Guerre en Ukraine : l'Ukraine affirme qu'Irpin, dans la banlieue de Kiev, a été "libérée"

La ville était devenue le théâtre d'intenses combats opposant forces ukrainiennes et russes.

Des soldats ukrainiens à Irpin, ville de la banlieue de la capitale Kiev, le 13 mars 2022.
Des soldats ukrainiens à Irpin, ville de la banlieue de la capitale Kiev, le 13 mars 2022. (ANDREA FILIGHEDDU / NURPHOTO / AFP)
Ce qu'il faut savoir

La ville d'Irpin, dans la banlieue de Kiev, a été "libérée", a affirmé le gouvernement ukrainien lundi 28 mars. "La ville est maintenant libérée, mais il est toujours dangereux d'y être", a déclaré le ministre de l'Intérieur Denys Monastyrsky. Localité tranquille de la capitale ukrainienne, son emplacement stratégique dans la tentative d'encerclement de la capitale par les forces russes, l'a transformée en théâtre de combats acharnés. La vie y était devenue impossible. L'armée russe n'a pas encore livré d'informations sur la situation de ses troupes dans cette ville.

"Pas d'avancées significatives" dans les négociations. Les nouveaux pourparlers entre Kiev et Moscou, prévus en Turquie, à Istanbul, devraient commencer "demain", a déclaré le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. 

 Le Kremlin dénonce les commentaires de Biden sur Poutine. Moscou qualifie les commentaires du président américain, Joe Biden, d'"alarmants". Ce dernier a qualifié Vladimir Poutine de "boucher".

 Kiev renonce à tout couloir d'évacuation de civils. "Nos renseignements ont fait état de possibles provocations de la part des occupants [russes] sur les itinéraires des couloirs humanitaires. Par conséquent, pour des raisons de sécurité pour les civils, aucun couloir humanitaire ne sera ouvert aujourd'hui", a écrit la vice-Première ministre ukrainienne, Iryna Verechtchouk, sur Telegram.

 La situation humanitaire à Marioupol est "catastrophique". Dans la ville assiégée et bombardée depuis plusieurs semaines, "la population se bat pour survivre", a affirmé dans la nuit de dimanche à lundi le ministère des Affaires étrangères ukrainien sur son compte Twitter. Plus de 2 000 civils ont été tués à Marioupol, d'après un récent bilan communiqué par la mairie.

 Emmanuel Macron et Vladimir Poutine vont continuer de dialoguer. Le président français a annoncé qu'il parlerait à son homologue russe lundi ou mardi pour organiser une opération d'évacuation de la ville de Marioupol. Emmanuel Macron, qui s'est déjà entretenu à huit reprises avec Vladimir Poutine depuis le début de l'invasion russe il y a un peu plus d'un mois, reste convaincu que la voie du dialogue avec Moscou est encore possible.

Retrouvez ici l'intégralité de notre live #UKRAINE

21h49 : "La ville (d'Irpin, en banlieue de Kiev) est maintenant libérée, mais il est toujours dangereux d'y être", a déclaré le ministre de l'Intérieur ukrainien, Denys Monastyrsky. Pour l'instant, l'armée russe n'a pas livré d'informations sur ses troupes dans cette ville.

21h46 : Les autorités ukrainiennes affirment que la ville d'Irpin, située dans la banlieue de Kiev, a été "libérée" des forces russes.

21h43 : Ça n'est pas la première fois que l'on appelle les Français à faire des économies d'énergie. Déjà, lors du premier choc pétrolier de 1973, des efforts leur étaient demandés. Retour à cette époque, où la France vivait au rythme des mesures et des slogans destinés à maîtriser la consommation d'énergie. Pylone électrique et sa ligne de haute tension, le 11 février 2022. Photo d'illustration. (VINCENT VOEGTLIN / MAXPPP) (MAXPPP)

21h29 : Cela représente le plus important investissement pour l'aviation canadienne depuis plus de 30 ans, a précisé le gouvernement.

21h28 : L'armée canadienne va se fournir auprès du constructeur américain Lockheed Martin, qui produit des avions de combat F-35. "Le F-35 est utilisé par nos partenaires de l'Otan dans le monde entier. Il s'est avéré être un avion mature, adapté et interopérable, c'est pourquoi nous passons à la phase de finalisation", a justifié la ministre des Armées lors d'une conférence de presse

21h26 : L'armée canadienne compte acheter 88 avions de combat pour remplacer sa flotte vieillissante, a annoncé la ministre des Armées, Anita Anand. "Nous devons nous assurer que les forces armées canadiennes disposent de l'équipement nécessaire pour assurer la sécurité des Canadiens", a poursuivi la ministre, en évoquant une "nouvelle réalité mondiale" et la guerre en Ukraine. "Le Canada possède l'un des plus grands espaces aériens au monde" et doit donc "pouvoir répondre à un large éventail de menaces", a-t-elle encore ajouté.

21h21 : Les autorités ukrainiennes s'inquiètent d'une aggravation de la situation dans le port assiégé de Marioupol, où au moins 5 000 personnes auraient déjà péri, un flot incessant d'habitants prennent la fuite. On les voit marcher, en ligne, balluchon en main, avec pour seule protection dérisoire, un drapeau blanc. Retrouvez le reportage de l'équipe de France 2 sur place.

21h14 : Cette image a fait le tour des médias et des réseaux sociaux. On voit une petite fille sur un lit de l'hôpital pédiatrique de Zaporijia, dans le sud-est de l'Ukraine, barricadé derrière une montagne de sacs de sable. La scène a été capturée par William Keo, photographe de l'agence Magnum, pour Libération (édition abonnés), qui nous raconte les coulisses de cette photographie.

Milena, 13 ans, est plongée dans un coma artificiel à l'hôpital pédiatrique de Zaporijia (Ukraine), le 19 mars 2022, après avoir reçu une balle en pleine mâchoire en quittant Marioupol.  (WILLIAM KEO / MAGNUM PHOTOS) (WILLIAM KEO / MAGNUM PHOTOS)

20h41 : "Il faut qu'on se débarrasse du gaz russe", assène Yannick Jadot. "Il faut profiter de la guerre en Ukraine pour continuer à organiser notre indépendance aux énergies fossiles."

20h36 : Et l'écologiste de conclure : "Donc un grand groupe ne peut pas participer à de telles atrocités. Un grand groupe français doit faire comme les autres grands groupes internationaux et se retirer de Russie."

20h37 : "Total est un groupe qui continue à chercher du pétrole, du gaz, en Afrique, qui l'a fait en Birmanie et qui le fait aujourd'hui en Russie", poursuit le candidat Europe Ecologie-Les Verts (EELV), qui ajoute que la multinationale fait tout cela "au détriment des automobilistes, du climat et qui le fait malheureusement en contribuant au financement de la guerre en Ukraine".

20h01 : Il est 20 heures, c'est l'heure de faire le point sur l'actualité :

En déplacement à Dijon (Côte-d'Or), Emmanuel Macron a réagi aux "Macron assassin" scandés par une partie de la foule, durant quelques secondes, lors du meeting d'Eric Zemmour (Reconquête !) qui s'est tenu hier à Paris. On vous résume la passe d'armes entre les deux candidats en cinq actes.

• Jean-Vincent Placé, ancien secrétaire d'Etat lors de la présidence de François Hollande, est en garde à vue à la brigade de répression de la délinquance contre la personne à Paris pour "agressions sexuelles" et "harcèlement sexuel", a appris franceinfo auprès du parquet de Paris.


Moscou envisage de restreindre l'accès à la Russie aux ressortissants des pays "inamicaux", dont la France fait partie. Suivez notre direct.

La cérémonie des Oscars, qui a notamment récompensé le film Coda, a été marquée par un accès de violence. L'acteur américain Will Smith a asséné une gifle sur scène à l'humoriste Chris Rock.

18h45 : Mais les vies de ces trois personnes ne sont pas en danger, relève le quotidien anglais. Leurs yeux étaient rougis et larmoyants, leur visage et leurs mains ont pelé, mais ces symptômes ont ensuite disparu et leur état s'est amélioré.

19h57 : Le quotidien américain le Wall Street Journal (lien en anglais) rapporte que l'oligarque russe Roman Abramovitch, propriétaire du club anglais de Chelsea et qui tente de jouer les médiateurs entre Moscou et Kiev, ainsi que deux négociateurs ukrainiens, ont souffert de symptômes qui font penser à un "possible empoisonnement". Le milliardaire russe Roman Abramovitch assiste à une rencontre de Premier League entre Chelsea et Wigan, le 28 février 2009 à Londres (Royaume-Uni). (GLYN KIRK / AFP) (GLYN KIRK / AFP)

18h26 : L'ONU veut mettre en place un "cessez-le-feu humanitaire" entre Kiev et Moscou. Lors d'un point presse donné à New-York (Etats-Unis), le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a dénoncé le fait que "depuis le début de l'invasion russe il y a un mois, la guerre a conduit à la perte insensée de milliers de vies, au déplacement de dix millions de personnes, des femmes et des enfants pour l'essentiel, et la destruction systématique d'infrastructures essentielles" en Ukraine.

18h12 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité en cette fin d'après-midi :

En déplacement à Dijon (Côte-d'Or), Emmanuel Macron a réagi aux "Macron assassin" scandés par une partie de la foule, durant quelques secondes, lors du meeting d'Eric Zemmour (Reconquête !) qui s'est tenu hier à Paris. On vous résume la passe d'armes entre les deux candidats en cinq actes.

• Jean-Vincent Placé, ancien secrétaire d'Etat lors de la présidence de François Hollande, est en garde à vue à la brigade de répression de la délinquance contre la personne à Paris pour "agressions sexuelles" et "harcèlement sexuel", a appris franceinfo auprès du parquet de Paris.


Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta suspend ses publications en ligne et au format papier jusqu'à la fin de l'opération militaire en Ukraine, au moment où le pouvoir russe accentue ses pressions contre les voix critiques.

La cérémonie des Oscars, qui a notamment récompensé le film Coda, a été marquée par un accès de violence. L'acteur américain Will Smith a asséné une gifle sur scène à l'humoriste Chris Rock.

17h26 : L'avion de la délégation russe vient d'atterrir à Istanbul, rapporte le média turc DHA, qui diffuse une photographie de l'appareil sur le tarmac de l'aéroport Atatürk. Les négociateurs de Moscou ont été accueillis par des fonctionnaires du consulat général de Russie, précise la même source. Les discussions avec la partie ukrainienne doivent débuter demain à 10 heures (9 heures en France).

17h28 : Le projet de budget des États-Unis proposé par Joe Biden comprend 6,9 milliards de dollars (6,2 milliards d'euros) pour l'Initiative européenne de dissuasion, l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (Otan) et "la lutte contre l'agression russe" ainsi qu'un milliard supplémentaire en faveur de l'Ukraine.

17h12 : Bonjour @Kat @Lake. Et bien si, la France se trouve parmi les pays considérés comme "inamicaux" par Moscou, puisque dans cette liste publiée début mars figurent tous les membres de l'Union européenne. Mais on ne sait pas encore si tous ces pays en particulier seront concernés par des restrictions.

17h18 : Bonjour franceinfo, la France n’est pas un pays inamical pour le Kremlin ?

17h18 : Bonjour. La France fait-elle partie des pays dits "hostiles" et dont les citoyens pourraient se voir restreindre leur entrée en Russie ? Merci pour votre super travail d'info.

17h06 : Le maire de Marioupol, Vadim Boychenko, dresse un tableau apocalyptique de sa ville, où 160 000 personnes vivent toujours sous les bombardements. Selon lui, 5 000 habitants sont morts, dont 210 enfants. Quelque 140 000 personnes avaient quitté la ville avant le début du siège, il y a 27 jours, et 150 000 ont été évacuées par la suite. Par ailleurs, 90% des bâtiments de la ville ont été endommagés. Il est impossible à ce stade de vérifier ces informations.



(AGENCE ANADOLU VIA AFP)

16h52 : Lioudmila Denisova, commissaire aux droits humains du Parlement ukrainien, accuse l'armée russe de stocker une quantité importante de munitions à proximité du site nucléaire de Tchernobyl. Par ailleurs, écrit-elle sur Telegram, "des tonnes de roquettes, d'obus d'artillerie, de munitions de mortier sont transportées quotidiennement" à travers la ville de Pripiat, à quelques centaines de mètres du site nucléaire. Elle évoque "un risque important d'explosion" lors du transit et du stockage.



EYEPRESS NEWS VIA AFP

16h47 : Face aux sanctions économiques occidentales, Moscou a publié début mars une liste de pays "inamicaux" qui comprend notamment les Etats-Unis, les membres de l'Union européenne, le Royaume-Uni, le Canada, le Japon, la Suisse, Taïwan, la Corée du Sud, la Norvège et l'Australie.

16h43 : Un décret est en préparation pour limiter l'accès au territoire russe aux ressortissants de pays auteurs d'actes "inamicaux", en pleine vague de sanctions contre Moscou depuis son offensive en Ukraine. Le chef de la diplomatie russe a ajouté que ce projet prévoyait "toute une série de restrictions" pour entrer en Russie, mais sans préciser quels pays et quels types de personnes seraient sanctionnés en particulier.

16h39 : Des communes françaises rompent leur jumelage avec la Russie. Exemple avec la ville d'Agen, en Lot-et-Garonne, qui a décidé, après 47 ans de liens, de suspendre son jumelage avec la ville russe de Touapsé, par solidarité envers le peuple ukrainien.

16h38 : Le gouvernement ukrainien estime à plus de 500 milliards d'euros les pertes économiques engendrées par la guerre avec la Russie, auxquelles s'ajoutent "les effets indirects des combats" sur l'économie, notamment liés à l'explosion du chômage, à la forte diminution de la consommation des ménages ou encore à la baisse des recettes de l'Etat.

16h16 : Bonjour @Olivia.Le maire d'IrpinOleksandr Markouchine annonce la libération de sa ville, dans une vidéo postée sur Telegram (en ukrainien). Cette localité est située dans la banlieue ouest de Kiev. Son emplacement est stratégique dans la tentative d'encerclement de la capitale par les forces russes. A ce stade, cette information n'a pas été vérifiée par une source indépendante.





OLEKSANDR MARKOUCHINE / TELEGRAM

16h18 : Bonjour franceinfo, apparemment la ville d'Irpin a été libérée des Russes. Avez-vous des infos ? Merci.

15h54 : Une vingtaine d'ambulances doivent également être remises à l'Ukraine. Ce convoi était organisé par les ministères de l'Intérieur et des Affaires étrangères, dans le cadre du Mécanisme de protection civile de l'UE. Parti de Paris, il a parcouru 2 500 kilomètres à travers l'Allemagne, l'Autriche, la Hongrie et la Roumanie.

15h58 : Bonjour @SP Ukraine. Ce convoi français a été remis hier matin aux pompiers ukrainiens dans le centre logistique européen de Suceava (Roumanie). Au total, 23 camions ont transporté 49 tonnes de matériel sanitaire et de secours (équipements de protection, échelles, tuyaux à incendie, matériel médical...). Par ailleurs, 27 véhicules d'incendie et de secours ont été offerts.

15h57 : Je repose ma question. Des nouvelles du convoi français parti mercredi apporter des véhicules de sapeurs-pompiers ainsi que du matériel aux pompiers ukrainiens? Merci et bonne journée à l’équipe de franceinfo.

15h42 : "Je prends une arme. Je prends le bébé dans les bras. On part en convoi dans une voiture. On rencontre les parents, on donne le bébé, les documents, on se serre la main. Et on part."

Igor Petrovitch, médecin en chef de Biotexcom, principale agence de GPA en Ukraine, organise une opération d'exfiltration lorsque les parents viennent dans le pays ou à la frontière.


Sur des post-it, les nurses ont inscrit les prénoms qu'elles ont donné à ces bébés nés de GPA pendant la guerre en Ukraine, en attendant que leurs parents puissent les récupérer.  (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)


(GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

15h41 : L'Ukraine est l'un des seuls pays au monde à autoriser la gestation pour autrui (GPA) pour des parents étrangers. Mais la guerre a tout bouleversé. Et sur place, les nouveau-nés attendent dans des pouponnières à l'abri des bombes, au sous-sol d’un immeuble couleur crème de la capitale ukrainienne, Kiev. Etienne Monin et Gilles Gallinaro sont allés à la rencontre des nurses qui veillent sur ces bébés.

Six nurses veillent sur les bébés nés de la gestation pour autrui, dans cette pouponnière installée au sous-sol d’un immeuble à Kiev, en Ukraine. (GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

(GILLES GALLINARO / RADIO FRANCE)

15h06 : L'invasion russe en Ukraine a été au cœur de la 33e semaine de la presse et des médias, qui vient de se terminer. À Saint-Memmie dans la Marne, des collégiens ont consacré une émission de radio au conflit. À Bordeaux, c’est une photo de presse, tristement célèbre, qui a servi de support à ce travail de décryptage.



15h03 : Les forces ukrainiennes ont repris le contrôle de Mala Rogan, un petit village en périphérie est de Kharkiv, constate un journaliste de l'AFP. Les soldats ukrainiens y mènent des opérations de sécurisation et de nettoyage, alors que les troupes russes ont été chassées.

14h58 : Voici quelques précisions sur la décision du brasseur danois Carlsberg qui vient d'annoncer son retrait de Russie et la mise en vente de ses importantes activités dans le pays, qui comptent 8 400 employés. "Nous avons pris la décision difficile et immédiate de viser une vente complète de nos activités en Russie, ce que nous pensons être la chose à faire dans le contexte actuel. Une fois finalisée, nous n'aurons plus de présence en Russie", explique le groupe dans un communiqué.

14h55 : Comme une tornade, la guerre a tout balayé sur son passage. Près de Kiev, à Bischiv, la ville a été bombardée pendant plusieurs semaines. Les maisons sont réduites à de la tôle froissée et des amas de poutres. Le bâtiment de l’école ayant tenu, les habitants reviennent récupérer quelques jouets. France 2 a suivi certains habitants retournés dans leurs villages dont la plupart des habitations sont détruites.




14h53 : Après le néerlandais Heineken, le danois Carlsberg annonce son retrait de Russie, un de ses principaux marchés.

14h54 : Le ministre des Affaires étrangères russe, Sergueï Lavrov, annonce qu'un décret présidentiel sur les visas est en préparation pour restreindre l'entrée en Russie des citoyens de la catégorie des pays dits "hostiles".Cette information est notamment rapportée par les agences russes Tass et Ria Novosti.

14h39 : Les pays du G7 estiment qu'exiger un paiement en roubles du gaz russe n'est "pas acceptable" et montre que le président russe Vladimir Poutine est "dos au mur", a déclaré le ministre allemand de l'Économie Robert Habeck.

14h21 : Voici un nouveau point sur l'essentiel de l'actualité de l'après-midi :

Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta suspend ses publications en ligne et au format papier jusqu'à la fin de l'opération militaire en Ukraine, au moment où le pouvoir russe accentue ses pressions contre les voix critiques.

La cérémonie des Oscars, qui a notamment récompensé le film Coda, a été marquée par un accès de violence. L'acteur américain Will Smith a asséné une gifle sur scène à l'humoriste Chris Rock.

En déplacement à Dijon (Côte-d'Or), Emmanuel Macron a réagi aux "Macron assassin" scandés par une partie de la foule lors du meeting d'Eric Zemmour (Reconquête !) qui s'est tenu hier à Paris.

14h14 : Elles ont dû quitter leur pays mais pas leur travail : des ouvrières ukrainiennes fuyant la guerre ont été accueillies dans le nord de la France par leur employeur français, une entreprise de textile, où elles continuent à fabriquer des manteaux. Reportage à l'usine Lener-Cordier, qui entretient des liens de longue date avec l'Ukraine, depuis 1994.




(DENIS CHARLET / AFP)

14h14 : La rédaction de Novaïa Gazeta explique (en russe) que les deux publications mises en cause ne lui ont pas été précisées. Dans le même temps, le ministère de la Justice russe annonce avoir inscrit Deutsche Welle dans le registre des "agents de l'étranger". Le média allemand vient donc grossir la liste de ces médias qui travaillent avec des contraintes.

14h09 : Une centaine de médias et de journalistes indépendants sont inscrits au registre des "agents de l'étranger". A ce titre, ils doivent faire mention de cette qualité, en grandes lettres, dans chacune de leur publication, y compris sur les réseaux sociaux. Dans le cas contraire, ils risquent des sanctions qui peuvent aller jusqu'à l'interdiction – à partir notamment de deux avertissements la même année.

14h18 : "Nous avons reçu un autre avertissement de Roskomnadzor [le régulateur des médias russes]", écrit la rédaction sur son site (en russe). "Nous suspendons la publication du journal sur le site web, sur les réseaux et sur papier jusqu'à la fin de 'l'opération spéciale sur le territoire de l'Ukraine' [seule dénomination autorisée par le Kremlin pour désigner la guerre en Ukraine]".






14h05 : Le journal indépendant russe Novaïa Gazeta annonce qu'il suspend sa publication.

13h41 : A Kiev, le couvre-feu est désormais instauré entre 21 heures et 6 heures, annonce le maire de la capitale ukrainienne, Vitali Klitschko (en ukrainien). Il commence donc une heure plus tard, et se termine une heure plus tôt.