Cet article date de plus de cinq ans.

Vidéo Frontières : à Gibraltar, l'angoisse du policier après le Brexit

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 1 min.
Avenue de L'Europe. Gibraltar

Comment le Brexit va déplacer l'une des frontières externes de l'UE et compliquer la vie dans la péninsule de Gibraltar, c'est ce que montre cet extrait du magazine "Avenue de l'Europe". A voir le 14 septembre 2016.

A Gibraltar, territoire britannique bien que revendiqué par l'Espagne, vous pouvez encore, malgré le Brexit, aller faire votre shopping sans trop vous faire contrôler. Et ce, que vous soyez ou non un touriste anglais, comme l'explique dans cet extrait du magazine "Avenue de l'Europe" le chef de la police des frontières espagnoles : "Pour l'instant, vu que la Grande-Bretagne fait toujours partie de l'Union européenne, ici, rien n'a changé. C'est toujours une frontière extérieure de la zone Schengen, et nous traitons les Britanniques comme des Européens qu'ils sont."

Bientôt des piles de passeports à tamponner

Mais depuis le Brexit, la situation peut se tendre en un rien de temps. "Si, à l'avenir, le Royaume-Uni sort de l'Europe, il faudra traiter ces citoyens comme des extracommunautaires, poursuit Javier Sanchez. On devra tamponner les passeports de ceux qui n'appartiennent pas à l'Europe à l'entrée et à la sortie."

Le 23 juin, les habitants d'El Peñon (Le Rocher) ont voté massivement pour le maintien dans l'Union de leur îlot de prospérité. Depuis le Brexit, les 30 000 Gibraltariens vivent dans l’angoisse. Apparemment, leurs policiers aussi !

Il faut dire que le tamponnage des passeports créerait de jolis embouteillages, comme lors de la crise de 2013...  

Outre Gibraltar, pointe sud de l'Union européenne, le magazine "Avenue de l'Europe" est allé enquêter en Espagne et en Turquie sur ces frontières qui se referment au sein de l'UE. A voir le 14 septembre 2016 à 23h25 sur France 3.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.