Cet article date de plus de dix ans.

La prochaine tranche d'aide à la Grèce est conditionnée à un autre plan de financement, selon la l'UE, le FMI et la BCE

Dans un rapport, cette troïka prévient également que la Grèce risque de manquer ses objectifs de déficit si elle ne prend pas de nouvelles mesures d'assainissement budgétaire.La troïka constate aussi que la récession s'avère plus longue et plus profonde que prévu initialement.
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (france 3)

Dans un rapport, cette troïka prévient également que la Grèce risque de manquer ses objectifs de déficit si elle ne prend pas de nouvelles mesures d'assainissement budgétaire.

La troïka constate aussi que la récession s'avère plus longue et plus profonde que prévu initialement.

"La stratégie financière doit être revue. Etant donné qu'il
est de moins en moins probable que la Grèce retourne se financer
sur les marchés en 2012, le programme d'ajustement est désormais
en déficit de financement", apprend-on.

"Le prochain versement (de l'aide) ne pourra avoir lieu tant que ce déficit de financement ne sera pas résolu."

La troïka précise enfin qu'une agence de privatisation grecque gérée par un conseil indépendant verra le jour sous peu. La Commission européenne et les pays de la zone euro pourront y
nommer des membres.

Désaccord au Pasok sur le nouveau plan d'austérité
Le gouvernement grec espère faire adopter son plan d'austérité par le parlement avant la fin du mois.

La ministre du Travail, Louka Katseli, a indiqué que les députés du Pasok voulaient savoir si les sacrifices auxquels ont consenti les Grecs depuis un an, en vertu du premier plan de sauvetage de 110 milliards d'euros, commençaient à porter leurs fruits.

"Les députés veulent que le fardeau soit supporté par ceux qui le peuvent le plus", a-t-elle déclaré à la chaîne de télévision Mega TV.

Jusqu'à présent, les députés du Pasok avaient mis une sourdine à leur grogne, mais les Grecs se réunissent soir après soir sur la place Syntagma, tout près du parlement, pour donner libre cours à leur colère. Dimanche dernier, le nombre des manifestants dépassait les 80.000.

En raison de la vivacité du débat au sein du Pasok, le calendrier
d'adoption du projet de loi sur le nouveau plan d'austérité a été retardé de 24 heures. La réunion du conseil politique du Pasok aurait dû initialement se tenir mardi, ce qui aurait permis au gouvernement de boucler son projet jeudi. Or les ministres ne devraient pas s'entendre sur le contenu exact du plan avant vendredi.

Selon un journal grec, le gouvernement envisage de renoncer à un élément du plan, la baisse de certaines allocations, pour calmer les députés. Mais ce manque à gagner pour les caisses de l'Etat devra être compensé d'une façon ou d'une autre.

Lire aussi

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Europe

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.