L'Ukraine met en cause la Russie après la destruction de deux de ses avions de chasse

Selon le Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien, les avions volaient à une altitude de 5 200 m quand ils ont été touchés par des missiles.

Des rebelles pro-russes observent des avions de l\'armée ukrainienne qui survolent la ville de Marynivka, près de Donetsk, dans l\'est de l\'Ukraine, mercredi 16 juillet 2014. 
Des rebelles pro-russes observent des avions de l'armée ukrainienne qui survolent la ville de Marynivka, près de Donetsk, dans l'est de l'Ukraine, mercredi 16 juillet 2014.  (DOMINIQUE FAGET / AFP)

Deux avions de chasse ukrainiens ont été abattus en plein vol, mercredi 23 juillet. Selon Kiev, ils ont été touchés alors qu'ils survolaient la zone occupée par les rebelles pro-russes, dans l'est du pays, par des missiles lancés depuis le territoire russe. Les forces armées ukrainiennes ont par ailleurs annoncé avoir abattu un drone Orlan-10, dans la zone de leur "opération antiterroriste", dans la région de Donetsk.

La destruction des deux Soukhoï Su-25 a eu lieu à quelques dizaines de kilomètres du lieu du crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines, abattu par un missile, qui avait fait 298 morts jeudi 17 juillet.

Un tir effectué par des séparatistes pro-russes ? 

"Deux de nos avions ont été abattus à une altitude de 5 200 m", a déclaré le Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien dans un communiqué. Or, les rebelles, qui n'ont pas revendiqué cette attaque, ont affirmé à plusieurs reprises qu'ils ne disposaient pas de missiles sol-air pouvant atteindre une cible volant à haute altitude. Il s'agit notamment de leur principal argument pour démentir toute implication dans le crash du vol MH17, touché par un missile alors qu'il volait à 10 000 m.

Cependant, les services de renseignements américains affirment qu'il y avait bien dans la zone rebelle un lance-missiles Bouk, susceptible d'atteindre une altitude de 25 000 m. Et donc d'abattre des avions de ligne, comme le MH17, ou encore des avions de chasse. 

Des missiles tirés depuis la Russie ? 

Selon les premières informations communiquées par le Conseil de sécurité nationale et de défense ukrainien, "le lancement des missiles a été effectué depuis le territoire de la Russie."

Le 14 juillet, Kiev avait déjà assuré que des tirs de missiles visant des avions militaires provenaient de l'autre côté de la frontière russe. A l'époque, l'attaque d'un avion de transport militaire ukrainien dans la région de Louhansk (Ukraine), avait été revendiqué par les rebelles pro-russes. Pour la présidence ukrainienne, les tirs étaient "vraisemblablement" partis de Russie.

Un mois plus tôt, 49 occupants d'un avion de transport militaire ukrainien avaient péri lorsqu'il avait été abattu par les séparatistes à proximité de l'aéroport de Louhansk.