"C'est notre devoir" : des Ukrainiens réfugiés en Russie votent aussi dans les "référendums" d'annexion

Les référendums sur le rattachement à la Russie des territoires ukrainiens occupés se tiennent jusqu'à mardi 27 septembre. 180 bureaux de vote sont aussi ouverts en Russie, pour les Ukrainiens originaires de ces régions qui ont fui de l'autre côté de la frontière. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Des réfugiés ukrainiens votent au référendum d'annexion organisé par la Russie à Rostov-sur-le-Don, le 24 septembre 2022.  (STRINGER / AFP)

Le scrutin a été organisé à la hâte, avec des modalités très floues. Dans les régions de Donetsk, Lougansk, Kherson et Zaporijjia, les électeurs sont appelés à se prononcer pour ou contre le rattachement de leur territoire à la Russie, comme les habitants de la Crimée en 2014. Les Ukrainiens, originaires de ces régions et réfugiés de l'autre côté de la frontière, peuvent aussi voter. 

>> Guerre en Ukraine : retrouvez les dernières informations dans notre direct

Au total, 180 bureaux de vote sont ouverts, comme dans la capitale, Moscou. Ici, la plupart des habitants originaires du Donbass ont quitté leur pays à cause de la guerre. "Nous sommes de Donetsk, nous voulons soutenir notre peuple, notre sang, nos racines", explique Anna, en sortant du bureau de vote installé à l'ambassade de la république séparatiste. "J'ai tous mes proches à Donetsk, mes parents, ma sœur. Je suis ici avec mon enfant et tout ce que nous pouvons faire, c'est donner notre voix, c'est notre devoir", ajoute-t-elle. 

Anna, arrivée à Moscou en 2014 au début de la guerre, a voté pour le rattachement de sa région à la Russie. Comme son amie, Karina, qui l'accompagne. 

"Cette réunification rendra vraiment la vie meilleure et la guerre prendra fin, enfin."

Karina

à franceinfo

Karina est elle aussi originaire de Donetsk. Elle évoque ses amis morts dans les bombardements, le pouvoir ukrainien qu'elle déteste pour justifier son choix : intégrer la Russie est la seule solution pour elle. "Je ne pense pas que tout va changer du jour au lendemain. Bien sûr, nous sommes réalistes. Je pense qu'il pourrait y avoir une escalade du conflit du côté ukrainien parce qu'il nous considère toujours comme un territoire ukrainien, mais au moins, ça nous apportera la confiance", analyse-t-elle. 

L'espoir d'une solution

Pour ces réfugiés, usés par une guerre trop longue, la Russie représente l'espoir d'une solution, et tant pis si elle est militaire. "Je ne suis pas un expert militaire, mais je pense que quelque chose va changer sur le front", explique Alexandre, un sexagénaire qui a quitté la banlieue de Donetsk il y a six mois. "Peut-être qu'il y aura des armes, peut être qu'il y aura de nouvelles troupes ou autre chose, mais quelque chose va changer. La confrontation militaire va changer et je pense qu'elle sera en faveur de la Russie", croit-il. 

>> "Les gens n'ont pas le choix" : en Ukraine, de pseudo-référendums pour acter l'annexion des territoires occupés par les Russes

À quelques centaines de mètres de là, Youri se rend dans un bureau de recrutement de l'armée. Âgé d'une cinquantaine d'années, lui aussi est originaire de Donetsk. Il a décidé de s'engager dans l'armée russe. Il est conscient des difficultés, mais "si tout le monde a peur, qui va se battre ?", lance-t-il.

"Je suis ici à Moscou depuis 30 ans, mais j'ai les tombes de mes parents là-bas. J'ai la tombe de mon frère là-bas. C'est ma terre, j'y ai grandi, j'y suis né. Tu dois défendre ta patrie."

Youri

à franceinfo

Dans les territoires ukrainiens, le vote a pour l'instant lieu dans des conditions compliquées, avec des urnes itinérantes apportées à domicile, sous escorte de soldats en armes. Les bureaux de vote n'ouvriront là-bas que mardi 27 septembre, dernier jour du scrutin.

Les Ukrainiens de Russie votent : reportage de Sylvain Tronchet
écouter

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Guerre en Ukraine

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.