Cet article date de plus de dix ans.

Les services secrets allemands (BND) ont détruit les dossiers sur l'ancien criminel de guerre nazi Alois Brunner

Celui que le Spiegel appelle "la main droite d'Eichmann", l'un des principaux organisateurs de la "Solution finale", aurait travaillé pour le BND (Bundesnachrichtendienst) en Syrie où il a vraisemblablement résidé pendant des années, selon le site de l'hebdomadaire allemand.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Manifestation à Paris (le 16-7-1998), avec Me Klarsfeld, contre la venue en France de l'ex-président syrien H. El Assad (AFP - Jack Guez)

Celui que le Spiegel appelle "la main droite d'Eichmann", l'un des principaux organisateurs de la "Solution finale", aurait travaillé pour le BND (Bundesnachrichtendienst) en Syrie où il a vraisemblablement résidé pendant des années, selon le site de l'hebdomadaire allemand.

Responsable de la déportation d'environ 128.500 juifs originaires de différents pays occupés par les troupes hitlériennes, Alois Brunner a résidé partir des années 1950 en Syrie, rappelle le Spiegel. De temps à autre, il y rencontrait des journalistes.

Le gouvernement syrien a toujours démenti la présence sur son territoire d'Alois Brunner, dont la mort n'est pas prouvée, mais jugée certaine par le centre Simon Wiesenthal qui traque les anciens nazis.

Le BND a confirmé que "des documents relatifs à Alois Brunner" avaient été détruits dans les années 1990 mais sans préciser s'il s'agissait de tous les dossiers, comme l'affirme le grand hebdomaire allemand. Les quelques documents restants mentionnant le criminel sont contradictoires, notamment sur la question de savoir s'il a oui ou non travaillé pour le BND.

Un lien avec le "boucher de Lyon"
En début d'année, le Spiegel avait révélé que les services de renseignement allemands avaient fait appel aux services de l'ancien chef de la Gestapo de Lyon, Klaus Barbie. "Le boucher de Lyon", condamné à perpétuité en France en 1987 pour avoir organisé la déportation de centaines de juifs, responsable de la mort de Jean Moulin, a été recruté par le BND début 1966 alors qu'il vivait sous le pseudonyme de Klaus Altmann en Bolivie.

Considéré comme ayant "une mentalité très allemande", "cet adversaire farouche du communisme", selon le Bundesnachrichtendienst, a livré environ 35 rapports aux services allemands sous le pseudo d'Adler enregistré sous le numéro V-43118, assurait l'hebdo, sans pouvoir déterminer le type d'informations livrées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.