Cet article date de plus de huit ans.

Le fondateur du PKK appelle les rebelles kurdes à faire "taire les armes"

Abdullah Öcalan a lancé cet appel à la trêve entre la rébellion séparatiste et la Turquie depuis la prison turque où il est détenu.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, le 28 septembre 1993 à Masnaa, au Liban, près de la frontière syrienne. (JOSEPH BARRAK / AFP)

Il avait annoncé lundi qu'il lancerait un "appel historique". C'est chose faite, jeudi 21 mars. Le fondateur du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Abdullah Öcalan, a appelé les rebelles kurdes du PKK à déposer les armes.

"Nous sommes arrivés à une phase dans laquelle les armes doivent se taire (...) et les éléments armés doivent se retirer en dehors des frontières de la Turquie. (...) Le temps est venu de faire prévaloir la politique", a déclaré Abdullah Öcalan dans une lettre lue devant des centaines de milliers de personnes à Diyarbakir, une ville considérée par les Kurdes comme leur capitale, dans le sud-est de la Turquie. 

Des mois de tractations derrière les barreaux

Abdullah Öcalan a lancé cet appel à la trêve entre la rébellion séparatiste et Ankara depuis la prison turque où il est détenu sur l'île d'Imrali, en mer de Marmara. Une annonce faite à l'occasion du point culminant des cérémonies du Nouvel An kurde. 

Depuis plusieurs mois, des responsables du renseignement turc et des responsables politiques kurdes mènent des discussions au sein de la prison où Öcalan est enfermé depuis 1999. Les pourparlers de paix se sont accélérés depuis octobre, et le ministre de la Justice a dit s'attendre à ce que le retrait de la guérilla du PKK vers ses bases du nord de l'Irak soit achevé vers la fin de l'année. La lutte séparatiste kurde a fait environ 40 000 morts depuis le début de l'insurrection en 1984.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.