Guerre en Ukraine : Kiev souhaite une visite d'Emmanuel Macron avant la fin de la présidence française de l'UE, le 30 juin

Le président français ne s'est pas rendu en Ukraine depuis le début de l'invasion russe.

Le président de la République, Emmanuel Macron, lors d\'une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Kiev (Ukraine), le 8 février 2022.
Le président de la République, Emmanuel Macron, lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue ukrainien, Volodymyr Zelensky, à Kiev (Ukraine), le 8 février 2022. (SERGEI SUPINSKY / AFP)
Ce qu'il faut savoir

"Il est le bienvenu, peu importe quand." Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a souhaité, mardi 31 mai, que le président français Emmanuel Macron, qui ne s'est pas rendu depuis le début de la guerre en Ukraine, visite Kiev avant la fin de la présidence française de l'UE le 30 juin. "Le meilleur serait qu'il vienne avec d'autres livraisons d'armes pour l'Ukraine, voici l'aide la plus précieuse que nous pouvons recevoir de la France", a déclaré Dmytro Kouleba dans une interview à la chaîne française LCI. Emmanuel Macron s'était toutefois rendu à Moscou puis à Kiev, les 7 et 8 février, avant l'invasion russe le 24 février. Ce direct est désormais terminé.

 "La majeure partie" de Severodonetsk sous contrôle russe. C'est une ville-clé de la bataille pour le Donbass. "La majeure partie" de Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine, est désormais sous contrôle de l'armée russe, a annoncé mardi le gouverneur de la région de Louhansk, Serguiï Gaïdaï. "Malheureusement, aujourd'hui, les soldats russes contrôlent la majeure partie de la ville", a-t-il indiqué à la télévision ukrainienne, estimant Severodonetsk "détruite à 90%". Le gouverneur a également annoncé qu'un "réservoir d'acide nitrique" d'une usine chimique de Severodonetsk avait été "touché" par une frappe russe. Il a appelé les habitants à ne pas sortir des abris anti-aériens en raison des risques d'émanations toxiques.

 "Quelques milliers" de crimes de guerre présumés. La justice ukrainienne a identifié "quelques milliers" d'affaires de crimes de guerre présumés dans le Donbass, a déclaré mardi 31 mai la procureure générale ukrainienne, Iryna Venediktova, lors d'une conférence de presse dans la ville de La Haye, aux Pays-Bas. Elle a précisé qu'il s'agissait notamment de soupçons de transferts de personnes, des adultes mais aussi possiblement des enfants, dans différentes parties de la Fédération de Russie. Ces affaires peuvent aussi concerner des tortures, des meurtres de civils et des destructions d'infrastructures civiles, a-t-elle ajouté. 

 "Investir davantage" dans la défense européenne. Lors d'un court échange avec les journalistes, Emmanuel Macron a résumé mardi 31 mai après-midi les sujets traités lors du sommet européen à Bruxelles qui s'achève, dédié aux sanctions contre la Russie. Après avoir rappelé le sixième paquet de sanctions adopté lundi, le président a notamment annoncé que les 27 ont "acté le besoin d'investir davantage" dans la défense, "au-delà des 500 millions d’euros", sans donner de chiffre précis. 

Gazprom suspend les livraisons de gaz aux Pays-Bas. L'arrêt des livraisons de gaz russe au néerlandais GasTerra a débuté mardi 31 mai. "Gazprom a cessé totalement ses livraisons de gaz à la société GasTerra B.V. (Pays-Bas) du fait du non-paiement en roubles", a annoncé le géant russe. En réplique aux sanctions imposées par l'Union européenne, Vladimir Poutine a réclamé que les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" payent en roubles sous peine d'être privés d'approvisionnements, en dépit de contrats prévoyant des paiements en euros ou en dollars. Le groupe GasTerra avait refusé. Les Néerlandais dépendent de la Russie pour environ 15% de leurs approvisionnements en gaz, selon le gouvernement.

Le journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff tué. Le journaliste reporter d'images Frédéric Leclerc-Imhoff est mort, lundi en Ukraine. Travaillant pour BFMTV et âgé de 32 ans, il se trouvait "à bord d’un bus humanitaire, aux côtés de civils contraints de fuir pour échapper aux bombes russes", a annoncé Emmanuel Macron sur Twitter.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h38 : Les combats se poursuivent dans l'est de l'Ukraine. "La majeure partie" de la ville de Severodonetsk, située dans le Donbass, est désormais contrôlée par les soldats russes, affirme le gouverneur de la région de Louhansk. A Bruxelles, les Vingt-Sept se sont notamment mis d'accord sur une réduction de leurs importations de gaz russe. Voici ce qu'il faut retenir de la journée.

Un tank ukrainien dans une rue de Severodonetsk, dans l'est du pays, le 18 mai 2022. (YASUYOSHI CHIBA / AFP)(YASUYOSHI CHIBA / AFP)

22h45 : Les Etats-Unis ont "salué" l'embargo sur les importations de pétrole russe décidé par les 27 pays de l'Union européenne pour "entraver" ce "point fort de la machine de guerre de la Russie". "Nous sommes unis dans notre détermination à maintenir la pression sur le président Poutine et tous ceux qui sont responsables de cette guerre", a assuré le porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price devant la presse.

21h11 : Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a souhaité qu'Emmanuel Macron, qui ne s'est pas rendu en Ukraine depuis le début de l'invasion russe, visite Kiev avant la fin de la présidence française de l'UE le 30 juin, dans une interview à LCI.

20h15 : Il est 20 heures passées, faisons un point sur l'actualité :

"La majeure partie" de Severodonetsk, ville-clé de l'est de l'Ukraine en proie à de violents combats entre Russes et Ukrainiens, est désormais sous contrôle de l'armée russe, a annoncé le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï. "Nos soldats sont sur la défensive mais tiennent leurs positions", a-t-il fait valoir. Suivez notre direct.

• Dix accusés du procès des attentats du 13-Novembre, dont Salah Abdeslam, ont refusé de comparaître devant la cour d'assises spéciale de Paris, obligeant le président Jean-Louis Périès à suspendre l'audience à peine ouverte. Selon des avocats interrogés par l'AFP, les dix accusés absents seraient solidaires de l'un des leurs, Muhammad Usman, qui souffre d'un problème à l'œil et qui était déjà absent de l'audience lundi pour cette raison.

Une finale chaotique qui tourne à la foire d'empoigne : trois jours après les ratés organisationnels et les violents incidents autour du Stade de France, la colère persiste à Liverpool, dont le président réclame des excuses aux autorités françaises pour avoir pointé du doigt les supporters des Reds. Il s'insurge contre les propos dans un point-presse de Gérald Darmanin, qui a répété que les supporters britanniques seraient en grande partie responsables des incidents, avec une "fraude massive, industrielle et organisée de faux billets".

Après le quart de finale entre Alexander Sverev et Carlos Alcaraz, place au choc très attendu entre Novak Djokovic et Rafael Nadal à Roland-Garros. Un événement à suivre dès 20h45 dans ce direct, avec notre journaliste Pierre Godon.

19h20 : Un "réservoir d'acide nitrique" d'une usine chimique de Severodonetsk, dans l'est de l'Ukraine, a été "touché" par une frappe russe, a annoncé le gouverneur de la région, Serguiï Gaïdaï. "Ne quittez pas les abris" et "préparez des masques pour le visage trempés dans une solution de soude", a-t-il écrit sur Telegram, en rappelant que l'acide nitrique pouvait notamment provoquer des lésions aux poumons ou une perte de vision.

19h06 : Avec l'embargo sur le pétrole russe, "il y a un fort risque qu'il y ait une nouvelle augmentation" des prix, estime Olivier Gantois, le président de l’Union française des industries pétrolières (Ufip). Son interview est à retrouver ici.

18h03 : 18 heures, faisons un nouveau point sur l'actualité :

"Nous avons acté le besoin d'investir davantage" dans la défense européenne, a déclaré Emmanuel Macron à la sortie du sommet européen, à Bruxelles. Suivez notre direct.


Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff, qui travaillait pour BFMTV, a été tué par un éclat d'obus hier en Ukraine. Franceinfo revient sur les circonstances de ce drame.


Que s'est-il précisément passé autour du Stade de France samedi soir, lors de la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid ? Des milliers de supporters anglais étaient-ils munis de faux billets ? Franceinfo a tenté de démêler le vrai du faux.


Après le quart de finale entre Alexander Sverev et Carlos Alcaraz, place au choc très attendu entre Novak Djokovic et Rafael Nadal à Roland-Garros. Un événement à suivre dès 20h45.

17h41 : La livraison de gaz russe vers le Danemark va être suspendue à partir de demain matin 6 heures (heure locale), après qu'Ørsted, la société énergétique danoise, a refusé de régler le paiement en roubles. "Cela suppose que le gaz pour le Danemark doit être plus largement acheté sur les marché européens du gaz", a précisé Ørsted dans un communiqué.

17h21 : L'armée russe affirme avoir découvert les corps de 152 combattants ukrainiens dans l'aciérie d'Azovstal à Marioupol (Ukraine). La Russie "prévoit de rendre les corps découverts", a déclaré le ministère russe de la Défense aujourd'hui.

L'aciérie d'Azovstal dévastée à Marioupol (Ukraine), le 27 mai 2022. (LEON KLEIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

(LEON KLEIN / ANADOLU AGENCY / AFP)

16h51 : A Bruxelles, Emmanuel Macron a annoncé avoir proposé à Vladimir Poutine le vote d'une résolution à l'ONU, afin de lever le blocus russe du port d'Odessa et permettre l'exportation des céréales ukrainiennes qui y sont bloquées.

16h34 : Dans cette lettre, la mère de Frédéric Leclerc-Imhoff rend hommage à "son engagement professionnel et personnel pour la démocratie, le respect humain et surtout une information libre, impartiale et honnête". "Mes pensées vont à toutes les mères ukrainiennes qui pleurent leurs enfants, tous les enfants ukrainiens qui pleurent leurs parents et toutes les mères russes qui ont vu trop tôt leurs jeunes partir soldats", poursuit-elle.

16h32 : "Je suis la maman du jeune journaliste que vous avez tué hier." La mère de Frédéric Leclerc-Imhoff répond, dans un message publié sur BFMTV, à un leader séparatiste prorusse de la république autoproclamée de Louhansk. Ce dernier accusait faussement le reporter d'être un "mercenaire engagé dans la livraison d'armes aux forces armées". "Votre communiqué me donne la nausée. Bien sûr vous cherchez lâchement à vous dédouaner mais sachez que jamais vous ne réussirez à salir sa mémoire", réplique la mère du journaliste.

16h10 : La justice ukrainienne a identifié "quelques milliers" d'affaires de crimes de guerre dans le Donbass, dans l'est de l'Ukraine, a annoncé la procureure générale, Iryna Venediktova, lors d'une conférence de presse à La Haye (Pays-Bas).

16h06 : Sur la défense, les Vingt-Sept ont "acté le besoin d'investir davantage, au-delà des 500 millions d’euros", a ajouté Emmanuel Macron face à la presse. "Nous avons acté que notre Europe avait besoin de s’équiper davantage et de construire une base industrielle plus forte", a-t-il déclaré.

16h00 : "La France s'est toujours battue et continuera de se battre contre l'impunité", déclare Emmanuel Macron au sujet de la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff en Ukraine. Le journaliste français a été tué par un éclat d'obus dans le Donbass, alors qu'il était dans un convoi humanitaire. Le chef de l'Etat a tenu à "condamner avec la plus grande fermeté" les propos "inacceptables" d'officiels russes, remettant en cause la présence du reporter dans l'est de l'Ukraine.

15h54 : "Ce sixième paquet [de sanctions contre la Russie] est historique. Les mesures d'exemption ont été décidées pour les Etats très dépendants (...) et qui n'ont pas d'accès à la mer, dans un cadre très spécifique avec une limite de temps de 18 à 24 mois."

15h53 : "Nous sanctionnons la Russie et nous aidons l'Ukraine parce qu'il y a sur notre continent une guerre décidée par la Russie contre un peuple, contre la démocratie. Notre objectif est toujours le même : stopper la guerre sans participer."

15h49 : A la sortie du sommet européen à Bruxelles, Emmanuel Macron rappelle la décision des dirigeants européens d'octroyer 9 milliards d'euros au gouvernement ukrainien, afin de l'aider à couvrir ses besoins immédiats en liquidités pour faire fonctionner son économie.

15h47 : "Nous avons confirmé le mandat d'achat commun de gaz. Nous avons acté des financements communs pour permettre d'adapter nos structures à cette sortie progressive des énergies fossiles en particulier russes."

15h46 : "C'est une mesure très structurante qui (...) va très profondément changer la manière dont les Européens s'approvisionnent."

Le chef de l'Etat, Emmanuel Macron, s'exprime à la sortie du sommet européen à Bruxelles. Il rend hommage au journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff, et revient sur la décision des Vingt-Sept de réduire des deux tiers leurs importations de pétrole russe d'ici la fin de l'année.

15h04 : Bonjour, il n'y aura pas de conférence de presse mais Emmanuel Macron doit tout de même répondre à quelques questions des journalistes à la sortie du sommet européen, consacré au soutien à l'Ukraine et aux sanctions contre la Russie. Vous pourrez suivre sa prise de parole dans notre direct.

15h03 : Bonjour France info, petite question il ne devait pas y avoir un point presse de M. Macron à Bruxelles ?

14h11 : L'invasion russe de l'Ukraine n'a eu qu'un effet marginal sur les groupes spécialisés dans la criminalité informatique à travers le monde, selon Guillaume Poupard, directeur général de l'agence chargée de la cyberdéfense française (Anssi). "Le phénomène criminel est à mon avis impacté à la marge par le conflit" et "il ne faut pas se rassurer", a-t-il estimé lors d'un événement de Thales à Paris.

14h06 : 14 heures et quelques minutes, faisons un nouveau point sur l'actualité :

Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff, qui travaillait pour BFMTV, a été tué par un éclat d'obus hier en Ukraine. Franceinfo revient sur les circonstances de ce drame.

#INFLATION L'inflation a atteint 5,2% sur un an en mai, selon l'Insee. C'est la première fois que cette barre des 5% est dépassée depuis le mois de septembre 1985.


Trois prévenus ont été condamnés par le tribunal correctionnel d'Angers (Maine-et-Loire) à des peines de 18 mois à trois ans de prison avec sursis, pour l'effondrement d'un balcon qui avait fait quatre morts en 2016 dans cette ville.

Trois jours avant la finale de la Ligue des champions entre Liverpool et le Real Madrid, les services de renseignements ont alerté les autorités sur les risques liés à la rencontre.

13h53 : Un journaliste passionné qui était tellement fier et trouvait ça si important de raconter ce qui se passe ici. Je ne t’oublierai jamais Fred.

13h53 : Merci pour tous vos messages, qui nous réconfortent avec Oksana. Désolé de ne pas répondre, je n’ai pas la force de les lire en entier. Mes pensées vont vers Fred, sa famille, ses proches. C’était quelqu’un de tellement doux, attentionné.

14h16 : Il rend hommage à un journaliste "passionné", "doux" et "attentionné". Le journaliste de BFMTV Maxime Brandstaetter, en reportage en Ukraine avec Frédéric Leclerc-Imhoff quand celui-ci a été tué par un éclat d'obus hier, s'exprime sur Twitter après la mort de son collègue.

13h25 : Le journaliste Frédéric Leclerc-Imhoff, qui travaillait pour BFMTV, a été tué par un éclat d'obus hier en Ukraine, alors qu'il réalisait un reportage sur les évacuations de civils de Lyssytchansk et Sievierodonetsk, dans le Donbass. Franceinfo revient sur les circonstances de ce drame.

Le journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff, photographié lors d'un de ses reportages, a été tué près de Severodonetsk (Urkaine), le 30 mai 2022. (HANDOUT / BFM TV)


(HANDOUT / BFMTV)

13h14 : 13 heures, voici un "best-of" de nos contenus du jour sur franceinfo :

• Nos infographies vous décryptant l'explosion des prix à la consommation en France.


• Notre article vous expliquant comment la France peut s'inspirer de la Lituanie, l'Etat balte qui réussit à se passer totalement de l'énergie russe.


• Le témoignage de Serhiy Gaidai, le gouverneur de la région de Louhansk, sur la mort du journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff, tué par un éclat d'obus.

12h57 : La police nationale ukrainienne (lien en ukrainien) annonce l'ouverture d'une procédure pénale pour "violation des lois et coutumes de la guerre", après la mort du journaliste français Frédéric Leclerc-Imhoff. Le Français, journaliste reporter d'images pour BFMTV, a été tué par un éclat d'obus dans le Donbass alors qu'il couvrait une évacuation humanitaire.

12h27 : Il s'agissait du deuxième procès pour crimes de guerre impliquant des soldats russes en Ukraine. Deux militaires russes, Alexandre Bobykine et et Alexandre Ivanov, ont été condamnés à 11 ans et demi de prison pour avoir bombardé au lance-missile multiple deux villages dans la région de Kharkiv, dans l'est de l'Ukraine. Ils ont été reconnus coupables de "violation des lois et coutumes de la guerre".

12h21 : D'après le gouvernement néerlandais, les Pays-Bas dépendent de la Russie pour environ 15% de leurs approvisionnements en gaz.

12h20 : Le gazier russe Gazprom suspend les livraisons de gaz au fournisseur néerlandais GasTerra, "du fait du non-paiement en roubles", a annoncé le géant russe. En réplique aux sanctions européennes contre Moscou, Vladimir Poutine a réclamé que les acheteurs de gaz russe de pays "inamicaux" payent en roubles, sous peine d'être privés d'approvisionnements. Le groupe GasTerra avait refusé.

12h01 : Il est l'heure de faire le point sur l'actualité.

• Le journaliste reporter d'images de BFMTV Frédéric Leclerc-Imhoff, âgé de 32 ans, est mort hier en Ukraine. "Les éclats ont transpercé le pare-brise blindé", affirme le gouverneur de la région de Louhansk.

Trois prévenus ont été condamnés par le tribunal correctionnel d'Angers (Maine-et-Loire) à des peines allant de 18 mois à trois ans de prison avec sursis pour l'effondrement d'un balcon qui avait fait quatre morts en 2016 dans cette ville.

L'inflation accélère en mai et atteint 5,2% sur un an, selon l'Insee. C'est la première fois que cette barre des 5% est dépassée depuis le mois de septembre 1985.


Six hommes seront jugés à Bobigny (Seine-Saint-Denis) pour des vols dont ont été victimes des supporters dans le chaos des abords du Stade de France, lors de la finale de la Ligue des champions, a annoncé le parquet.

• Emmanuel Macron fait sa rentrée à Cherbourg (Manche) où il visitera l'hôpital de la ville, alors que les professionnels de santé redoutent un été noir dans les services d'urgence, faute de personnel.

11h27 : Si vous l'avez manquée, revivez l'interview en intégralité du grand reporter Christophe Kenck sur franceinfo.




11h17 : Marioupol, ville du sud de l'Ukraine, a été prise par les Russes le 20 mai. Les derniers combattants ukrainiens qui défendaient la ville ont dû se rendre à l'ennemi. Depuis, leurs proches sont sans nouvelles. "Ne les oubliez pas. Je vous supplie de parler d'eux", exhorte une habitante. "Ils sont nos héros. Ils n'ont rendu les armes que lorsque le gouvernement le leur a ordonné."

11h13 : "Quand il y en a un qui dit 'je ne le sens pas', il ne faut surtout pas y aller, déclare Christophe Kenck, c'est la règle, il faut écouter la personne en face de vous, si elle a des doutes, le moindre doute, il faut l'intégrer et l'analyser et se dire 'si tu ne le sens pas, on n'y va pas'. Ce n'est pas la peine d'aller risquer sa vie sur un endroit où il y a une personne qui vous accompagne qui ne le sent pas."

11h13 : "Quand on va sur ce genre de terrain, on ne pense pas à la mort", assure sur franceinfo le grand reporter Christophe Kenck, qui a couvert des conflits en Syrie, en Tchétchénie ou récemment en Ukraine. "Sinon, il ne faut pas y aller, ajoute-t-il, une fois qu'on est sur place, on est focus sur sa mission et sur ce qu'on veut essayer de raconter comme histoire à travers nos reportages."

11h02 : Le grand reporter Christophe Kenck est l'invité de franceinfo sur le canal 27. "L'armée de Poutine est une armée qui bombarde massivement", ce qui entrave l'évacuation des civils. "S'il n'y a pas un corridor, c'est très compliqué", assure-t-il.

10h18 : "Beaucoup de Français, de familles et d'entreprises vont être pénalisés par ces sanctions énergétiques qui pour l'instant ne fonctionnent pas sur la Russie", estime @J_Bardella sur l'accord européen d'embargo sur le pétrole russe #le79Inter https://t.co/0QpMr24Wnt

10h18 : Sur France Inter, Jordan Bardella, le président du Rassemblement national, estime que les sanctions énergétiques de l'UE visant la Russie vont pénaliser "beaucoup de Français, beaucoup de familles, probablement beaucoup d'entreprises".

09h53 : Les forces russes contrôlent désormais "une partie" de Sievierodonetsk, ville de l'est de l'Ukraine qu'elles pilonnent et essaient de prendre depuis des semaines, a annoncé Serguiï Gaïdaï, le gouverneur de la région. Il a toutefois assuré que les Russes "ne peuvent pas avancer librement", des combattants ukrainiens "restant toujours" dans la ville. "L'ennemi planifie une opération pour nettoyer le territoire des villages avoisinants", a-t-il ajouté.

09h35 : Il est plus que temps de faire le point sur l'actualité.

• Le journaliste reporter d'images de BFMTV Frédéric Leclerc-Imhoff, âgé de 32 ans, est mort hier en Ukraine. Le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, dénonce la "désinformation russe" et assure que les journalistes "sont visés".

• Les 27 pays membres de l'Union européenne ont approuvé ce soir un embargo sur le pétrole russe couvrant plus des "deux tiers" de leurs importations depuis ce pays, a annoncé le président du Conseil européen, Charles Michel.

L'inflation accélère en mai et atteint 5,2% sur un an, selon l'Insee. C'est la première fois que cette barre des 5% est dépassée depuis le mois de septembre 1985.


• Le choc des titans entre Rafael Nadal et Novak Djokovic a lieu ce soir à partir de 20h45. Franceinfo sport vous résume ce qu'il faut savoir sur ce 59e duel entre les deux joueurs.

• Emmanuel Macron fait sa rentrée à Cherbourg (Manche) où il visitera l'hôpital de la ville, alors que les professionnels de santé redoutent un été noir dans les services d'urgence, faute de personnel.

09h25 : "Les journalistes portaient des casques et des gilets pare-balles mais l’éclat lui a touché le cou. Il ne pouvait pas s’en sortir. C’est la première fois que ça se produit. Des journalistes ont déjà accompagné nos patrouilles de police."


Frédéric Leclerc-Imhoff, 32 ans, est mort alors qu'il accompagnait des civils à bord d'un bus humanitaire près de Sievierodonetsk, dans l'est du pays. Serhiy Gaidai, le gouverneur de Louhansk, a précisé les circonstances du drame pour franceinfo. "C’était un obus de gros calibre, de 152 mm, dont les éclats ont transpercé le pare-brise blindé", a-t-il décrit.

09h11 : Selon l'ambassadeur de France à Kiev, Etienne de Poncins, il est "difficile de savoir si ceux qui ont tiré savaient qu'un journaliste se trouvait dans le bus", après la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff. Il a déploré "les incidents systématiques" qui surviennent lors des convois d'évacuation, comme ce fut déjà le cas à Marioupol où "un convoi sur deux avait été victime de tirs".

09h12 : Frédéric Leclerc-Imhoff est le 8e journaliste à avoir été tué sur le terrain ukrainien. D'après Christophe Deloire, "depuis le début du conflit, des journalistes se sont fait tirer comme des lapins". Au total, RSF a établi au moins 50 événements contre les journalistes qui sont "qualifiables de crimes de guerre". Selon lui, les journalistes "sont visés et manifestement le Kremlin assume cela (...) il y a une responsabilité du Kremlin, de Vladimir Poutine sur ces crimes de guerre".

08h31 : Frédéric Leclerc-Imhoff "était équipé en matériel de protection puisqu'il avait un casque et un gilet pare-balles, ça n'aura pas suffi", raconte @cdeloire #le79inter https://t.co/0T7fuWKZE3

08h31 : Sur France Inter, le secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF) a précisé les circonstances de la mort de Frédéric Leclerc-Imhoff. Il a été tué "d'un éclat d'obus, obus qui a explosé juste devant ce convoi humanitaire, juste devant le camion blindé dans lequel il se trouvait qui allait chercher des civils ukrainiens dans le Donbass pour les évacuer". Selon le secrétaire, cet "obus visait ce convoi".

08h24 : Depuis 30 ans, la Lituanie se passe complètement de l'énergie russe. L'Etat balte s'est donné les moyens de s'affranchir de son principal fournisseur en construisant de nouvelles infrastructures, en remplaçant le gaz par la biomasse et en réalisant des économies d'énergie. Franceinfo s'interroge sur les moyens dont dispose la France pour imiter la Lituanie.

07h27 : Vous êtes plusieurs à vous indigner de l'absence de traitement en une des quotidiens nationaux et régionaux de la mort du journaliste reporter d'images de BFMTV Frédéric Leclerc-Imhoff. En réalité, deux journaux consacrent leur première page ou une partie à ce drame : Sud Ouest et Le Parisien.