Cet article date de plus de huit ans.

Les trois propositions de José Manuel Barroso pour l'Europe

Le président de la Commission européenne a prononcé mercredi son discours sur "l'état de l'Union" au Parlement européen à Strasbourg. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
José Manuel Barroso au Parlement européen à Strasbourg (Bas-Rhin), le 12 septembre 2012. (FREDERICK FLORIN / AFP)

EUROPE - Trois jours après la reprise de la session parlementaire à Strasbourg (Bas-Rhin), le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, a prononcé son discours sur "l'état de l'Union" mercredi 12 septembre. Le chef de l'exécutif européen a donné sa vision d'une Europe plus politique. Retour sur trois de ses propositions.

1Transformer l'UE en fédération d'Etats-nations

 

La phrase "Nous devons progresser vers une fédération d'Etats-nations. C'est notre horizon politique", a affirmé José Manuel Barroso, soulignant que cela "exigera au final un nouveau traité".

Le contexte Le concept de fédération d'Etats-nations a déjà été préconisé par l'ancien président de la Commission Jacques Delors au milieu des années 1990. En le remettant à l'ordre du jour, Barroso prend le risque d'ouvrir la boîte de Pandore, moins de trois ans seulement après la ratification du traité de Lisbonne. D'autant que l'opinion européenne, échaudée par la crise, se détourne du projet européen, voire le rejette.

2Aller vers une gouvernance économique commune

La phrase "Nous avons besoin d'une authentique union économique fondée sur une union politique", a martelé José Manuel Barroso en réclamant "plus d'unité, plus d'intégration, plus de démocratie".

Le contexte La chancelière allemande, Angela Merkel, plaide elle aussi depuis longtemps pour une union monétaire, budgétaire et bancaire. En attendant d'aller dans ce sens, ce qui exige là aussi un nouveau traité, José Manuel Barroso a officialisé les propositions du commissaire en charge du marché intérieur et des services, Michel Barnier, pour la supervision centralisée des 6 000 banques de la zone euro, avec un rôle majeur donné à la Banque centrale européenne (BCE). 

3Un candidat par pays pour les élections européennes

La phrase "Un moyen important de renforcer le débat politique paneuropéen serait la présentation par les partis politiques européens de leur candidat pour le poste de président de la Commission dès les élections législatives européennes de 2014", suggère José Manuel Barroso, selon ses propos rapportés par La Tribune.

Le contexte L'"esquisse" de la nouvelle architecture institutionnelle proposée par Barroso sera présentée avant les prochaines élections européennes de 2014, au moment où son propre mandat à la tête de la Commission se terminera. Son successeur devra se saisir de ces enjeux. Pour mobiliser les troupes, l'actuel président de la Commission propose que les partis politiques européens désignent à l'avance leur candidat afin de rendre le débat plus intéressant dans chaque pays.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.