Royaume-Uni : un pantalon de Theresa May révèle de profondes divisions chez les Conservateurs

La polémique qui fait actuellement rage autour d'un pantalon particulièrement cher arboré par la Première ministre, Theresa May, révèle des dissensions bien plus profondes chez les Conservateurs, avec en toile de fond les négociations sur le Brexit.

La petite blague de la conseillère Nicky Morgan sur le pantalon de Theresa May n\'a pas du tout plu à la Première ministre.
La petite blague de la conseillère Nicky Morgan sur le pantalon de Theresa May n'a pas du tout plu à la Première ministre. (ANDY RAIN / EPA)

Un "accord de transition" avec l’Union Européenne : c'est la nouvelle idée du ministre chargé du Brexit, David Davis, le temps de définir les nouvelles règles et les nouvelles relations entre le Royaume-Uni et Bruxelles.

Le gouvernement de Theresa May ne donne toujours pas de détails sur sa conception du Brexit, et reste divisé sur la forme que doit prendre cette sortie de l’Union.

Les divisions commencent à se voir au sein des Conservateurs. Les premières attaques à l’encontre de la Première ministre se font entendre. Ces derniers jours, c’est un pantalon en cuir qui créé la polémique.

Un pantalon couleur chocolat, que Theresa May avait enfilé pour répondre à une interview. Rien d'extraordinaire, n'était son prix, révélé par la presse : 1 200 euros. Un prix moqué par une ancienne ministre de l'Éducation, conseillère de la Première ministre, qui déclare : "À part ma robe de mariée, je n'ai jamais rien acheté d'aussi cher."

Des divisions étalées dans la presse

L'histoire aurait pu s'arrêter là, mais après sa boutade, la conseillère, qui avait été conviée à une réunion sur le Brexit, a été priée de rester chez elle. Car au-delà de la pantalonnade, l'affaire révèle les divisions internes des Conservateurs.

Ces dernières semaines, cette fameuse conseillère, Nicky Morgan, a ouvertement appelé plusieurs fois le gouvernement à révéler ses plans pour le Brexit, en affirmant que le Parlement devait avoir un droit de regard sur l'accord signé par le Royaume-Uni.

Les deux femmes se sont également affrontées sur la question de l'immigration et la possibilité d'écarter les enfants d'immigrés illégaux du système éducatif. Ces divisions sont depuis quelques jours étalées dans la presse, et le journal The Independent résume : "C'est une erreur stratégique, Theresa May va devoir apprendre à grandir dans ses nouveaux habits de Premier ministre."