Guerre en Ukraine : des candidats à la présidentielle en France contraints de revenir sur leurs affirmations

Publié
Guerre en Ukraine : des candidats à la présidentielle en France contraints de revenir sur leurs affirmations
France 2
Article rédigé par
J.Nény, S.Cimino, C.Gascard, N.Salem, E.Sizarols, X.Roman, J.-L.Cesco, B.Geron, C.Pary, A.Lopez - France 2
France Télévisions

L'Ukraine et la Russie sont en guerre, depuis le jeudi 24 février. Le calendrier français reste toutefois inchangé. Quel sera l'impact du conflit sur la campagne présidentielle ? Dans la journée, tous les candidats ont condamné les frappes russes... Quitte à revenir sur leurs dires.  

Depuis Moscou, dans la nuit du jeudi 24 février, Vladimir Poutine a aussi chamboulé la campagne présidentielle en France. Les principaux candidats ont unanimement condamné les frappes russes, au prix parfois d'un virage à 180 degrés sur la question. Éric Zemmour (Reconquête !), qui déclarait le 9 décembre que "la Russie n'envahira pas l'Ukraine", a "condamné sans réserve cet usage de la force".   

Des revirements de position 

Marine Le Pen (Rassemblement National), a déclaré dans la matinée qu'"aucune raison ne peut justifier le lancement d'une opération militaire contre l'Ukraine par la Russie". Quelques semaines plus tôt, elle disait ne pas croire "du tout" à une invasion russe. Enfin, Jean-Luc Mélenchon (Union Populaire), estimait fin janvier que "la menace n'existe pas", et accusait les États-Unis d'agressivité. Dans la matinée, il a qualifié l'attaque russe d'"insupportable"

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.