Les exportations de l'Allemagne ont bondi de 28,5% en un an, renouant pratiquement avec leur niveau d'avant la crise

En juin, l'Allemagne a vendu pour 86,5 milliards d'euros à l'étranger, le chiffre mensuel le plus élevé depuis octobre 2008, indiqué lundi l'Office fédéral des statistiques.Alors que Berlin affiche un excédent commercial de 74,6 milliards d'euros au premier semestre, la pénurie de main d'oeuvre qualifiée redevient le problème numéro un.

Angela Merkel (juin 2009).
Angela Merkel (juin 2009). (France 2)

En juin, l'Allemagne a vendu pour 86,5 milliards d'euros à l'étranger, le chiffre mensuel le plus élevé depuis octobre 2008, indiqué lundi l'Office fédéral des statistiques.

Alors que Berlin affiche un excédent commercial de 74,6 milliards d'euros au premier semestre, la pénurie de main d'oeuvre qualifiée redevient le problème numéro un.

Le commerce extérieur a profité ces derniers mois de la reprise des économies émergentes, surtout en Asie, grosses consommatrices de machines, voitures et produits chimiques "made in Germany".

Les branches les plus porteuses en ce moment sont les technologies médicales, les machines-outils et l'automobile, selon l'expert pour le commerce extérieur du DIHK, Axel Nitschke.

La vigueur des importations, qui devraient afficher un record cette année, est également bon signe pour la santé de l'économie allemande. En juin elles ont atteint 72,4 milliards d'euros, le plus haut niveau jamais enregistré.

Pour le ministre de l'Economie Rainer Brüderle, c'est un signe "que la reprise de la demande intérieure est en marche", a-t-il déclaré dans un communiqué.

La Chine est devenue le premier importateur en Allemagne, supplantant les Pays-Bas, numéro un jusqu'ici, a indiqué le DIHK.

Les chiffres du commerce extérieur allemand publiés lundi font dire à Carsten Brzeski, économiste d'ING, que "la croissance du deuxième trimestre sera un feu d'artifice".

Le marché du travail allemand manque toutefois cruellement d'ingénieurs, techniciens et spécialistes informatiques. Le problème va s'aggraver à moyen terme sur fond de natalité en berne.

Un débat sur la pénurie de main d'oeuvre qualifiée qui menace l'Allemagne et les moyens de la contrer enflamme le pays est relancé depuis que le ministre de l'Economie, lui aussi libéral, a suggéré la semaine dernière d'abaisser les seuils de revenus qui encadrent l'installation de travailleurs qualifiés.

Guido Westerwelle, chef du parti libéral FDP qui gouverne avec les conservateurs d'Angela Merkel et ministre des Affaires étrangères, avait alors défini comme une priorité "d'inviter les citoyens intelligents à travailler chez nous et participer" à la vie économique.

L'évolution du Produit intérieur brut (PIB) allemand au printemps sera révélée vendredi et l'un après l'autre, les économistes relèvent leurs prévisions, pour le trimestre et pour l'année.

Le gouvernement allemand lui-même, toujours prudent, a reconnu récemment que son pronostic d'une croissance de 1,4% pour l'ensemble de l'année 2010 était trop modeste, et table sur un chiffre plus proche de 2%.

Certains économistes attendent même une croissance annuelle allant jusqu'à 2,5%, selon des sondages publiés par les quotidiens Die Welt et Süddeutsche Zeitung.