Ukraine : Kiev retire toutes ses troupes de Crimée sous la pression de l'armée russe

Les forces russes ont pris d'assaut, lundi 24 mars à l'aube, une nouvelle base militaire ukrainienne à Féodossia dans la péninsule.

Des soldats ukrainiens emportent des armes, avant de quitter la base de Féodossia (Crimée), dimanche 23 mars 2014. 
Des soldats ukrainiens emportent des armes, avant de quitter la base de Féodossia (Crimée), dimanche 23 mars 2014.  (SHAMIL ZHUMATOV / REUTERS )

Kiev va retirer ses troupes de Crimée. Cette annonce des autorités ukrainiennes, lundi 24 mars, survient alors que les forces russes ont pris d'assaut, à l'aube, une nouvelle base militaire ukrainienne à Féodossia dans la péninsule. 

Ces derniers jours, les forces russes ont pris le contrôle de pratiquement toutes les bases ukrainiennes de cette région séparatiste, rattachée la semaine dernière à la Russie. Francetv info revient sur la situation : 

Des soldats ukrainiens détenus par l'armée russe

L'opération de Féodossia a été menée avec des blindés légers et des hélicoptères. Des coups de feu ont également été entendus. Selon le ministère de la Défense ukrainien, trois camions transportant les soldats ukrainiens stationnés dans cette base ont quitté les lieux dans la matinée. Ils avaient les mains liées, a ajouté le porte-parole. Entre 60 et 80 soldats ukrainiens sont détenus, a-t-il annoncé. Comme condition de leur libération, les Russes, qui ont aussitôt demandé "le départ forcé des officiers ukrainiens de Crimée vers l'Ukraine continentale", ont obtenu satisfaction.

Par ailleurs, "le commandant de bataillon, Dmytro Deliatnitski, et son adjoint Rostislav Lomtev ont été jetés à terre et ont reçu des coups de pied au visage. Ensuite, ils ont été emportés à bord d'un hélicoptère dans une direction inconnue", a poursuivi le ministère de la Défense ukrainien dans son communiqué.

Samedi, quatre officiers, dont le colonel Yuliy Mamchur, avaient été arrêtés et emmenés dans un lieu inconnu, pendant la prise de la base aérienne de Belbek, toujours en Crimée. Le porte-parole du ministère de la Défense a indiqué lundi à Reuters qu'il ne savait toujours pas où ces hommes se trouvaient.

Un ministre russe inspecte les bases militaires de Crimée

Le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, est arrivé en Crimée, lundi. Premier haut responsable du pouvoir russe à se rendre dans la péninsule ukrainienne depuis son rattachement à la Russie, il doit notamment y inspecter les installations militaires. 

Le ministre a rencontré des officiers ukrainiens ralliés à la Russie, et leur a garanti qu'ils pourraient bénéficier de tous les avantages sociaux des militaires russes et servir dans toute région du pays, selon l'agence Ria Novosti. Il a également demandé aux responsables militaires russes sur place de prendre soin de récupérer et de de faire l'inventaire de toutes les armes disponibles dans les unités ukrainiennes, selon un reportage télévisé.

Le ministre, qui a déjà rencontré les responsables des autorités locales pro-russes, doit encore inspecter lundi dans la journée les installations de la Flotte russe de la mer Noire, basée à Sébastopol, selon la chaîne la chaîne publique Pervy Kanal.

Les soldats ukrainiens quittent la Crimée

Le vice-Premier ministre de la Crimée, Roustam Temirgaliev, a indiqué que "tous les militaires ukrainiens en Crimée sont passés du côté de la Russie ou bien sont en train de quitter le territoire de la République". En quelques jours, les forces russes en Crimée se sont emparées des bases encore tenues par les forces ukrainiennes. Ils ont également saisi plusieurs bateaux de la flotte ukrainienne, dont l'essentiel est basé dans les ports de la péninsule. Avant Féodossia, deux nouvelles bases avaient été saisies samedi par les forces russes, à Novofedorivka et à Belbek.

REUTERS

Face à cette pression de l'armée russe, le ministère de la Défense ukrainien avait affirmé dès samedi que les soldats rentrant de Crimée seraient bien accueillis et ne seraient pas traités comme des déserteurs, mais comme des anciens combattants et de "véritables héros".