Cet article date de plus de sept ans.

Manifestations contre l'austérité au Portugal et en Italie

Des dizaines de milliers de manifestants se sont mobilisés à Porto, Lisbonne et Rome ce samedi contre les nouvelles mesures d'austérité annoncées par leur gouvernement pour maîtriser les déficits publics.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Maxppp)

C'est dans un centre-ville désert que 50.000 à 70.000 personnes selon les sources ont défilé, à Rome - de nombreux commerçants avaient préféré baisser leur rideau, de peur de dégradations... qui ont eu lieu en fin de journée : poubelles incendiées devant le ministère de l'Economie, fumigènes et oeufs lancés contre une banque.

"On proteste contre une austérité qui met le pays à genoux" , expliquait Piero Bernocchi, du syndicat autonomed'extrême-gauche Cobas. Le Parlement a entamé l'examen du projet de budget pour l'an prochain, qui comporte d'importantes coupes dans les prestations sociales.

Plus anecdotique, la manifestation regroupait aussi des militants des droits des immigrés ou du droit au logement, ainsi que des opposants au projet de TGV Lyon-Turin - les "No-Tav".

Au Portugal, manifestation en... car 

Au Portugal, les mécontents ont manifesté sur les ponts des deux principales villes. 50.000 à 60.000 personnes à Porto, selon les organisateurs, 25.000 selon la police. A Lisbonne, il était interdit de manifester à pied ; aussi ce sont quelque 400 autocars qui ont roulé sur le pont du 25 avril.

C'était la première grande mobilisation après l'annonce, mardi dernier, d'une nouvelle cure d'austérité prévue dans le budget 2014, qui touchera de plein fouet le pouvoir d'achat des fonctionnaires. Leurs salaires seront ainsi réduits de 2,5% à 12%, les retraites rognées de 10%.

"Le budget du gouvernement pour l'année prochaine cible encore les classes modestes et pauvres. C'est injuste. C'est encore nous qui devons payer la crise !" , expliquait ainsi un professeur dans une école lisboète.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.