Cet article date de plus de six ans.

Le premier procès pour pédophilie au Vatican tourne court à cause de l'hospitalisation de l'accusé

L'audience n'a donc duré que sept minutes. Le procès est reporté à une date indéterminée. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le prélat Jozef Wesolowski, à Saint-Domingue (République dominicaine), le 15 mars 2013.  (MANUEL DIAZ / AP / SIPA)

Il a été pris de malaise à la veille de sa comparution. Le premier procès au Vatican d'un ancien prélat poursuivi pour abus sexuels sur mineurs s'est brièvement ouvert, samedi 11 juillet au tribunal du Saint-Siège, avant d'être reporté sine die. Et pour cause, l'accusé est hospitalisé en soins intensifs.

Agé de 66 ans, l'ancien nonce à Saint-Domingue, le Polonais Jozef Wesolowski, est accusé de détention et de recel "en quantité importante" de photos pédopornographiques, chargées sur internet au Saint-Siège, entre son retour de Saint-Domingue en août 2013 et son arrestation le 22 septembre 2014.

Corruption sexuelle d'adolescents

Il est aussi accusé de corruption sexuelle d'adolescents de 13 à 16 ans à Saint-Domingue, où il a été nonce de janvier 2008 à août 2013, avec la complicité d'un ancien diacre, Francisco Javier Occi Reyes.

L'ancien nonce est accusé d'avoir infligé aux adolescents "des lésions graves" d'ordre psychologique. Il est aussi jugé pour "avoir eu une conduite qui offense les principes de la religion et de la morale chrétiennes".

Alors que l'audience devait marquer sa première apparition publique, son hospitalisation semble avoir pris de court le service de presse du Vatican lui-même. Elle a été annoncée quelques minutes avant le début de l'audience. Selon le Vatican, Jozef Wesolowski a eu ce malaise vendredi et a été emmené d'abord aux urgences du petit Etat, avant d'être hospitalisé, sous surveillance policière, dans un hôpital public italien.

Assigné à résidence depuis septembre 2014

Son avocat, Me Antonello Blasi, a lui-même assuré avoir appris la nouvelle samedi matin, et indiqué que son client "allait bien" il y a encore quelques jours. Samedi matin, l'audience n'a donc duré que sept minutes, le temps pour le procureur de lire les chefs d'inculpation et d'évoquer l'hospitalisation de l'accusé. 

Assigné à résidence en septembre 2014 dans une chambre au premier étage du palais de justice, l'ancien nonce avait bénéficié en décembre, pour des raisons de santé dont la nature n'a pas été précisée, d'une plus grande liberté de mouvement, dans les limites de la cité-Etat.

Josef Wesolowski risque six à sept ans de prison, sans compter d'éventuelles circonstances aggravantes. Le procès pourrait durer un an. La peine pourrait être purgée dans l'enceinte même du Vatican.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.