Guerre en Ukraine : l'alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl a été rétablie

Mercredi, l'opérateur avait annoncé que la centrale, dont la Russie a pris le contrôle pendant son offensive, avait "été complètement déconnectée du réseau électrique".

Le site nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, le 7 juin 2019.
Le site nucléaire de Tchernobyl, en Ukraine, le 7 juin 2019. (NURPHOTO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

L'alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl a été rétablie dimanche 13 mars, a annoncé l'agence nucléaire ukrainienne Energoatom. Mercredi, l'opérateur avait annoncé que la centrale, dont la Russie a pris le contrôle pendant son offensive, avait "été complètement déconnectée du réseau électrique". "Nos ingénieurs nucléaires et nos électriciens ont réussi à rétablir l'alimentation électrique de la centrale de Tchernobyl, saisie par les occupants russes, a toutefois déclaré le ministre ukrainien de l'Energie, dans un communiqué publié par l'agence nucléaire. Désormais, les systèmes de refroidissement des assemblages combustibles vont fonctionner de nouveau normalement, et plus grâce à des générateurs de secours." 

Plus de 2 100 civils tués à Marioupol. Quelque 2 187 habitants ont été tués dans cette ville du Sud-Est, assiégée par les forces russes, a affirmé la mairie de la ville ukrainienne dimanche. "Les occupants frappent cyniquement et délibérément des bâtiments résidentiels, des zones densément peuplées, détruisent des hôpitaux pour enfants et infrastructures urbaines", a-t-elle déclaré sur Telegram, alors que la Russie n'a communiqué aucun bilan à ce sujet.

Jean-Yves Le Drian dénonce "un renforcement des frappes de manière indiscriminée". Le ministre des Affaires étrangères a affirmé dimanche que "nulle part en Ukraine aujourd'hui, on est à l'abri des bombes". "Le pire est encore devant nous", a-t-il ajouté lors d'une interview sur France Inter et franceinfo.

Plus de 250 manifestations arrêtées en RussiePlus de 250 personnes manifestant dimanche contre l'opération militaire russe en Ukraine ont été arrêtées à travers la Russie, selon une ONG. "Au moins 268 personnes ont déjà été arrêtées dans 23 villes", a rapporté sur son site OVD-Info, une ONG spécialisée dans le suivi des manifestations. Des journalistes de l'AFP ont vu plusieurs manifestants être arrêtés manu militari à Moscou et à Saint-Pétersbourg, la deuxième ville du pays.

100 000 réfugiés de plus en 24 heures. Quelque 100 000 personnes en 24 heures sont venues grossir les rangs des réfugiés qui ont fui les combats en Ukraine, plus de deux semaines après l'invasion ordonnée par le président russe Vladimir Poutine, selon le dernier décompte de l'ONU publié dimanche.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h01 : On ferme ! Non sans avoir jeté un dernier coup d'œil aux principaux titres de l'actualité.

Dès demain, le masque en entreprise, c'est (pratiquement) fini et le protocole sanitaire est de nouveau allégé. On vous explique concrètement ce que ça change dans cet article.

Comment, concrètement, va fonctionner la ristourne de 15 centimes le litre promise à partir du 1er avril par Jean Castex pour tous les conducteurs ? Explications dans cet article.

Un journaliste américain a été tué dans les faubourgs de Kiev à la mi-journée. "Je me sens beaucoup plus menacé qu'avant", témoigne un journaliste sur place sur notre antenne, quand RSF pointe des multiples reporters blessés ces derniers jours.

L'OM remonte sur la deuxième marche du podium de la Ligue 1 à la faveur de son large succès sur Brest (4-1). Un peu plus tôt dans la journée, Lyon avait coulé à pic face à Rennes (2-4), coaché par son ancien coach Bruno Genesio.

Rendez-vous demain six heures, pour la suite de ce live.

22h54 : Rideau pour Instagram en Russie. Le site spécialisé Netblocks confirme que le réseau social de partage de photos n'est plus accessible dans le pays, comme prévu.

22h11 : En Ukraine, depuis le début de la guerre, "31 attaques contre les soins de santé ont été documentées", faisant "au moins 12 morts et 34 blessés", selon un décompte communiqué ce soir par l'Unicef. L'organisation onusienne met en garde contre un risque d'"effondrement" du système de soins.

21h54 : La guerre en Ukraine pourrait avoir des conséquences sur le conflit israélo-palestinien. Les autorités palestiniennes craignent que de nombreux Ukrainiens de confession juive n'aillent faire leur aliya, s'installent en Israël. Ce qui pourrait redonner des ailes aux projets de création de colonies en Cisjordanie pour loger ces nouveaux arrivants, relève Marianne.

21h51 : Dernière ligne droite pour les Russes... s'ils veulent croquer dans un Big Mac. Car dans quelques heures, les restaurants McDonald's de Russie fermeront leur porte, conséquence directe de la guerre en Ukraine. Le site BBC Russian rapporte d'importantes files d'attente dans les fast-foods moscovites. Des goodies, du jouet présent dans les Happy Meals, aux tickets de caisse ou serviette de table sont même revendus sur les sites de seconde main.

21h26 : Une session de négociations par visioconférence entre la Russie et l'Ukraine se tiendra bien demain, confirme sur Twitter Mykhaïlo Podoliak, un négociateur et conseiller du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

21h01 : Dans les environs de Kiev, la résistance s'organise face aux Russes. Dans certains villages, les habitants encore présents sur place vivent coupés du monde, et manquent de tout. Reportage de France 2.




(FRANCE 2)

20h49 : Parce que Dimitri Rybolovlev, le patron du club, ne figure pas sur la liste des oligarques sanctionnés. Il ne figure pas parmi les proches de Poutine, au point d'avoir été obligé de vendre sa société Uralkali à un proche du Kremlin. C'est expliqué plus longuement dans cet article.

20h46 : Pourquoi le club de Monaco n’est-il pas traité comme celui de Chelsea?

20h45 : Plus tôt dans la journée, un négociateur russe avait lui estimé que les pourparlers progressaient. "Si nous comparons la position des deux délégations entre le début des négociations et maintenant, alors nous constatons des progrès significatifs", a déclaré Léonid Sloutski, un député faisant partie de la délégation russe ayant récemment rencontré des négociateurs ukrainiens en Biélorussie.

20h45 : Le Kremlin fait savoir ce soir que les pourparlers entre Kiev et Moscou se poursuivront demain en visioconférence, en plein conflit en Ukraine, au moment où les contacts diplomatiques se multiplient malgré les combats.

20h36 : @Langue ? Volodymyr Zelensky est russophone à la base, sa fameuse série Serviteur du peuple est en russe, mais là, vu les circonstances et vu sa fonction, il s'exprime effectivement en ukrainien lors de ses discours. Notez que les deux langues sont assez voisines, et qu'une grande partie de la population parle les deux.

20h35 : Bonsoir FI, merci pour votre super boulot dans ces circonstances terribles. Une pensée pour vos collègues sur le terrain. J’ai une question qui peut paraître dérisoire : je suis abonnée comme beaucoup de personnes au compte Instagram du président Zelensky et je me demande lors de ces allocutions, parle t’il ukrainien ou russe ?

20h18 : Le ministre de la Santé ukrainien Viktor Lyashko a déclaré sur les chaînes de télévisions ukrainiennes que sept hôpitaux du pays ont été détruits par les frappes russes et ne pourront pas être reconstruits dans un futur proche, relaye Suspilne, un média public ukrainien.

20h33 : Le journaliste américain Brent Renaud, tué à la mi-journée dans les faubourgs de Kiev, travaillait pour Time magazine, écrit le journal américain dans un article qui lui rend hommage : "Il travaillait sur un projet axé sur la crise des réfugiés".

20h06 : Il est 20 heures passées de quelques minutes ! Faisons le point sur l'actualité de ce dimanche soir !

• Dès demain, le masque en entreprise, c'est (pratiquement) fini et le protocole sanitaire est de nouveau allégé. On vous explique concrètement ce que ça change dans cet article.

• Comment, concrètement, va fonctionner la ristourne de 15 centimes le litre promise à partir du 1er avril par Jean Castex pour tous les conducteurs ? Explications dans cet article.

Un journaliste américain a été tué dans les faubourgs de Kiev à la mi-journée. "Je me sens beaucoup plus menacé qu'avant", témoigne un journaliste sur place sur notre antenne, quand RSF pointe des multiples reporters blessés ces derniers jours.

Conséquence de la guerre en Ukraine : la Banque de France met en garde contre une inflation pouvant atteindre entre 3,7% et 4,4% pour cette année.

19h06 : Christophe Deloire, le patron de Reporters sans frontières, est revenu au micro de franceinfo sur la mort du journaliste américaine Brent Renaud, tout sauf un cas isolé pour lui. "Plusieurs équipes de télévision ont déjà fait l'objet d'attaques et d'attaques délibérées. C'est le cas d'une équipe d'Al Arabiya, une autre de Sky News, une équipe de journalistes danois, un journaliste suisse a été blessé... C'est un lieu sur lequel il y a des dangers extrêmement importants pour les reporters étrangers et plus encore pour les journalistes ukrainiens, puisque la différence est que les journalistes ukrainiens se retrouvent à couvrir une guerre sans en avoir l'habitude. Ils ne sont pas allés volontairement à la guerre. C'est la guerre qui est venue à eux."

18h55 : Je vous recommande la série de tweets publiés par le colonel Michel Goya, qui analyse quotidiennement la situation militaire en Ukraine. En voici quelques-uns (pour l'intégralité, c'est par là).

18h40 : L'agence nucléaire ukrainienne Energoatom annonce que l'alimentation électrique du site nucléaire de Tchernobyl a été rétablie aujourd'hui. "Désormais, les systèmes de refroidissement des assemblages combustibles vont fonctionner de nouveau normalement, et plus grâce à des générateurs de secours", assure le ministre de l'Energie Guerman Galouchtchenko.

18h32 : Emmanuel Macron réagit à la mort d'un journaliste américain à la mi-journée dans les faubourgs de Kiev.

18h30 : Le prochain train de sanctions de l'Union européenne contre la Russie sera dévoilé demain, révèle la présidence française de l'UE dans un tweet publié ce soir.

18h27 : L'ONG OVD-Info, spécialisée dans le suivi des manifestations, publie sur son site la liste des 837 personnes emprisonnées pour avoir pris part à des manifestations contre la guerre en Ukraine.

18h17 : Dans les commentaires, @Kat me signale ce drôle de char installé devant l'ambassade de Russie à Berlin, représentant Vladimir Poutine s'étouffant avec l'Ukraine. Il est écrit "étouffe-toi avec !"

17h51 : L'armée russe affirme avoir tué des "mercenaires étrangers" lors de frappes contre "la localité de Staritchi et la base militaire de Yavoriv", dans l'ouest de l'Ukraine, près de la frontière polonaise. "En conséquence de cette frappe, jusqu'à 180 mercenaires étrangers et une importante quantité d'armes étrangères ont été éliminés", a claironné lors d'un briefing le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konachenkov.

Un journaliste de BuzzFeed avait eu l'info contraire de la part de la légion ukrainienne, qui regroupe les volontaires étrangers.

17h51 : Volodymyr Zelensky, le président ukrainien, "remercie" dans un tweet le groupe Meta (où figurent Facebook, Instagram, etc), qui a pris une batterie de mesures visant la Russie et "se tient côte à côte avec les Ukrainiens".

17h45 : "Ces dernières heures, je me sens beaucoup plus menacé qu'avant."

Au micro de franceinfo, le journaliste ukrainien Roman Sigov, présent dans la région d'Irpin, à la lisière nord-ouest de Kiev, où soldats ukrainiens et russes s'affrontent dans de violents combats, témoigne : "On prend des mesures de protection, on a des gilets pare-balles, des casques, on a inscrit 'Presse' sur nous, on espérait que tout ça nous mettrait en sécurité mais on voit aujourd'hui que rien n'est garanti malheureusement."



(DIMITAR DILKOFF / AFP)

17h39 : Le Comité international de la Croix-Rouge met en garde contre "un scénario du pire" dans Marioupol, ville assiégée du sud-est de l'Ukraine, si les belligérants "n'arrivent pas d'urgence à un accord humanitaire. Le CICR est prêt à agir comme intermédiaire neutre pour faciliter le dialogue entre parties sur ces questions humanitaires."

17h34 : Entre 20 000 et 30 000 manifestants à Berlin, 11 000 à Francfort... Des milliers à Stuttgart, Leipzig et Hambourg... Toute l'Allemagne est mobilisée. A Berlin, près de la porte de Brandebourg, une foule brandissait des pancartes aux couleurs de l'Ukraine, jaunes et bleues, "Arrêtez Poutine" et "Arrêtez la guerre".

16h51 : Je vous rappelle que le patriarche Kirill, le patron de l'Eglise orthodoxe russe, a justifié, dans un sermon très politique le 27 février, l'intervention en Ukraine, y voyant une guerre contre les "forces du mal" qui "combattent l'unité" historique entre les deux pays.

16h50 : D'autres prêtres dépendant de Moscou, mais hors d'Ukraine, ont aussi pris leurs distances. Ainsi, le clergé de la paroisse orthodoxe russe d'Amsterdam a déclaré samedi qu'il quittait l'église orthodoxe relevant de Moscou car il se sentait mis sous pression par le Kremlin au sujet de la guerre en Ukraine. Un peu plus tôt, le métropolite Jean de Doubna, à la tête d'une soixantaine de paroisses de tradition russe en Europe occidentale, a exprimé son soutien à l'ensemble du peuple ukrainien.

16h47 : Les orthodoxes en Ukraine sont divisés. Une partie sont fidèles au patriarcat de Moscou (environ 4 à 5 millions de fidèles), l'autre se revendique de l'Eglise orthodoxe indépendante d'Ukraine, reconnue depuis 2018 par le patriarche de Constantinople, et compte 15 millions de fidèles. Ces derniers jours, le clergé du patriarcat de Moscou en Ukraine s'est désolidarisé de Kirill, très proche de Vladimir Poutine, et favorable à l'intervention russe en Ukraine. Jusqu'à un quart des évêques, selon un expert.

16h49 : Bonjour ! Comment réagissent les chefs des Eglises orthodoxe, rattachée à Kirill à Moscou, rattachée à Constantinople, et gréco-catholique, concernant la guerre en Ukraine ? Merci à tous.

16h28 : Reporters sans frontières et son président Christophe Deloire demandent l'ouverture d'une enquête sur les circonstances de la mort du journaliste américain Brent Renaud, tué en milieu de journée dans sa voiture dans la banlieue de Kiev.

16h21 : Plus de 2 100 habitants de Marioupol, ville portuaire assiégée dans le sud-est de l'Ukraine, ont été tués depuis le début de l'offensive russe, annonce la mairie de la ville. "Les occupants frappent cyniquement et délibérément des bâtiments résidentiels, des zones densément peuplées, détruisent des hôpitaux pour enfants et infrastructures urbaines", dénoncent les élus sur Telegram.

16h20 : Rappelons que le club n'a plus le droit de vendre de nouveaux billets ni d'articles de merchandising et tous les revenus liés aux droits de diffusions ou aux primes de compétition sont gelés, ce qui fait craindre un assèchement rapide de la trésorerie. Le club espère un assouplissement de ces sanctions en négociant avec le gouvernement britannique.