Cet article date de plus de huit ans.

La Serbie enterre la veuve de Tito, dernier symbole yougoslave

Environ 10.000 personnes ont assisté ce samedi à Belgrade aux obsèques de Jovanka Broz, la veuve du maréchal Tito, dirigeant yougoslave de 1945 à 1980. Décédée dimanche dernier à l'âge de 88 ans d'un arrêt cardiaque, Jovanka Broz était l'un des derniers symboles de la Yougoslavie communiste. Elle avait passé la fin de sa vie dans la misère, écartée de toute vie publique, mais a été enterrée avec les honneurs nationaux.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Marko Djurica Reuters)

L'enterrement de la veuve du maréchal Tito s'est déroulé sans
fard et sans cérémonie religieuse. Il a tout de même réuni plus de 4.000
personnes venues de toute l'ex-Yougoslavie, au Mausolée des Fleurs, où la veuve
de Josip Broz Tito reposera à ses côtés.  "J'ai voulu lui dire au revoir, comme je
l'ai fait pour Tito. Pour moi, ils étaient comme ma
famille
", a dit Minka Jovanovic, 84 ans, qui avait rejoint les partisans de Tito dans sa jeunesse.

Dernier symbole

L'attachement témoigné à Jovanka Broz est celui d'un peuple à son
pays avant qu'il ne plonge dans les années 1990 dans une série de guerres
sanglantes. Jovanka Broz est le dernier symbole de ce pays communiste qui avait
réussi, sous l'égide du maréchal Tito, à se placer en tête de file des Non-alignés
durant la Guerre froide. Les pays non-alignés avaient renvoyé dos à dos les Etats-Unis
et l'URSS, décidant qu'ils n'avaient rien à gagner dans le conflit entre les
deux super-puissances. En 2013, le groupe des Non-alignés compte 120 pays membres,
majoritairement des pays du Tiers-monde.

Gloire et luxe s'évanouissent

Reine de l'élégance, hôtesse des soirées du gotha des Non-alignés,
la gloire et le luxe dans lesquels Jovanka Broz vivait depuis son
mariage avecTito s'étaient évanouis
lorsqu'elle fut accusée par les proches collaborateurs de fomenter un coup d'État contre son époux, qui avait à l'époque
cessé de paraître en public en raison de sa maladie à la fin des années

  1. De 31 ans la cadette de Tito, dont elle était la
    troisième épouse, Jovanka Broz avait été placée en résidence surveillée
    quelques années avant la mort du dirigeant et privée de ses droits et de ses
    papiers d'identité.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.