VIDEO. Post-Brexit : "Je suis inquiet, mais je crois qu'un accord est encore possible. On veut le trouver", assure le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes

Clément Beaune ne cache pas cependant que la France se prépare en cas d'échec des négociations avec Londres. Un "mauvais accord qui cèderait trop aux Britanniques" serait "bien pire". 

FRANCEINTER / RADIOFRANCE

Les négociations post-Brexit sont bloquées par la volonté de Londres de revenir sur certains de ses engagements"Je suis inquiet, mais je crois qu'un accord est encore possible. On veut le trouver. Il y a encore des semaines de négociations qui sont devant nous avec Michel Barnier qui négocie pour les Européens", a assuré Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, jeudi 17 septembre sur France Inter.

Des mesures de soutien prêtes "au cas où"

"Il faut être clair une absence d'accord est, serait une mauvais nouvelle, ce qu'on appelle le no deal, ce n'est pas une bonne nouvelle pour nos pêcheurs, pour le tourisme en France, pour toute une série d'échanges commerciaux et pour certaines régions du nord de la France en particulier. Donc, ce n'est pas ça qu'on souhaite", a-t-il indiqué tout en ajoutant qu'"on s'y prépare". "Il y aura encore des préparatifs, des financements, des mesures de soutien au cas où".

"Je veux dire aussi qu’un mauvais accord, c'est-à-dire un accord qui cèderait trop aux Britanniques, qui leur donnerait pour faire simple l'accès à notre marché sans respecter nos règles sanitaires, climatiques, etc. Ce serait bien pire", a expliqué le secrétaire d'État chargé des Affaires européennes. "Ce serait la preuve que, finalement, l'Europe ne défend pas ses intérêts, ne défend pas ses citoyens, ne défend pas ses entreprises".

Cette "stratégie du fou", "ça n'a jamais marché"

Clément Beaune appelle également le Premier ministre britannique Boris Johnson à "arrêter", sa "stratégie du fou". Boris Johnson a présenté un projet de loi visant à revenir sur certains engagements pris dans l'accord sur le Brexit signé en janvier, ce qui constitue une violation du droit international.

Selon Clément Beaune, c'est "ce qu'on appelle dans une négociation, la stratégie du fou. Vous jetez tous les pions, vous faites peur à l'adversaire". "Les Britanniques ont été tentés régulièrement par cette stratégie agressive ou provocatrice. Ça n'a jamais marché. (...) Donc je dis aux Britanniques, ça ne marchera pas. C'est une tactique, arrêtez." 

Clément Beaune, secrétaire d\'État chargé des Affaires européennes, le 17 septembre 2020 sur France Inter.
Clément Beaune, secrétaire d'État chargé des Affaires européennes, le 17 septembre 2020 sur France Inter. (FRANCEINTER / RADIOFRANCE)