Cet article date de plus de dix ans.

Le roi des Belges Albert II a lancé vendredi un appel solennel au compromis entre Flamands et francophone

"Il me semble qu'au sein de notre propre pays, nous avons quelque peu oublié ces dernières années l'art du compromis", a regretté le souverain dans son discours de Noël retransmis à la télévision.Il a souligné que les Belges avaient prouvé ces six derniers mois leurs "talents" pour "rapprocher les points de vue" lors de leur présidence de l'UE.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Le roi Albert II de Belgique (AFP/OLIVIER HOSLET)

"Il me semble qu'au sein de notre propre pays, nous avons quelque peu oublié ces dernières années l'art du compromis", a regretté le souverain dans son discours de Noël retransmis à la télévision.

Il a souligné que les Belges avaient prouvé ces six derniers mois leurs "talents" pour "rapprocher les points de vue" lors de leur présidence de l'UE.

"D'où ma préoccupation et ma ferme volonté de lancer un appel à tous nos responsables et à tous les citoyens", explique le souverain belge, en adressant ses voeux pour les fêtes de Noël et de Nouvel an.

"Cet appel, je vous le lance solennellement à tous (...). Nous devons avoir le courage d'être des artisans de la paix", a dit également le roi, qui joue traditionnellement un rôle d'intermédiaire entre les partis dans les moments de crise politique.

La Belgique a égalé vendredi le record de la crise politique la plus longue depuis son indépendance en 1830 et aucun nouveau gouvernement n'est en vue avant au mieux plusieurs semaines.

Les partis francophones ont accepté le principe d'accorder plus de pouvoirs aux régions réclamé par la Flandre (nord, néerlandophone), mais de grandes divergences persistent sur les modalités de cette autonomie accrue, notamment dans ses aspects fiscaux.

"Après plus de 6 mois de négociations, tous les éléments se trouvent sur la table pour réaliser une réforme profonde de l'Etat", estime Albert II, qui souligne qu'il y aura un "important transfert de compétences" vers les régions mais qu'il faudra aussi "assurer le financement dans la durée de l'Etat fédéral".

Il ajoute qu'il "faudra également inclure une solution pour BHV", l'arrondissement électoral bilingue de Bruxelles-Hal-Vilvorde, pomme de discorde entre néerlandophones et francophones depuis des années.

"Le moment est venu où le vrai courage consiste à chercher fermement le compromis qui rassemble, et non à exacerber les oppositions", insiste-t-il, en se disant "convaincu" que les efforts pour constituer un gouvernement "réussiront".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.