaire

"L'idée même de châtier un pays qui a le plus grand arsenal nucléaire au monde est absurde en soi. Et cela crée potentiellement une menace pour l'existence de l'humanité", a écrit l'actuel vice-président du puissant Conseil de sécurité russe sur son compte Telegram, mercredi.

Dmitri  Medvedev, chef adjoint du Conseil de sécurité de la Russie, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 28 juin 2022.
Dmitri  Medvedev, chef adjoint du Conseil de sécurité de la Russie, à Saint-Pétersbourg, en Russie, le 28 juin 2022. (EKATERINA SHTUKINA / SPUTNIK / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Dmitri Medvedev récidive. Après avoir déjà évoqué, fin mars, les différents cas de figure dans lesquels la Russie pourrait être amenée à faire usage de l'arme nucléaire, l'ex-président russe s'est de nouveau exprimé sur le sujet, mercredi 6 juillet. "L'idée même de châtier un pays qui a le plus grand arsenal nucléaire au monde est absurde en soi. Et cela crée potentiellement une menace pour l'existence de l'humanité", a écrit sur son compte Telegram l'actuel vice-président du puissant Conseil de sécurité russe.

Il s'en est ensuite pris aux Etats-Unis, accusés de vouloir traduire la Russie devant des juridictions internationales, alors que Washington n'avait jamais été puni pour ses guerres menées à travers le monde et qui, selon lui, ont fait 20 millions de morts. Suivez notre direct. 

Moscou s'offusque de la diffusion d'une conversation téléphonique entre Vladimir Poutine et Emmanuel Macron. La conversation téléphonique a duré neuf minutes. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, s'est offusqué, mercredi 6 juillet, de la diffusion, sur France 2 (dans le cadre d'un documentaire intitulé Un président, l'Europe et la guerre), d'un entretien entre les présidents français et russe, quatre jours avant le début de l'assaut de Moscou contre l'Ukraine. "L'étiquette diplomatique ne prévoit pas de fuites unilatérales de (tels) enregistrements", a relevé le ministre des Affaires étrangères russe au cours d'un déplacement au Vietnam.

Un appel à évacuer la ville de Sloviansk. Le gouverneur ukrainien de la région de Donetsk, Pavlo Kyrylenko, a appelé les habitants de la ville de Sloviansk à évacuer, ajoutant que "pendant la semaine, il n'y a pas eu un jour sans bombardement". Les forces russes continuent de progresser dans le Donbass, où la ville de Sloviansk est la prochaine cible de Moscou. Pavlo Kyrylenko avait annoncé quelques heures plus tôt deux morts et sept blessés dans des frappes qui ont notamment visé le marché local

La région de Louhansk quasiment sous contrôle russe. Avec la chute dimanche de Lyssytchansk, les forces russes contrôlent la quasi-totalité de la région de Louhansk et cherchent désormais à en faire de même dans celle de Donetsk pour occuper tout le Donbass, que les séparatistes prorusses contrôlaient partiellement depuis 2014.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

22h45 : Les productions de blé sont bloquées en Ukraine à cause de la guerre. Pourtant, en mer Noire, un bateau russe rempli de céréales a été intercepté par les autorités turques, explique France 2.

22h14 : Les civils ont continué aujourd'hui d'évacuer la ville bombardée de Sloviansk, dans l'est de l'Ukraine. La ville est le prochain objectif et priorité des forces russes dans leur plan de conquête totale du bassin du Donbass, après quatre mois et demi de conflit. "L'évacuation est en cours", a déclaré le maire Vadim Liakh. "Il reste en ce moment 23 000 habitants" à Sloviansk, qui en comptait environ 110 000 avant le conflit.



(MIGUEL MEDINA / AFP)

22h09 : Avant / après à Boutcha, en #Ukraine. Le 27 février, une colonne de blindés russes avait été détruite dans cette rue par des frappes de drones militaires ukrainiens. Photos ⁦@rafyag⁩ #Ukraine https://t.co/bnOxE7yLk1



22h09 : Avant / après rue Ivana-Franka, à Boutcha, où 13 morts et 4 disparus avaient été recensés @rafyag https://t.co/fNVppXr7hf



22h08 : Les différences sont frappantes. Sur Twitter, la journaliste du journal Le Monde Faustine Vincent publie des photographies prises par le photojournaliste Rafael Yaghobzadeh en Ukraine. Ces dernières, présentées sous forme avant/après, montrent les mêmes endroits à plusieurs mois d'intervalle, depuis le début de l'invasion russe.

19h59 : La Lituanie a exposé un drone de combat turc qu'elle s'apprête à envoyer à l'Ukraine après une mobilisation populaire. Les Lituaniens ont collecté 5,9 millions d'euros en trois jours et demi lors d'une quête publique destinée à acheter ce drone militaire turc TB2 pour l'Ukraine, avant que le constructeur Bayraktar n'annonce qu'il l'offrait.

14h22 : La république autoproclamée de Donetsk, territoire séparatiste du Donbass, va ouvrir son ambassade à Moscou (Russie) le mardi 12 juillet, selon l'agence russe Ria Novosti sur Telegram. Une cérémonie sera organisée en présence du ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov.

14h27 : Le président du Sénat sera à Kiev demain et vendredi, a appris franceinfo ce midi auprès de son entourage, confirmant une information de BFMTV. Gérard Larcher doit y rencontrer le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, et faire un discours devant le Parlement ukrainien. Une visite en banlieue de Kiev, à Irpin ou Boutcha, est aussi au programme, ainsi qu'une conférence de presse, samedi, au dernier jour de son déplacement.

11h08 : "L'idée même de châtier un pays qui a le plus grand arsenal nucléaire au monde est absurde en soi. Et cela crée potentiellement une menace pour l'existence de l'humanité"

L'ex-président russe Dmitri Medvedev a évoqué le recours à l'arme nucléaire en excluant par avance l'éventualité de sanctions prises contre Moscou par la justice internationale.

10h36 : La conversation téléphonique de neuf minutes très tendue entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine a été diffusée dans le documentaire Un président, l'Europe et la guerre de Guy Lagache. Le film retrace la médiation du président français pour tenter d'empêcher l'embrasement du conflit en Ukraine, Moscou étant alors accusé de préparer une offensive en dépit de ses dénégations répétées.

10h35 : Le chef de la diplomatie russe s'est offusqué de la publication par France 2 d'un entretien entre les présidents français et russe, quatre jours avant que Moscou lance son assaut contre l'Ukraine. "L'étiquette diplomatique ne prévoit pas de fuites unilatérales d'enregistrements", a relevé le ministre Sergueï Lavrov.

10h42 : Le ministère de la Défense russe a aussi accusé hier soir des "nationalistes ukrainiens" dans la région de Donetsk de préparer "une provocation avec l'utilisation de substances toxiques". L'armée ukrainienne utilise, selon lui, des infrastructures chimiques pour y baser ses hommes et ses armes, créant "les conditions préalables à des accidents pouvant entraîner la mort de milliers de civils".

10h42 : Sur le front, les forces russes continuent de progresser dans l'est de l'Ukraine. "Mon principal conseil : évacuez !", a lancé hier soir le gouverneur de la région de Donetsk aux habitants de Sloviansk, nouvelle cible de bombardements quotidiens de Moscou.(MIGUEL MEDINA / AFP)

06h10 : La conférence internationale de Lugano (Suisse), organisée pour tenter de dessiner les contours de la reconstruction de l'Ukraine, dont Kiev évalue le coût à 730 milliards d'euros, s'est achevée hier soir. Dans une déclaration, les pays alliés, des institutions internationales et le secteur privé "s'engagent pleinement à soutenir l'Ukraine tout au long de son parcours", appelant à un "processus de rétablissement transparent et responsable".