Avenue de l'Europe, le mag, France 3

VIDEO. Brexit : les marins-pêcheurs de Boulogne-sur-Mer craignent de perdre l'accès aux eaux britanniques

Inquiets de la réduction probable de leurs zones de pêche "historiques" suite au Brexit, les pêcheurs français de Boulogne-sur-Mer disent envisager une "contrepartie"' si la Grande-Bretagne leur barre l'accès à ses eaux territoriales.

Avenue de l'Europe/France 3

Boulogne-sur-Mer : le premier port de pêche de France, avec ses 900 marins-pêcheurs. En face, les côtes anglaises, toutes proches. Elles sont visibles depuis les bureaux de la Coopérative maritime étaploise (CME), où l'on est très inquiet du tour que va prendre le Brexit. Si le Royaume-Uni reprend, comme il l'a promis à ses électeurs, le contrôle de ses eaux territoriales, c'est toute l'économie de la région qui est menacée.

"Tout ce qui est débarqué par la flottille locale, ça provient à 65% des eaux sous juridiction britannique, donc c'est quand même très important", explique Eric Gosselin, le directeur de la CME, au journaliste d'"Avenue de l'Europe".

"Mon grand-père pêchait déjà dans ces eaux-là"

Inquiet, Nicolas Margollé, le jeune patron du chalutier Nicolas-Jérémy, a de quoi l'être : "J'ai 7 salariés, c'est 50% de mon chiffre d'affaires à trouver ailleurs… ça va être compliqué." La moitié de son activité serait remise en question par un Brexit "dur" : "Si on regarde dans l'année, 50% du temps à peu près, on est dans les eaux britanniques." Des "lieux de pêche historiques" pour les pêcheurs boulonnais : "Mon grand-père, il pêchait déjà dans ces eaux-là, rappelle Nicolas Margollé. Ça fait des décennies qu'on travaille dans les eaux britanniques." 

"Il y aura forcément une contrepartie"

"Il ne faut pas que nos amis anglais espèrent encore bénéficier du marché français si on n'a plus le droit d'accéder à ce qu'on appelle nos zones de pêche historique : il y aura forcément une contrepartie, prévient Eric Gosselin. Même s'il y a une négociation en cours, il va falloir faire avaler la pilule aux professionnels français, et ça risque d'être assez difficile."

Extrait de "Un Brexit en queue de poisson", un reportage à voir dans "Avenue de l'Europe" le 12 septembre 2018.

Avenue de l\'Europe. Brexit : les marins-pêcheurs de Boulogne-sur-Mer envisagent des représailles s\'ils n\'ont plus accès aux eaux anglaises
Avenue de l'Europe. Brexit : les marins-pêcheurs de Boulogne-sur-Mer envisagent des représailles s'ils n'ont plus accès aux eaux anglaises (FRANCE 3 / FRANCETV INFO)