Guerre en Ukraine : Moscou affirme que des unités ukrainiennes se retirent de Sievierodonetsk

L'armée russe a affirmé samedi que des unités militaires ukrainiennes se retiraient de cette ville clef de l'est de l'Ukraine, en proie à de furieux combats entre Kiev et les troupes du Kremlin.

La ville de Sievierodonetsk (Ukraine), le 2 juin 2022.
La ville de Sievierodonetsk (Ukraine), le 2 juin 2022. (ARIS MESSINIS / AFP)
Ce qu'il faut savoir

Le début de la fin pour Sievierodonetsk ? L'armée russe a affirmé, samedi 4 juin, que des unités militaires ukrainiennes se retiraient de cette ville clef de l'est de l'Ukraine, en proie à de furieux combats entre Kiev et les troupes du Kremlin. Elle n'a pas donné d'indication sur le nombre de militaires ukrainiens qui battraient en retraite vers la ville voisine de Lyssytchansk. L'AFP n'a pas été en mesure de vérifier ces déclarations de source indépendante.

Le ton monte entre Kiev et Paris. Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a fustigé, samedi 4 juin, les appels du président français Emmanuel Macron à ne pas "humilier" la Russie, jugeant que cette position ne pouvait "qu'humilier la France".

Des volontaires étrangers, dont un Français, tués au combat. Quatre militaires volontaires étrangers, dont un Français, ont été tués en combattant l'invasion russe en Ukraine, a annoncé samedi 4 juin la Légion internationale de défense de l'Ukraine, organisme officiel des combattants volontaires étrangers. La Légion a cité les noms d'un Néerlandais, d'un Australien, d'un Allemand et d'un Français sans préciser la date ni les circonstance de leur mort.

La bataille fait rage dans le Donbass. L'Ukraine a affirmé vendredi avoir fait reculer les forces russes dans Sievierodonetsk, ville clé de la région, où Moscou concentre son offensive dans l'espoir d'en prendre totalement le contrôle. Les soldats russes ont même été contraints de reculer, selon le gouverneur de la région de Lougansk, Serguiï Gaïdaï. "Si auparavant, on avait une situation difficile avec environ 70% (de la ville) capturée, actuellement ils ont été repoussés de 20%", a-t-il décrit, en dépit d'un déluge de feu. Suivez notre direct.

Poutine minimise la crise des céréales. L'ONU est inquiète des risques de crise, particulièrement en Afrique qui importe plus de la moitié de ses céréales d'Ukraine et de Russie. Des inquiétudes balayées d'un revers de la main par Vladimir Poutine. "Il n'y a pas de problème pour exporter les céréales d'Ukraine", a-t-il déclaré dans une interview télévisée, évoquant plusieurs moyens de les exporter via des ports ukrainiens, d'autres sous contrôle russe, ou via l'Europe centrale et orientale.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

23h00 : On ferme ! Non sans avoir jeté un dernier coup d'œil aux principaux titres de l'actualité.

50 départements sont toujours placés en vigilance orange aux orages par Météo France. Une personne a perdu la vie à cause des intempéries à Rouen, alors que le réseau SNCF connaît d'importantes perturbations en Picardie et en banlieue parisienne.

La Polonaise Iga Swiatek n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Coco Gauff en finale de Roland-Garros. Victoire 6-1, 6-3 en 1h08 de jeu.

• La phrase d'Emmanuel Macron appelant à ne pas "humilier la Russie" suscite la fureur des autorités ukrainiennes. Et ce alors que, sur le terrain, Moscou affirme accroître son emprise sur la ville de Sievierodonetsk.

• Candidat aux législatives à Montargis, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de mousse blanche dans les rues de la ville du Loiret cet après-midi. Les deux auteurs de cette agression à la crème Chantilly ont reconnu les faits dans la soirée et leur garde à vue a été levée.

Rendez-vous demain, neuf heures, pour la suite de ce live.

20h48 : Que retenir de l'actualité sur le front ukrainien pour cette journée ? Réponse dans notre résumé quotidien.



(ARIS MESSINIS / AFP)

20h26 : Avec Oksana, on leur a fait le récit précis de ce jour terrible. C'était important pour eux et pour nous. Je les soutiens de tout mon cœur. À tous ceux qui organisent des hommages à Frédéric, Merci pour lui, merci pour ses parents.
Si je peux aider n'hésitez pas.

20h26 : Je suis bien rentré en France, hier. Sans Fred. Le voyage a été très dur émotionnellement mais important. Il a fallu faire le chemin inverse sans lui.
Hier j'ai rencontré ses parents, ils sont doux, attentionnés et incroyablement sages ... Comme lui. Logique.

20h25 : Le journaliste de BFM qui se trouvait en Ukraine avec Frédéric Leclerc-Imhoff annonce dans un tweet qu'il est bien rentré en France.

20h01 : 20 heures ! Faisons le point sur les informations de la soirée.

• 65 départements sont toujours placés en vigilance orange par Météo France pour de violents orages. Lesquels s'abattent en ce moment dans le centre du pays et en région parisienne. Les dernières infos et les photos impressionnantes dans notre direct.


La Polonaise Iga Swiatek n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Coco Gauff en finale de Roland-Garros. Victoire 6-1, 6-3 en 1h08 de jeu.

• La phrase d'Emmanuel Macron appelant à ne pas "humilier la Russie" suscite la fureur des autorités ukrainiennes. Et ce alors que, sur le terrain, Moscou affirme accroître son emprise sur la ville de Sievierodonetsk.

• Candidat aux législatives à Montargis, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de mousse à raser dans les rues de la ville du Loiret cet après-midi. "La violence n'a pas sa place dans notre démocratie", l'a défendu Elisabeth Borne.

18h12 : 18 heures passées de quelques minutes, on fait le point sur l'actualité de ce samedi soir.

La Polonaise Iga Swiatek n'a fait qu'une bouchée de l'Américaine Coco Gauff en finale de Roland-Garros. Victoire 6-1, 6-3 en 1h08 de jeu.

• 65 départements sont toujours placés en vigilance orange par Météo France pour de violents orages. Lesquels s'abattent en ce moment dans le centre du pays et en région parisienne. Les dernières infos et les photos impressionnantes dans notre direct.

• La phrase d'Emmanuel Macron appelant à ne pas "humilier la Russie" suscite la fureur des autorités ukrainiennes. Et ce alors que, sur le terrain, Moscou affirme accroître son emprise sur la ville de Sievierodonetsk.

• Candidat aux législatives à Montargis, Jean-Michel Blanquer a été aspergé de mousse à raser dans les rues de la ville du Loiret cet après-midi. "La violence n'a pas sa place dans notre démocratie", l'a défendu Elisabeth Borne.

17h21 : Une église en bois d'un célèbre monastère orthodoxe dans l'est de l'Ukraine, la laure de Sviatoguirsk, a été détruite dans un nouveau bombardement russe, annonce le président ukrainien Volodymyr Zelensky, avant de rappeler que le précédent y avait tué cette semaine quatre moines.

16h14 : Calls to avoid humiliation of Russia can only humiliate France and every other country that would call for it. Because it is Russia that humiliates itself. We all better focus on how to put Russia in its place. This will bring peace and save lives.

16h14 : "Les appels à éviter d'humilier la Russie ne peuvent qu'humilier la France ou tout autre pays. Car c'est la Russie qui s'humilie. Nous ferions tous mieux de nous concentrer sur la façon de remettre la Russie à sa place. Cela apportera la paix et sauvera des vies."

Le chef de la diplomatie ukrainienne Dmytro Kouleba a fustigé les appels du président français Emmanuel Macron à ne pas "humilier" la Russie.

11h53 : Pour Yörük Isik, analyste en géopolitique, les autorités russes entretiennent sciemment le risque d'une crise alimentaire mondiale sans précédent, en bloquant les exportations ukrainiennes et en faisant main basse sur les stocks des territoires occupés. "Dans quelques mois, si rien n'est fait, nous allons assister à une crise alimentaire mondiale vraiment massive", estime-t-il.

11h50 : Grenier de l'Europe et quatrième exportateur mondial de blé, l'Ukraine voit ses exportations de céréales paralysées, ses infrastructures bombardées et ses stocks récupérés par les forces russes. Les Révélateurs de France Télévisions ont suivi le trajet des cargaisons de céréales, du sud de l'Ukraine jusqu'à la Syrie, en passant par la Crimée.



(Telegram/RIA Melitopol et russ_orientalist)

10h45 : "Je suis passé dans un hôpital militaire pour voir un frère d'armes. Le nombre de gens qui sont amputés, qui ont les bras au moins, les jambes en moins... C'est terrible. L'artillerie déchiquette les corps."

Nicolas a rejoint les rangs des combattants ukrainiens dès le mois de mars. Le Franc-Comtois souhaite rester "jusqu'à la fin de la guerre".

10h29 : "Tant qu'il y a des gamins qui meurent pour rien, il faut rester là." Après trois de mois de guerre, la détermination de Nicolas, Français parti combattre en Ukraine, reste intacte malgré les morts et les blessés. "Il y a les morts tous les jours, il y a les blessés tous les jours, il y a la casse tous les jours", raconte-t-il à franceinfo. "C'est une sale guerre."