Cet article date de plus de deux ans.

Crise en Ukraine : quel est le sentiment dans les territoires indépendants ?

Publié Mis à jour
Crise en Ukraine : quel est le sentiment dans les territoires indépendants ?
Crise en Ukraine : quel est le sentiment dans les territoires indépendants ? Crise en Ukraine : quel est le sentiment dans les territoires indépendants ?
Article rédigé par franceinfo
France Télévisions

Tandis que la population est divisée entre les pro et les anti-régime russe, d'autres pays tels que le Kazakhstan et la Biélorussie, pourtant alliés du Kremlin, n'ont pas encore adoubé la décision de Vladimir Poutine.

Pour tenter de mieux comprendre la situation actuelle en Ukraine, le 23h de franceinfo a fait appel à trois experts. Tatiana Kastoueva-Jean, spécialiste de la politique extérieure russe et de l’Ukraine, Nicolas Tenzer, spécialiste de la Russie et de l’Ukraine, ainsi que Patrick Martin-Genier, spécialiste des questions européennes. Alors est-ce la joie ou le désarroi dans les républiques autoproclamées pro-russes ? "C’est très difficile de le savoir. D’abord, tous ceux qui seraient en opposition avec le régime russe établi ne peuvent pas se manifester, car il s’agit d’un régime de contrôle et de terreur. A l'inverse, une autre partie de la population a été très endoctrinée par la propagande. Enfin, il y a ceux qui sont déjà partis", explique Nicolas Tenzer.

Le Kazakhstan et la Biélorussie inquiets

Mais ces territoires sont-ils finalement ukrainiens, indépendants ou annexés par la Russie ? "C’est là toute la confusion de cette situation. Ils ont été reconnus par la Russie et je crois qu’il y a quelques pays comme la Syrie qui ont suivi dans cette reconnaissance. La grande question est de savoir qui d’autre va reconnaitre ces républiques. Sûrement les mêmes qui ont déjà reconnu l’annexion de la Crimée. Il est important de rappeler que les alliés de la Russie comme le Kazakhstan et la Biélorussie n’ont pas reconnu ces annexions. Ils se demandent s’ils ne pourraient pas être les prochains sur la liste", estime quant à elle Tatiana Kastoueva-Jean.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.