VIDEO. Brexit : "Un chemin étroit est encore possible" pour trouver un accord, estime Amélie de Montchalin

"Nous travaillons à un accord", a rappelé la secrétaire d'État aux Affaires européennes, alors que les négociateurs se retrouvent vendredi à Bruxelles.

FRANCE INTER

"Il y a trois scénarios devant nous. Il y a le scénario qui est un chemin étroit, qui est encore possible que nous souhaitons depuis trois ans, c'est de faire les choses de manière ordonnée et donc que nous trouvions un accord. (…) Nous travaillons à un accord", a déclaré Amélie de Montchalin, secrétaire d'État aux Affaires européennes, vendredi 11 octobre sur France Inter au sujet du Brexit. Les deux négociateurs européen et britannique sur le Brexit, Michel Barnier et Stephen Barclay, se retrouvent vendredi à Bruxelles, après une semaine tendue et avant un sommet européen capital le 17 octobre.

"Nous travaillons à un accord, pas n'importe quel accord, à n'importe quelles conditions. On ne va pas se coucher alors que cela fait deux ans et demi qu'on a posé des principes, des principes simples : on veut la paix en Irlande, on veut protéger nos entreprises face à la concurrence déloyale et on veut que notre relation future soit équilibrée (...) Ce chemin là on le poursuit", a indiqué Amélie de Montchalin.

Le scénario du no deal "probable"

La secrétaire d'État aux Affaires européennes a évoqué ensuite "un deuxième scénario, c'est le scénario du no deal. C'est le scénario où on n'arrive pas à se mettre d'accord parce qu'on a posé des principes et que les Britanniques d'une certaine manière ne nous suivent pas". Ce dernier "est probable à ce stade, si les négociations ne se passent pas comme on pourrait espérer qu'elles se passent, s'il n'y a pas de part et d'autre de la table, et surtout du côté britannique, l'envie d'aller vers des compromis". Le no deal "va secouer", a-t-elle ajouté.

On se prépare pour organiser ce qu’il se passe dans les ports, pour indemniser les secteurs où il peut y a voir des répercussions comme les pêcheurs.

Amélie de Montchalin

à France Inter

Enfin, "il y a un troisième scénario", a poursuivi Amélie de Montchalin, évoquant des négociations au-delà de la date du 31 octobre. "On se donne plus de temps", mais "pourquoi donner plus de temps ? Si c'est du temps pour du temps, ça fait (..) trois ans que ça dure et on n'a pas bien compris."

Sur la question des inquiétudes de certaines régions françaises directement concernées par le Brexit : "On a un plan de soutien aux secteurs, aux régions les plus impactées. On est prêts, on a pris nos dispositions pour protéger les citoyens (…), on a fait des plans pour protéger les entreprises, on a mis de l’argent de côté, on a des dispositifs d’urgence (...). On sait que l’on va être extrêmement soudé. Tous les ministres, chacun dans leur secteur, ont travaillé pour accompagner ceux que cela met le plus en difficulté", a conclu Amélie de Montchalin.

La secrétaire d\'État aux Affaires européennes Amélie de Montchalin était l\'invitée de France Inter vendredi 11 octobre.
La secrétaire d'État aux Affaires européennes Amélie de Montchalin était l'invitée de France Inter vendredi 11 octobre. (FRANCE INTER / RADIO FRANCE)