Guerre en Ukraine : le pape pleure en public en évoquant l'Ukraine "martyrisée"

"Ô Vierge Immaculée, j'aurais voulu t'apporter aujourd'hui le remerciement du peuple ukrainien...", a-t-il déclaré, au cours de la fête de l'Immaculée Conception, avant de s'interrompre, brisé par l'émotion.

Le pape François, ému, après avoir récité une prière au nom du peuple ukrainien, lors de la cérémonie d\'hommage à la Vierge Marie au cours de la fête de l\'Immaculée Conception, à Rome (Italie), le 8 décembre 2022.
Le pape François, ému, après avoir récité une prière au nom du peuple ukrainien, lors de la cérémonie d'hommage à la Vierge Marie au cours de la fête de l'Immaculée Conception, à Rome (Italie), le 8 décembre 2022. (VINCENZO PINTO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Une scène rare et émouvante. Le pape François n'a pas pu réprimer ses larmes en évoquant une Ukraine "martyrisée" du fait de la guerre, lors d'une cérémonie en public jeudi 8 décembre dans le centre de Rome. A l'occasion de la traditionnelle cérémonie d'hommage à la Vierge au cours de la fête de l'Immaculée Conception, le souverain pontife s'est rendu près de la place d'Espagne. "Ô Vierge Immaculée, j'aurais voulu t'apporter aujourd'hui le remerciement du peuple ukrainien...", a-t-il déclaré, lisant son discours debout, avant de s'interrompre, brisé par l'émotion. Le pape, en larmes, est ensuite resté silencieux de longues secondes, puis la foule présente l'a chaleureusement applaudi. Ce direct est maintenant terminé. 

Vladimir Poutine évoque de nouvelles frappes russes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes. Les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes, dont les précédentes salves ont provoqué des coupures d'électricité et d'eau massives, vont se poursuivre, assure Vladimir Poutine. "Oui, nous le faisons, mais qui a commencé ?", a-t-il lancé en marge d'une cérémonie de remise de médailles au Kremlin, présentant ces bombardements comme une réplique à l'explosion ayant endommagé le pont de Crimée construit par la Russie et à d'autres attaques imputées à Kiev. 

La pression internationale a fait reculer la Russie sur le recours à l'arme nucléaire, affirme le chancelier allemand. La menace de l'arme nucléaire s'est éloignée. C'est le constat dressé par le chancelier allemand, Olaf Scholz, dans une interview. "Une chose a changé pour le moment : la Russie a cessé de menacer d'utiliser des armes nucléaires", a-t-il affirmé dans un entretien au groupe de médias allemands Funke Mediengruppe et à Ouest-France. La communauté internationale, y compris la Chine, "a tracé une ligne rouge" à la Russie, a assuré le chancelier.

Le CICR a eu un accès récent à des prisonniers. Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a annoncé jeudi avoir eu accès récemment à des prisonniers de guerre ukrainiens et russes. Des visites qui étaient jusque-là extrêmement limitées et sporadiques. "La semaine dernière, le CICR a effectué une visite de deux jours auprès de prisonniers de guerre ukrainiens. Une autre visite a lieu cette semaine", écrit le CICR dans un communiqué. Des visites ont également été effectuées auprès de prisonniers de guerre russes, précise l'ONG. D'autres sont prévues d'ici la fin du mois. 

Vladimir Poutine relativise le recours à l'arme nucléaire. "Nous ne sommes pas devenus fous, nous savons ce que sont les armes nucléaires", a déclaré le président russe mercredi, s'exprimant en visioconférence devant son Conseil des droits de l'homme, une organisation entièrement soumise au Kremlin. Après plusieurs menaces d'y recourir ayant émané de responsables russes ces derniers mois, il a souligné que ces armes étaient "un moyen de défense", qu'elles étaient destinées à une "frappe en représailles". Autrement dit, "si on nous frappe, on frappe en réponse", a martelé le chef de l'Etat russe. 

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h39 : Emotion du pape François au moment d'évoquer le conflit, détermination affichée par Vladimir Poutine pour frapper les infrastructures énergétiques... Nous récapitulons les principales informations du jour sur la guerre en Ukraine dans un article.

20h09 : Voici le point sur l'actualité à 20 heures :

• Le pape François n'a pas pu réprimer ses larmes en évoquant la guerre dans une Ukraine "martyrisée", lors d'une cérémonie en public cet après-midi dans le centre de Rome.

• Emmanuel Macron annonce la gratuité des préservatifs en pharmacie pour les jeunes de 18 à 25 ans à partir de 2023.

La basketteuse Brittney Griner a été libérée dans un échange de prisonniers entre Moscou et Washington. Elle avait été condamnée à neuf ans de prison pour "possession de stupéfiant".

Le taux des plans d'épargne-logement nouvellement ouverts passera de 1% à 2% à partir du 1er janvier 2023, annonce Bruno Le Maire.

19h31 : Émotion intense du pape François au moment où il confie le peuple ukrainien à la Vierge Marie : « Nous te confions la paix en Ukraine » #ImmaculéeConception🔴Prière à la Vierge depuis la place d'Espagne à Rome à revoir sur https://t.co/QPjxPIOam3 https://t.co/MIC6AXh5DF

19h34 : "Ô Vierge Immaculée, j'aurais voulu t'apporter aujourd'hui le remerciement du peuple ukrainien...". Le pape François n'a pas pu réprimer ses larmes en évoquant la guerre dans une Ukraine "martyrisée", lors d'une cérémonie en public cet après-midi dans le centre de Rome.

14h37 : Vladimir Poutine veut poursuivre les frappes contre les infrastructures énergétiques ukrainiennes. "Oui, nous le faisons, mais qui a commencé ?", a lancé le président russe en marge d'une cérémonie de remise de médailles au Kremlin. Il a présenté ces bombardements comme une réplique à l'explosion ayant endommagé le pont de Crimée construit par la Russie et à d'autres attaques imputées à Kiev.

13h32 : Moscou réagit à la désignation de Volodymyr Zelensky comme personnalité de l'année par le magazine américain Time. Le Kremlin y voit un choix "anti-russe" et "furieusement russophobe", selon le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov.



(NEIL JAMIESON / TIME / AFP)

13h19 : Midi, faisons un nouveau point sur l'actualité de la journée :

Les demandes d'adhésion de la Bulgarie et de la Roumanie à l'espace Schengen ont été rejetées, le ministre autrichien de l'Intérieur, Gerhard Karner, ayant déjà déclaré qu'il voterait contre l'inclusion de ces deux pays dans l'espace de libre-circulation. Les ministres européens de l'Intérieur doivent encore se prononcer sur l'adhésion de la Croatie.


Les travailleurs éligibles à l'indemnité carburant de 100 euros pourront effectuer les démarches pour l'obtenir "à partir du 16 janvier" sur le site impots.gouv.fr, a précisé ce matin le ministère de l'Economie sur RMC. "Vous recevrez le chèque sous huit jours une fois que vous êtes déclarés", a ajouté Bruno Le Maire.

Le président russe, Vladimir Poutine, a relativisé hier le risque d'un recours à l'arme nucléaire. Ce risque a diminué car la communauté internationale "a tracé une ligne rouge" à la Russie, a estimé le chancelier allemand, Olaf Scholz. Suivez notre direct.


La chanteuse Céline Dion annonce qu'elle souffre d'un "trouble neurologique très rare" et reporte une partie de sa tournée européenne prévue au printemps prochain. La chanteuse annonce également l'annulation de huit concerts prévus l'été prochain.

13h41 : Moscou reconnaît qu'il y a "des risques" d'attaques ukrainiennes contre ses positions en Crimée annexée, a déclaré ce matin à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. Ce matin, les autorités locales ont annoncé que la flotte russe a abattu un drone près du port de Sébastopol, situé dans cette région.

10h47 : Lors d'une allocution adressée à la Fondation Robert F. Kennedy pour les droits de l'homme hier, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a assuré que les forces ukrainiennes avaient à ce stade "réussi à libérer" 1 888 villes et villages de l'occupation russe. "Mais presque autant de villes et de villages ukrainiens restent sous occupation", a-t-il ajouté.

13h38 : "Dans la matinée, le navire de service de la flotte de la mer Noire a abattu un drone au-dessus de la mer", a déclaré sur Telegram le gouverneur de Sébastopol, en Crimée annexée, Mikhail Razvozhaev. Comme le relève le média Meduza, ce dirigeant avait déjà signalé que des drones avaient été abattus près de la ville.

10h23 : Le son de la guerre s'entend encore partout à Yampil (Ukraine), village libéré du Donbass situé près de Sloviansk. Notre journaliste Agathe Mahuet y a rencontré des habitants épuisés par le conflit, et pour certains nostalgiques de l'Union soviétique.

La dernière épicerie de Yampil, un village libéré par les forces ukrainiennes près de Sloviank en Ukraine.  (AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)


(AGATHE MAHUET / RADIO FRANCE)

13h45 : Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) annonce avoir eu récemment accès à des prisonniers de guerre ukrainiens et russes, des visites jusqu'à présent très limitées et sporadiques. Les délégués de l'organisation ont pu observer les conditions de vie et le traitement dont ces prisonniers font l'objet, mais également donner des nouvelles à leurs familles.

13h21 : Il est un peu plus de 9 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Le président péruvien se trouve en détention dans une base de la police à Lima, au lendemain d'une troisième procédure de destitution du Parlement et de son arrestation. Ejecté du pouvoir après 17 mois à peine et une tentative de dissolution du Parlement, Pedro Castillo a cédé sa place à sa vice-présidente Dina Boluarte.


Le président russe, Vladimir Poutine, a relativisé hier le risque d'un recours à l'arme nucléaire. Ce risque a diminué car la communauté internationale "a tracé une ligne rouge" à la Russie, a estimé de son côté le chancelier allemand, Olaf Scholz. Suivez notre direct.

Les travailleurs éligibles à l'indemnité carburant de 100 euros pourront effectuer les démarches pour l'obtenir "à partir du 16 janvier" sur le site impots.gouv.fr, a précisé ce matin le ministère de l'Economie sur RMC. "Vous recevrez le chèque sous huit jours une fois que vous êtes déclarés", a ajouté Bruno Le Maire.


Le parquet n'a demandé aucune condamnation contre Airbus et Air France au procès du crash du Rio-Paris, dans lequel 228 personnes ont trouvé la mort le 1er juin 2009. La culpabilité des entreprises lui "paraît impossible à démontrer". Une position qui a suscité la colère de parties civiles.

08h16 : Dans une prise de parole diffusée par Politico (lien en anglais), Volodymyr Zelensky déclare espérer et attendre "la paix" en Ukraine l'année prochaine. Le dirigeant salue l'armée ukrainienne, "qui nous protège sur tous les champs de bataille", ainsi que "nos amis en Europe qui nous aident à maintenir une stabilité" et "aident des millions de personnes à vivre cette terrible période".

13h54 : Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a été nommé cette année personne la plus puissante d'Europe par Politico (lien en anglais). Le média salue "une figure à laquelle l'Europe a non seulement appris à faire confiance, mais à admirer et à suivre".

13h22 : 6 heures passées de quelques minutes, faisons un premier point sur l'actualité :

Le président péruvien se trouve en détention dans une base de la police à Lima, au lendemain d'une troisième procédure de destitution du Parlement et de son arrestation. Ejecté du pouvoir après 17 mois à peine et une tentative de dissolution du Parlement, Pedro Castillo a cédé sa place à sa vice-présidente Dina Boluarte.

Le parquet n'a demandé aucune condamnation contre Airbus et Air France au procès du crash du Rio-Paris, dans lequel 228 personnes ont trouvé la mort le 1er juin 2009. La culpabilité des entreprises lui "paraît impossible à démontrer". Une position qui a suscité la colère de parties civiles.

Le président russe, Vladimir Poutine, a reconnu hier que le conflit en Ukraine était "long" et a relativisé le risque d'un recours à l'arme nucléaire. Ce risque a diminué car la communauté internationale "a tracé une ligne rouge" à la Russie, a estimé de son côté le chancelier allemand, Olaf Scholz.

• Le sommet de l'ONU sur la biodiversité s'est ouvert à Montréal avec un défi colossal : tenter en moins de deux semaines de sceller un accord historique, "dernière chance" de sauver les espèces et les milieux naturels d'une destruction irréversible.