Cet article date de plus de dix ans.

Le plan d'aide financière qui va être mis sur pied pour le Portugal devrait représenter environ 80 milliards d'euros

Il sera conditionné entre autres à "un ambitieux programme de privatisations", a indiqué vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn.Il s'agira "d'un programme multi-annuel, le plus probablement sur trois ans", a-t-il précisé après une réunion des ministres des Finances européens en Hongrie.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 2 min.
Des habitants de Lisbonne devant des distributeurs, le 7 avril 2011. (AFP PHOTO/PATRICIA DE MELO MOREIRA)

Il sera conditionné entre autres à "un ambitieux programme de privatisations", a indiqué vendredi le commissaire européen aux Affaires économiques, Olli Rehn.

Il s'agira "d'un programme multi-annuel, le plus probablement sur trois ans", a-t-il précisé après une réunion des ministres des Finances européens en Hongrie.

Il a rappelé qu'en échange de l'aide financière extérieure, le Portugal devrait s'engager sur un assainissement de ses finances publiques et des réformes structurelles, précisant que ces efforts "devraient inclure un ambitieux programme de privatisations".

Programme d'austérité d'ici mi-mai
Ce programme d'austérité budgétaire devrait être adopté d'ici "la mi-mai" et "en impliquant les principaux partis politiques" portugais, afin d'être "mis en place rapidement après la formation d'un nouveau gouvernement", a indiqué pour sa part le chef de file des ministres des Finances de la zone euro, Jean-Claude Juncker.

L'objectif est de parvenir à un accord lors d'une réunion des ministres des Finances le 16 mai, a précisé Olli Rehn. "Nous pensons que le Portugal pourra faire face à ses échéances de refinancement d'avril et mai mais celles de juin présentent plus de problèmes", a-t-il poursuivi.

Le président de la Banque centrale européenne (BCE), Jean-Claude Trichet, a lui aussi évoqué vendredi des mesures d'austérité "ambitieuses" et des réformes économiques "essentielles" pour que le Portugal puisse bénéficier d'un plan d'aide international. "Nous nous tenons prêts à négocier immédiatement" ce programme de mesures budgétaires demandé au Portugal, a-t-il ajouté.

Le Portugal demande de l'aide
Après avoir résisté pendant des mois aux pressions des marchés mais aussi de ses partenaires européens, José Socrates demandé mercredi soir à bénéficier d'une assistance financière de l'Union européenne. Il a justifié cette demande par le rejet au parlement de son nouveau programme d'austérité qui, a-t-il dit, "a aggravé de façon dramatique la situation financière du pays".

"Je suis fermement convaincu que cela va encore s'aggraver si rien n'est fait", a ajouté José Socrates, qui a démissionné le 23 mars après avoir été désavoué par le parlement, ouvrant la voie à des élections législatives anticipées, prévues le 5 juin.

Le commissaire européen aux Affaires économiques et monétaires, Olli Rehn, a déclaré que l'annonce du gouvernement portugais était une "décision responsable pour la stabilité du pays et de l'Europe".

Le Portugal doit rembourser 4,252 milliards d'euros le 15 avril et 4,899 milliards le 15 juin.

Mercredi, le pays a réussi à lever à court terme mais à des taux record (5,902% sur les bons à 12 mois) dans un contexte de pression accrue des marchés.

Ces derniers jours, les principaux banquiers portugais avaient appelé le gouvernement à solliciter une "aide d'urgence" et plaidé pour un "emprunt intercalaire" auprès de l'Union européenne de l'ordre de 10 à 15 milliards d'euros.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.