Royaume-Uni : "Theresa May a encore une majorité mais qui s'affaiblit chaque jour"

Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman, estime que la Première ministre Theresa May tient une position "raisonnable" malgré les attaques de son ancien ministre des Affaires étrangères. 

Jean-Dominique Giuliani, le président de la Fondation Robert Schuman, le 18 juillet 2014 lors d\'une conférence à Paris. 
Jean-Dominique Giuliani, le président de la Fondation Robert Schuman, le 18 juillet 2014 lors d'une conférence à Paris.  (MIGUEL MEDINA / AFP)

L'ancien ministre britannique des Affaires étrangères Boris Johnson s'en est pris violemment mardi 2 octobre au plan sur le Brexit de la Première ministre Theresa May, qu'il a qualifié de scandale constitutionnel dont l'application aboutirait à humilier le Royaume-Uni. "Theresa May incarne une position raisonnable, elle a encore une majorité, mais elle est très faible et elle s'affaiblit chaque jour", a estimé sur franceinfo Jean-Dominique Giuliani, président de la Fondation Robert Schuman.

franceinfo : Est-ce qu'on s'éloigne d'un accord ?

Jean-Dominique Giuliani : On savait que la majorité de Theresa May était fragile puisqu'elle dépend de dix voix d'un parti d'Irlande du Nord un peu extrémiste. Donc, elle est aussi contestée en son sein, on le voit avec Boris Johnson qui carrément s'instaure comme son égal, en mesure de la remplacer une fois que le plus difficile du boulot sera fait dans la négociation de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Il y a de plus en plus de tensions, alors qu'il y a urgence à trouver un accord. Est-ce que c'est inquiétant ?

Cela inquiète parce qu'il y a deux choses. Négocier la sortie qui est décidée, elle aura lieu le 29 mars 2019, et il faut que cela se passe dans des conditions acceptables et élégantes. Ensuite, il faut négocier les relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne. On voit bien qu'il y a une minorité au sein du parti conservateur qui considère que le Royaume-Uni, tout seul dans le monde, pourra s'affranchir du poids que lui donne l'Europe pour les négociations commerciales, pour tenir tête à la Chine ou aux États-Unis et défendre ses propres intérêts. Cette tendance est minoritaire mais incarnée par un Boris Johnson qui voit plus large et qui tente de crédibiliser sa candidature pour le poste de Premier ministre.

Theresa May peut-elle résister ?

Pour l'instant, elle incarne quand même une politique raisonnable. Tout le monde sait que le Brexit sera extrêmement douloureux pour le Royaume-Uni, il l'est déjà en réalité, il a affecté le pouvoir d'achat, le statut de la livre, psychologiquement, il a freiné les investissements importants. Donc, on craint beaucoup de dérèglements. Donc, Theresa May incarne une position raisonnable, elle a encore une majorité, mais elle est très faible et elle s'affaiblit chaque jour. Pour l'instant, elle ne veut pas bouger de son plan d'équilibre entre ceux qui veulent sortir et ceux qui veulent garder des liens avec l'Union européenne. Ce plan est un peu abracadabrantesque.