Deux journalistes ukrainiens enlevés en Crimée, selon RSF

L'association se dit sans nouvelles d'eux depuis dimanche, où ils auraient été enlevés par des hommes en armes.

Deux militaires supposément russes montent la garde devant un bâtiment officiel à Simferopol (Ukraine), le 10 mars 2014.
Deux militaires supposément russes montent la garde devant un bâtiment officiel à Simferopol (Ukraine), le 10 mars 2014. (FILIPPO MONTEFORTE / AFP)

 

On est sans nouvelles d'eux depuis dimanche. Deux journalistes ukrainiens ont été enlevés par des hommes en uniforme non identifiés, selon l'association Reporters sans frontières (RSF), lundi 10 mars. Les forces russes se sont emparées il y a une semaine des points stratégiques de la péninsule où les Russes de souche sont majoritaires. Depuis, la région est de facto aux mains de l'armée russe et l'issue de la crise reste très incertaine.

OlenaMaksymenko, journaliste pour OukraïnskyTijden, a disparu dimanche 9 mars en compagnie de KaterynaButko et d'Aleksandra Ryazantseva, deux militantes du mouvement Auto-Maïdan favorable au nouveau gouvernement de Kiev, précise l'organisation dans un communiqué. OleksiyByk, un journaliste du site d'informations Glavkom qui se trouvait sur les lieux et qui a signalé leur enlèvement, a également été arrêté en compagnie du photographe freelanceOlesKromplyas et de son chauffeur, IevhenRakhno, poursuit RSF.

"Les forces qui contrôlent de facto la Crimée sont aujourd'hui responsables du sort de ces journalistes. Nous exigeons qu'elles fournissent immédiatement des informations quant à leur localisation et leur état de santé, et qu'elles les relâchent sans tarder", a déclaré Christophe Deloire, secrétaire général de l'organisation. "La Crimée est en train de devenir une zone de non-droit aux mains de bandes armées dont l'anonymat renforce l'impunité. La fréquence des attaques délibérées contre les journalistes et l'ampleur de la censure semblent traduire une volonté délibérée de transformer la région en un trou noir de l'information."