La première radio indépendante de Hongrie privée d'antenne par le pouvoir

Cette décision soulève de nouvelles inquiétudes sur la liberté de la presse dans ce pays de l'Union européenne.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des employés de Klubradio et leurs soutiens manifestent le 24 février 2013 à Budapest (Hongrie). (ATTILA KISBENEDEK / AFP)

Plus de son sur les ondes. La première station indépendante de Hongrie, Klubradio, va cesser d'émettre dans la soirée du dimanche 14 février, après avoir été déboutée en appel. Elle a perdu sa licence pour avoir "enfreint les règles" selon les autorités. Il s'agit là d'un nouveau revers pour les médias indépendants hongrois, sous pression depuis le retour au pouvoir en 2010 de Viktor Orban.

Le responsable de cette radio, Andras Arato, a dénoncé, mardi 9 février, "une décision honteuse et lâche". "Nous déposerons un recours auprès de la Cour suprême", a-t-il précisé à l'AFP. Il a promis de continuer le travail en ligne, invitant les auditeurs à "les soutenir". "Dans une dictature, il n'y a pas de place pour les voix libres", a réagi, amer, Janos Desi, un des présentateurs de cette radio, au contenu souvent critique du gouvernement souverainiste de Viktor Orban.

Batailler pour récupérer sa fréquence

En septembre 2020, le Conseil des médias, une tutelle qui chapeaute toutes les entreprises d'information en Hongrie, avait refusé de prolonger la licence d'exploitation de Klubradio. L'organisme, créé en 2011 sous l'égide de Viktor Orban, a affirmé que la station avait soumis, à deux reprises en un an, des documents administratifs avec retard.

Il l'a toutefois autorisée à se porter candidate sur la même fréquence desservant principalement la capitale, Budapest. Face à cette acte "illégal", Klubradio avait saisi le tribunal municipal de Budapest afin de demander un permis temporaire en attendant le résultat de l'appel d'offres, qui n'est pas attendu avant plusieurs mois. Deux autres radios ont également postulé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.