Le procès de l'ancien Premier ministre d'Ukraine a été ajourné au mardi 11 octobre.

Selon certains, l'ajournement du procès de Ioulia Timochenko permettrait au président Ianoukovitch d'examiner les différentes solutions possibles à une affaire qui envenime les relations extérieures de l'Ukraine.

Yulia Tymoshenko le vendredi 30 septembre.
Yulia Tymoshenko le vendredi 30 septembre. (ALEXANDER PROKOPENKO / AFP)

Selon certains, l'ajournement du procès de Ioulia Timochenko permettrait au président Ianoukovitch d'examiner les différentes solutions possibles à une affaire qui envenime les relations extérieures de l'Ukraine.

L'Union européenne a prévenu qu'une peine de prison contre l'ex-Premier ministre remettrait en question les négociations en cours sur un accord d'association et de libéralisation des échanges commerciaux.

Le président de l'UE, Herman Van Rompuy a déclaré à la presse : "Nous avons exprimé notre inquiétude au sujet du sort réservé à l'ancien Premier ministre Ioulia Timochenko et nous avons rejeté toute éventuelle utilisation sélective du code pénal à l'encontre des membres de l'ancienne administration ukrainienne". Viktor Ianoukovitch est donc pressé par les européens qui souhaitent qu'il requalifie les charges retenues contre sa rivale pour lui permettre de sortir libre de son procès et de reprendre le cours de sa vie politique.

Celle qui deviendra peut-être la dissidente la plus célèbre d'Europe à fait savoir qu'elle était victime d'un procès politique et d'une vengeance du président Viktor Ianoukovitch, qui l'a battue de peu lors de la présidentielle de février 2010.