Cet article date de plus de neuf ans.

Le président de la République allemand menacé d'une action en justice

Christian Wulff, dont la fonction est essentiellement honorifique, est accusé d'avoir profité de sa position pour obtenir des avantages financiers lorsqu'il était élu de Basse-Saxe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République allemand Christian Wulff à Berlin (Allemagne), le 16 février 2012. (ODD ANDERSEN / AFP)

Empêtré depuis des mois dans des accusations de malversations, le président de la République allemand pourrait bientôt devoir affronter la justice. Le parquet de Hanovre a demandé, jeudi 16 février, la levée de l'immunité de Christian Wulff. Ce dernier, qui exerce un rôle essentiellement honorifique au sommet de l'Etat, est accusé d'avoir profité de sa position lorsqu'il était chef du gouvernement de Basse-Saxe pour obtenir des avantages financiers divers, puis d'avoir tenté d'étouffer ces affaires.

Mais le parquet ne peut lancer de procédure contre le président de la République que si les députés du Bundestag, la chambre basse du Parlement allemand, lèvent son immunité. Ils pourraient bientôt en avoir la possibilité. 

Un prêt polémique et des vacances suspectes

Le président allemand a été pêle-mêle attaqué dans les médias allemands pour avoir contracté puis caché un prêt contracté auprès d'un homme d'affaires de Basse-Saxe, pour avoir profité de vacances gratuites chez de riches entrepreneurs, puis pour avoir tenté de faire pression sur des journalistes afin d'empêcher la sortie de nouvelles révélations.

Mi-janvier, la justice allemande avait perquisitionné au domicile de son ancien porte-parole, congédié le 22 décembre, en raison de soupçons de corruption pour des faits survenus entre 2007 et 2009. 

"Après une vérification exhaustive de nouveaux documents, et l'évaluation d'articles dans les médias, le parquet de Hanovre estime qu'il y a assez de faits pour un début de suspicion de prévarication ou de bénéfices d'avantages", a expliqué le parquet de la capitale de la Basse-Saxe.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.